Comment la pollution de l’air peut-elle perturber l’équilibre des animaux ?

Les animaux domestiques tels que le chien, le chat, le lapin et le cochon d’Inde subissent eux aussi les effets de la pollution.

Certains chiens sont sensibles aux pots d’échappement des voitures, ce qui les contraint de traverser la rue lorsque qu’il y a une voiture à côté d’eux. A cause de la pollution, certains chiens ont des difficultés à récupérer après l’effort et peuvent présenter des yeux rouges. Les polluants préoccupants comprennent les métaux lourds, les polluants organiques persistants et d’autres substances toxiques.

Les effets principaux de la pollution sur les animaux sont : respiratoire et écotoxiques (phénomène inflammatoire,  diminution de l’immunité).

Les métaux organiques persistants (POP) qui, contrairement aux autres polluants,  sont :

  • persistantes : la substance se dégrade lentement
  • bioaccumulables: la substance  s’accumule  au sein des êtres vivant
  • toxiques : l’exposition à la substance est susceptible de provoquer des effets nocifs
  • mobiles sur de grandes distances : mesure de concentrations élevées loin des points de rejet (en Arctique par exemple).

Certains gaz polluants s’associent à l’eau de l’atmosphère et forment des pluies acides qui sont également dangereuses. Pour les animaux sauvages les pluies acides détériorent la qualité de l’environnement ou de l’habitat dans lequel les animaux vivent.

De plus, la pollution de l’air peut endommager notre organisme si nous consommons des animaux porteurs de maladies. L’élevage intensif des animaux produit aussi un gaz polluant : le méthane.

Sources :    

  • Gouvernement du Canada
  • Libération.fr
  • Santé vert

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *