TEMOIGNAGE D’UNE MERE

Colombe de la paix. Dessin réalisé par: Anaïs et Laura

Le temps passe mais il peut nous servir à garder en mémoire des valeurs et à mieux affronter la réalité.

Le lundi 10 avril 2017, Mme Ibn Ziaten, mère du militaire tué par le terroriste Mohamed Merah en 2012, est venue nous parler de son histoire.

Elle est née au Maroc et est arrivée en France à l’âge de 17 ans. A son arrivée, elle ne parlait pas notre langue, c’est pourquoi ses voisins l’ont aidé à apprendre les bases.

Quelques années plus tard, elle aura 4 enfants (2 filles et 2 garçons), elle les éduquera avec les 2 cultures (Française et Marocaine) .

Plus tard, son fils Imad s’engagera dans l’armée. Imad postera une annonce pour vendre sa moto sur le site internet de vente: Le Bon Coin.

Un acheteur le contacte et lui donne rendez-vous sur un parking pour l’échange. Arrivé sur le lieu de rendez-vous, l’homme lui demande s’il est militaire, il lui répond que oui. L’homme sort alors une arme à feu et une caméra pour filmer son acte. Il lui demande de se mettre à genoux, ce que Imad refusera de faire. Le terroriste Mohamed Merah le tuera alors sur place.

Après l’annonce de la mort de son fils, Mme Ibn Ziaten recherchera le lieu de résidence de l’agresseur de Imad. Arrivée là-bas la mère de famille entame la discussion avec des jeunes du quartier.

Suite à cette discussion, elle se rend compte que certains jeunes ont une image positive du terroriste qu’ils ne devraient pas avoir. Elle décide alors d’aider cette jeunesse en difficulté en créant une association.

En assistant à cette conférence, elle nous a sensibilisé à propos de la tolérance et de la paix, mais aussi sur l’importance de l’école, du respect des autres et de la laïcité.

La phrase qui nous a le plus marqués est «Démarrez votre moteur» ce qui pour elle signifie mettez vous au travail sans perdre de temps.

Pour elle,le temps passe mais il ne faut pas oublier, c’est aussi un devoir de mémoire de se souvenir et de transmettre les valeurs auxquelles son fils croyait.

Anaïs Jurek, Laura Mantez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *