Archives par mot-clé : Pôle Persévérance Sens

Le jeu des 7 familles

Les animaux en voie de disparition 

  • Le grand requin : En 15 ans, la population de requin a diminué de 80% ( plus de 100 millions de requins provenant de 380 espèces différentes sont tués chaque année). La pollution des eaux est responsable de la diminution de l’espèce.
  • Le dauphin de l’Irrawady : 1000 individus en 2004. Ils sont capturés accidentellement ce qui cause de graves blessures lors des opérations de pêche.  Ils servent à alimenter les zoos, ce qui cause la disparition de l’espèce.
  • Le tigre du Bengale : Entre 3000 et 4500 individus les plus menacés. Leur fourrure est très recherchée, de même que certains autres organes,  ce qui cause sa disparition.
  • L’éléphant d’Asie : La chasse et la domestication de l’espèce sont la cause de la baisse de population. 5000 individus dont une partie est domestiquée et utilisée comme bêtes de sommes.
  • Le gorille : 110 000 gorilles en tout dont 700 gorilles de montagne. Ils sont véritablement menacées par la déforestation et le braconnage.
  • La tortue à nez de cochon : Entre 1,5 et 2 millions d’oeufs sont prélevés chaque année. On la recherche pour sa chair et comme animal de compagnie.

Les objets qui polluent dans la nature

  • Le chewing-gum : Il met 5 ans à se disséminer dans la nature. Collé sur les trottoirs ou abandonné dans la nature, il pollue notre environnement.
  • Le sac en plastique : Il peut compter jusqu’à 400 ans pour qu’il se désagrège complètement. 75% des déchets retrouvés en mer sont des plastiques. Chaque année, 100 000 mammifères marins meurent de l’ingestion de plastique.
  • Le filtre de cigarette : Chaque année, 72 milliards de mégots sont disséminés dans la nature, or ce sont des déchets non biodégradables. Les mégots représentent entre 28 et 33% du total des déchets ramassés. Selon les milieux, il faut 2 à 5 ans pour qu’un mégot disparaîsse.
  • Les emballages de nourriture : La production en elle même et son transport représentent 83 et 11% des émissions de gaz à effet de serre.
  • Les pailles en plastique : Dans les mers du globe, 8 millions de tonnes de débris plastiques sont déversés tous les ans, l’équivalent de 250 kilos par seconde. Bientôt les pailles seront supprimées.
  • Les bouteilles en plastique : Les bouteilles en plastique peuvent mettre de 10 à 100 ans à se dégradée dans la nature.

Les pays qui polluent 

  • La Chine : Elle se classe n°1 sur la liste des pays les plus pollueurs. Avec la plus forte pollution de l’air dans le monde. C’est la nation qui a la plus grande quantité de gaz à effet de serre.  L’image techniquement avancée et les automobiles sont quelques-unes des raisons pour lesquelles la Chine a la pollution atmosphérique la plus élevée. Elle émet 10 357 mtco2 par an.
  • Les Etats-Unis : C’est la plus grande économie du monde. Le smog croissant, les installations de transport de pointe, l’industrialisation accrue et les usines ont donné lieu à la pollution de l’air.
  • L’Inde : Un grand nombre d’industries charbonnières émettent des gaz toxiques qui brisent la couche protectrice de l’atmosphère la rendant ainsi polluée. Les masses d’eau sont gravement affectées par l’émission continue de gaz nocifs qui nuisent même à la flore et à la faune. Il émet 2274 mtco2 en un an.
  • La Russie : La végétation naturelle est  affectée en raison de la pollution de l’air croissante. Les lacs et rivières sont pollués par la fumée et les gaz nocifs émis par les industries. La Russie émet environ 1617 mtco2 par an.
  • L’Allemagne : L’UE est une des raisons de la pollution lourde en Allemagne d’environ 798 mtco2 est émis par an. La qualité de l’air enregistrée est très mauvaise, ce qui affecte le système respiratoire de nombreux être vivants.
  • L’Iran : Le nombre croissant de véhicules émet des gaz nocifs qui polluent l’air, la terre et l’eau. L’Iran a de nombreuses usines pétrochimiques qui sont les principales raisons de la pollution croissante. Ce pays émet 648 mtco2 par an.

en cours de construction

 

Atelier animé par Erwan MENARD, Professeur d’histoire-Géo pour les jeunes du Pôle persévérance Sens. 

Sonita Alizadeh, une rappeuse afghane, Journée internationale contre les violences faites aux femmes

25 novembre , Journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes.

Nous avons  travaillé sur une rappeuse afghane : Sonita  qui lutte contre les mariages forcés et les violences faîtes aux femmes. Ceci à partir d’une bande dessinée :

http://lesculottees.blog.lemonde.fr/2016/05/02/sonita-alizadeh-rappeuse/

Et d’un clip :

https://www.youtube.com/watch?v=PKm3TNzQPy8

On a étudié les paroles.

Puis, nous avons décidé de lui écrire , voilà notre lettre  :

« We are students from the school drop out prevention program in Sens, Burgundy, France. We studied your story. We read the Comic which tells about your life, written by Peneloppe BAGIEU, this comic is called « Culottées ». Then, we watched your video on the internet « BRIDES FOR SALE » which impressed us. We also studied your lyrics.

Your fight is important because you defend women’s opinion and women’s rights, so that they are not sold to any man.

You are courageous, you fight in order to achieve your goal, you show all women they can make it.

You gave us strenght in our fight against violence to women in France, and determination to carry on fighting against violence.

Thank you for showing us reality in your courtry. »

     Si on regarde bien

à l’intérieur des yeux de Sonita, il y a écrit : NON !

 

 

Atelier animé par Erwan MENARD, Professeur d’histoire-Géo, intervenant à la MLDS auprès des jeunes du Pôle persévérance Sens 

Lettre traduite en  anglais  par les jeunes de Sens et Joigny  avec Fabien Sallot, Professeur d’anglais

Atelier arts plastiques animé par Catherine Baillet, Coordonnatrice MLDS

La liste de nos envies pour 2019

 

Avoir un appartement

Déménager

Avoir un travail qui me plaît

Passer le permis de conduire

Avoir une voiture

Faire du shopping

Gagner au loto

Déménager dans un autre pays

Voyager aux quatre coins du monde

Lire dans la pensée des autres

Profitez avec mes amies

Dépenser des millions d’euros en shopping

Faire le tour du monde

Partir en vacances pendant des mois dans des pays très chauds au bord de la mer

Nager avec des dauphins

Connaitre l’avenir

Changer mon passé

Revoir les personnes qui sont parties au ciel

Faire des soirées tous les soirs avec les personnes que j’aime

Avoir toute une écurie entière

Faire un voyage au Québec

Avoir plusieurs maisons dans différents pays

Faire construire un parc d’attraction

Avoir de quoi marquer sur cette liste !

Faire des choses de riches clichés pour voir si c’est vraiment bien !

Atelier animé par Catherine Baillet pour les jeunes du Pôle Persévérance de Sens

Atelier d’écriture

 

Dans mon lycée, j’aime les rencontres que l’on y fait et qui nous font découvrir de nouvelles choses ainsi que le nouveau type de relation qu’on y entretient

Dans mon lycée, j’aime les nouvelles expériences que l’on y fait et auxquelles on n aurait pas penser au collège

Dans mon lycée, j’aime le fait de pouvoir sortir à n’importe quel moment et faire des sorties imprévues avec des amis

J’aime me rappeler de la «personne que j’étais» et constater la différence avec ce moment

Dans mon lycée, j’aime avoir le droit au téléphone dans certains cours et y organiser des grandes parties du jeu du loup garou

J’aime Villeneuve La Guyard car il y a des personnes dans ce village que j’aimerais toujours. Cela va faire 6 ans que j’y habite.  J’ai rencontré des personnes exceptionnelles que je ne pourrais jamais oublier. Des personnes que j’aime tellement, malgré les disputes qui peuvent avoir lieu, nous pourrons toujours compter les uns sur les autres.

J’aime ce village car quand je m’y promène, chaque coin de rues et chaque endroit me refont penser à mes si beaux souvenirs passer avec toutes ces personnes.

 Dans mon village, j’aime aller à une soirée qu’ils organisent en été pour le 14 Juillet. Elle se déroule au So Fun Village, un endroit où il y a de l’eau, des jets skis comme si je me croyais à la plage. ..  Il y a même du sable… J’aime cet événement parce que c’est là où je me retrouve avec mes amis pour profiter des vacances d’été, là où je m’amuse. Lors de cette soirée il y a un feu d’artifice rempli de couleurs que je peux apercevoir au loin. Malgré le froid qu’il peut y avoir en fin de soirée, nous restons tous jusqu’à la fin pour juste en profiter au maximum. Des moments juste inoubliables.

Dans mon quartier, j’aimais l’été, le coté posé où on jouait avec les autres enfants du quartier, toutes nationalités confondues.  Les mamans nous surveillaient tout le temps assisses sur les marches.  Mon quartier était composé de 2 bâtiments avec un coté herbe, jeux et parking. L’été, on sortait tôt avec mes copines, tout le monde se connaissait là-bas.

 A la zup, j’aimais lorsque c’était les vacances d’été.  Tous les enfants du quartier se réunissaient dehors, on jouait à cache-cache, on inventait des danses et des chansons.

J’aimais aussi  quand mes copines venaient à ma porte ou au balcon pour me demander de sortir.

Nous étions très proches et solidaires lorsque nous avions des problèmes personnels ou familiaux :  on se soutenait beaucoup malgré notre jeune âge.

Dans mon quartier, j’aime sortir la nuit pour jouer au foot avec mes amis.

Dans mon quartier, j’aime faire de la moto

Dans mon quartier, j’aime faire des combats de MMA avec mes amis.

Dans mon quartier j’aime les parties de Play qu’on se fait avec mes amis.

Dans mon quartier, j’aime mes amis car en vérité ce sont mes frères.

Les mots, je les rencontre dans les livres sur internet, à  l’oral quand on parle, quand on écrit des textos sur le téléphone, sur les réseaux sociaux, dans les lieux publics, les magasins, la télé, quand on écrit, dans les fast-foods, à l’école, dans le dictionnaire, quand on pense à autre chose, quand on écoute de la musique, quand on partage des moments avec quelqu’un.

Tous les jours, je rencontre les mots de mes textos en attendant une réponse,  les mots de mes textos en les relisant pour repenser à tous mes souvenirs.

 

Atelier animé par Julie Lacour, Professeure de Lettres modernes pour les jeunes du Pôle Persévérance de Sens

Atelier d’écriture

 

 

Les nuages directement tombés du ciel,

Le brouillard au sol,

Cette laine qui recouvrait l’industriel,

Nous n’avons vu aucun tournesol,

C’était comme l’universel en sensoriel.

 

Comme une impression artificielle,

J’ai eu le sentiment d’être folle.

Je me suis senti comme éternel,

Une sensation d’être en plein vol.

 

Les nuages directement tombés du ciel,

Le brouillard au sol,

Comme une impression artificielle,

J’ai eu le sentiment d’être folle.

 

Cette laine qui recouvrait l’industriel,

Nous n’avons vu aucun tournesol,

Les nuages directement tombés du ciel,

J’ai eu le sentiment d’être folle.

 

Le brouillard au sol,

Les nuages directement tombés du ciel,

Une sensation d’être en plein vol,

Je me suis senti comme éternel.

 

Nous n’avons vu aucun tournesol,

Les nuages directement tombés du ciel,

Une sensation d’être en plein vol,

Comme une impression artificielle.

Assise  dans mon siège en tailleur,

dans ma bulle, je suis décontractée.

Je suis seule, apeurée malgré la chaleur.

Je me demande ce qu’il peut m’arriver.

 

Dans ma bulle, je suis décontractée.

écoutant de la musique avec mes écouteurs.

Je me demande ce qu’il peut m’arriver.

Paniquée par le devoir de me transporter ailleurs.

 

Ecoutant de la musique avec mes écouteurs,

J’écoute le rythme de ma musique en pensant

à mes souvenirs qui m’ont blessés.

Paniquée par le devoir de me transporter ailleurs.

 

J’écoute le rythme de ma musique en

pensant à mes souvenirs qui m’ont blessés.

Confortablement dans un endroit avec de la chaleur,

Inquiète de devoir seule me déplacer.

Assise dans mon siège en tailleur.

 

Les jeunes de la MLDS de Sens

Atelier d’écriture animé par Julie Lacour, Professeure de Lettres modernes

Quand je me sens bien… Quand je me sens mal….

Quand je me sens bien, je vais jouer au foot

Quand je me sens mal, je vais quand même jouer au foot

Quand je me sens bien, je suis heureux

Quand je me sens mal, j’ai un démon qui se réveille en moi

Quand je me sens bien, je sors faire du cross

Quand je me sens mal, pour un regard de travers je me bats

Quand je me sens bien, j’ai l’espoir d’accomplir de grandes choses

Quand je me sens mal, je perds tout espoir

Quand je me sens bien, je sors voir celle que j’aime

Quand je me sens mal, j’ai envie de tout casser

Quand je me sens bien, je suis habillé avec style

Quand je me sens mal, je suis habillé comme un clochard

Quand je me sens bien, j’ai toujours du plaisir à faire beaucoup de choses

Quand je me sens mal, j’ai aucun plaisir à faire quoi que ce soit

Quand  je me sens bien je rigole 

Quand je  me sens mal je dis rien

Quand  je me sens bien je sors voir des amis

Quand je me sens mal je reste chez moi dans mon lit

Quand je me sens bien je sors en ville

Quand je me sens mal je garde tout pour moi

Quand je me sens bien je vais à l’entraînement

Quand je me sens mal je vais aussi à l’entraînement

Quand je me sens bien je vais courir

Quand je me sens mal je suis de mauvaise humeur

Quand je me sens bien je suis joyeux

Quand je me sens mal je dors

Quand je me sens bien je fais du vélo

Quand je me sens mal je ne suis pas sociable

Quand je me sens bien je suis sociable

Quand je me sens mal j’aime être seul

Quand je me sens bien j’aime voir mes cousines

 

 

Quand je me sens bien, je sors avec mes amis

Quand je me sens mal, je reste chez moi

  

Quand je me sens bien, je mange

Quand je me sens mal, je ne mange pas

  

Quand je me sens bien, j’écoute de la musique joyeuse

Quand je me sens mal, j’écoute de la musique triste

  

Quand je me sens bien, je parle

Quand je me sens mal, je ne parle pas

 

Quand je me sens bien, je rigole

Quand je me sens mal, je pleure

  

Quand je me sens bien, je m’amuse

Quand je me sens mal, je dors

  

Quand je me sens bien, je pense à rien

Quand je me sens mal, je pense à pourquoi je suis mal 

 

Quand je me sens bien, j’écris mon bonheur

Quand je me sens mal, j’écris ma douleur

  

Quand je me sens bien, je regarde des films drôles

Quand je me sens mal, je regarde des films tristes

  

Quand je me sens bien, je regarde dans les yeux

Quand je me sens mal, je baisse les yeux

  

Quand je me sens bien, je ne réfléchis pas

Quand je me sens mal, je réfléchis

  

 

Quand je me sens bien, je saute de joie.

Quand je me sens mal, je tire la gueule.

Quand je me sens bien, je parle bien avec tout le monde.

Quand je me sens mal, je réfléchis beaucoup.

Quand je me sens bien, je rigole pour rien.

Quand je me sens mal, je vais vers les chevaux.

Quand je me sens bien, je réussis tout ce que je fais.

Quand je me sens mal, j’ai la tête ailleurs.

Quand je me sens bien,  je complimente.

Quand je me sens mal, j’insulte les gens qui ont une sale gueule.

Quand je me sens bien, je suis toute excitée.

Quand je me sens mal, j’apporte des mauvaises ondes.

Quand je me sens bien, je peux faire plusieurs choses en même temps.

Quand je me sens mal, je fais tout de travers.

Quand je me sens bien, personne ne peut avoir le dessus.

Quand je me sens mal, je cris sur tout le monde.

Quand je me sens bien, j’apprends plein de choses.

Quand je me sens mal, personne ose me contrarier.

Quand je me sens bien, j’aime sortir dehors.

Quand je me sens mal, je reste enfermée.

Quand je me sens bien, je suis sociable.

Quand je me sens mal, je regarde mal.

Atelier d’écriture animé par Catherine Baillet pour les jeunes du Pôle Persévérance de Sens

J’aime ! Je n’aime pas !

J’aime le foot

Je n’aime pas les footix

J’aime les femmes

Je n’aime pas les hypocrites

J’aime les soirées entre potes

Je n’aime pas les menteurs

J’aime fumer la chicha toute la nuit

Je n’aime pas les traites

J’aime rouler la frappe de Superman

Je n’aime pas ceux qui décourage les plus faibles

J’aime Cristiano Ronaldo

Je n’aime pas les rabat-joie

J’aime les courageux et les vaillants

Je n’aime pas la Loi de maintenant

J’aime créer mes propres Loi

Je n’aime pas les personnes qui parlent sans savoir la vraie histoire

J’aime MA MAMAN et MA PETITE SOEUR

J’aime le tennis

Je n’aime pas le curling

J’aime le vélo

Je n’aime pas la pétanque

J’aime les jeux vidéo

Je n’aime pas les hypocrites

J’aime les personnes honnêtes

Je n’aime pas l’école

J’aime sortir avec mes amis

Je n’aime pas réviser

J’aime me coucher tard

Je n’aime pas me lever tôt

J’aime aller sur les réseaux

Je n’aime pas faire des insomnies

J’aime rigoler

Je n’aime pas pleurer

J’aime regarde la télé

Je n’aime pas dormir sur le canapé

J’aime dormir dans mon lit

Je n’aime pas me faire disputer

J’aime aller sur l’ordinateur

Je n’aime pas déjeuner le matin

J’aime aller à Bordeaux

Je n’aime pas aller dans le nord

J’aime faire des grasses matinées

 

J’aime le chocolat au lait

Je n’aime pas le chocolat blanc 

J’aime l’été

Je n’aime pas l’hiver 

J’aime les enfants qui rigolent

Je n’aime pas les enfants qui crient 

J’aime les chats

Je n’aime pas les chiens 

J’aime les gens francs

Je n’aime pas les gens qui n’assument pas 

J’aime les légumes

Je n’aime pas le poisson 

J’aime la piscine

Je n’aime pas la mer 

J’aime le volleyball

Je n’aime pas le basketball 

J’aime Paris

Je n’aime pas Marseille

 J’aime la vérité

Je n’aime pas le mensonge 

J’aime les films dramatiques

Je n’aime pas les films gores 

J’aime mettre des robes

Je n’aime pas mettre des jupes 

J’aime voir les gens heureux

Je n’aime pas voir les gens tristes 

J’aime Macdonald’s

Je n’aime pas Kfc 

J’aime porter des baskets

Je n’aime pas porter des ballerines 

J’aime Apple

Je n’aime pas Samsung 

J’aime les jeans serrés

Je n’aime pas les jeans larges

 

J’aime l’équitation.

Je n’aime pas les gens grincheux. 

J’aime les animaux.

Je n’aime pas les cheveux gras. 

J’aime les gens vrais.

Je n’aime pas les prétentieux. 

J’aime la nature.

Je n’aime pas la pluie. 

J’aime me balader.

Je n’aime pas rester dans mon lit à ne rien faire. 

J’aime écouter de la musique.

Je n’aime pas les alcooliques. 

J’aime la mode.

Je n’aime pas quand ma sœur fait trop la belle ! 

J’aime aller à la piscine.

Je n’aime pas la transpiration. 

J’aime faire la gamine.

Je n’aime pas les gens qui font la gueule. 

J’aime la coiffure.

Je n’aime pas le foot. 

J’aime les glaces.

Je n’aime pas la cantine du collège. 

J’aime le rose.

Je n’aime pas la nuit. 

J’aime être avec mes amies.

Je n’aime pas voir la gueule des gens le matin.

 J’aime les fruits.

Je n’aime pas la viande rouge. 

J’aime les sensations fortes.

Je n’aime pas les gens qui ne pensent qu’au mal.

 

Atelier d’écriture animé par Catherine Baillet pour les jeunes du Pôle Persévérance de Sens

J’aime passer du temps avec ma mère

J’aime passer du temps avec ma mère car on rigole beaucoup toutes les deux , on se raconte des secrets. On se confie. Je profite le maximum d’être avec elle car lorsqu’elle ne sera plus là : elle partira avec mon esprit , je serais la plus triste.

Je suis la seule fille donc nous sommes très proche. Je me sens le mieux quand je suis en sa compagnie.  Je me sens en sécurité lorsqu’elle est là. Et je n’aime pas quand mes frères lui parle mal ou lui manque de respect devant moi car je ne peux rien faire. Mais si je pouvais,  je frapperais mes grands frères lorsqu’il lui parle mal , car eux ne réalisent pas tout ce qu’elle a fait pour nous :  elle nous a élevé toute seule alors elle mérite beaucoup de respect et d’estime.

On discute de tout. Elle se confie plus que moi je me confie à elle sur sa situation amoureuse. Souvent on se conseille. Je sais qu’elle me protège , peut-être trop… Car je suis une fille et elle fait beaucoup de différences entre mes frères et moi,  mais je  comprends , je ferais pareil si j’avais une fille.

Les filles sont plus influençables que les garçons , du coup, elle est beaucoup sur mon dos quand je sors « Tu fais quoi ? »  « T’es ou ? » « Avec qui ? ». Mais moi ça m’énerve lorsqu’elle fait ça car ça m’oppresse et ça signifie qu’elle  n’a pas confiance en moi.

 

Parcours d’orientation au Parc de la Ballastière

Nous sommes allés au Parc de la Ballastière  faire un parcours d’orientation. Nous sommes partis du collège à pied à midi pour aller pique-niquer au parc. Il ne faisait pas beau du tout. On a eu un peu froid. A 14 h, Monsieur Criez est venu nous rejoindre pour commencer le parcours. Des enfants de petites classes étaient aussi là pour faire le parcours.

Il fallait repérer des balises cachées dans le parc, repérer les numéro et poinçonner le coupon réponse.

C’était bien mais on a eu un peu froid.

           Atelier animé par Pascal Criez, Professeur d’EPS     pour les jeunes de la MLDS de Sens et de Joigny .     

         Vous trouverez ici le PPO  ( Parcours Permanents               d’Orientation ) que l’on a fait ainsi que d’autres                à faire entre amis ou en famille :

https://ycone-sens.jimdo.com/les-parcours-permanents/

« Je ne voudrais pas crever… » A la manière de Boris Vian

Je ne voudrais pas mourir

avant d’avoir observé un coucher de soleil

avec des couleurs chaudes camaïeu de rouge, d’ocre et d’orange.

Devant la mer, je serais allongée sur le sable

en l’observant au dessus de moi

la mer sans vague,  sans personne autour.

En n’entendant que le bruit de la mer et des oiseaux.

Je ne voudrais pas partir

sans avoir fait une soirée avec toutes les personnes que j’aime

afin de pouvoir leur dire adieu

en repensant à tous nos moments passés.

Avec le sourire en oubliant les mauvais souvenirs.

Je ne voudrais pas aller au ciel

avant que les araignées, horribles et répugnantes créatures vivantes

aient disparu de la nature.

Et moi, j’imagine la fin de ma vie

comme une bestiole.

Une grande et grosse bestiole

qui mettrait fin à ma vie

en ouvrant ses mandibules

avec des horribles longues pattes poilues.

Je ne voudrais pas disparaître

Non Monsieur non Madame

avant d’avoir tâté

le goût qui me tourmente,

le goût qu’est le plus fort.

Je ne voudrais pas m’en aller

Avant d’avoir goûté

La saveur du bonheur

La saveur du sourire.

                                     

Je ne voudrais pas crever avant d’avoir vu

l’Alaska et son étendue blanche depuis un bateau

ou encore sans avoir rencontré Leonardo Dicaprio

Je ne voudrais pas mourir sans avoir fait un vol en zéro G

ou avoir vu New York et sa taille démesurée

Je ne voudrais pas rendre l’âme sans que celle-ci

soit passée par les nuages

 ou avoir touché un koala et son pelage

Et enfin, je ne voudrais pas partir sans avoir vu disparaître

le racisme,

l’homophobie ou les classes sociales

 

Je ne voudrais pas mourir

Avant d’avoir escalader un dragon

Qui à la couleur du coqueliquot

Avant d’avoir volé dans les nuages,

Traversé les étoiles rayonnantes,

Touché ses immenses ailes époustouflantes,

Et le voir craché du feu froid.

Je ne voudrais pas mourir

Avant d’avoir vu l’amour s’éterniser à jamais,

Dans les cœurs de toutes races et de touts objets,

Qui seront a jamais liés,

Comme un champ de blé ou tout serait doré.

Je ne voudrais pas mourir

Avant d’avoir été dans la lune et le soleil,

Mélanger la lumière et le noir,

Voir le noir du ciel se transformer en une pétillante blancheur,

La blancheur des albinos qui serait vu pour une fois,

Comme un éclatant rayon de soleil.

Je ne voudrais pas mourir

Avant d’avoir dansé et chanté sur la grande place,

Avec tous ces gens qui seraient en folie,

La musique serait comme un nid d’oiseau,

Elle nous rassemblerait petits et grands.

Je ne voudrais pas mourir

Avant d’avoir galopé sur la plage,

Le sable volant, et l’eau qui caresserait le vent,

Ou les nuages serait froid et le vent chaud.

 

Je ne voudrais pas mourir

avant d’avoir observé

la terre de l’espace.

Je serais entrain de planer

dans les constellations d’étoiles

Enorme globe bleu ciel. 

Je ne voudrais pas mourir

avant d’avoir fait

un retour dans le passé

pour pouvoir le caresser

une dernière fois

son poil si doux. 

Je ne voudrais pas mourir

avant d’avoir entendu

un dernier ronronnement

qui m’apaise. 

Je ne voudrais pas mourir

avant d’avoir touché

la lune

et de l’avoir croquée,

dès l’aube

tel un croissant

au petit déjeuner. 

Je ne voudrais pas mourir

avant d’avoir goûté

une rose blanche

pour que la paix soit en moi

tous mes pêchés apaisés 

Je ne voudrais pas mourir

avant d’avoir vu disparaître

toutes les routes

qui démembrent le paysage

pour réinventer le voyage

en se téléportant.

 

Les jeunes de la MLDS de Sens

Atelier d’écriture animé par Julie LACOUR, Professeure de lettres 

OutilBoris Vian