Des images en fond transparent

Est-ce que cela vous est déjà arrivé de vouloir superposer des images et d’avoir l’arrière-plan de l’une d’elles, peut-être blanc, qui vous en empêchait ? Alors il est temps de se pencher sur les images en fond transparent…

Une image en fond transparent a plusieurs avantages :

– elle s’intègre mieux dans la page
– elle adopte automatiquement la couleur d’arrière-plan
– elle est plus légère que la même image avec un fond uni

Il est possible de supprimer le fond uni d’une image pour le rendre transparent, avec le logiciel GIMP par exemple, mais le résultat n’est pas toujours satisfaisant.

Voici un petit tutoriel expliquant comment faire : http://libresavous.com/doc/gimp-rendre-transparent-le-fond-uni-dune-image/

Les 3 formats les plus répandus sur internet sont le PNG, le GIF et le JPG.

Le format PNG est un format compressé (la taille des images est adaptée à la publication sur internet) qui n’altère pas la qualité de l’image lors de la compression et qui gère la transparence.
Le format GIF permet de faire des images animées (façon Tumblr), gère la transparence, mais lors de la compression l’image perd nettement en qualité.
Le JPG ne gère pas la transparence, et perd en qualité lors de la compression.

On optera donc en priorité pour le format PNG pour les images et le format GIF pour des animations, ces deux formats gérant la transparence.

Alors, à vous de jouer !

‘Un troll a commenté mon article’ : qu’est-ce que ça veut dire ?

Vous avez peut-être déjà entendu des histoires de troll, ces personnages mystérieux des légendes nordiques. Mais ce sont pourtant des personnages imaginaires, non ? alors pourquoi vous dit-on qu’un troll a commenté votre article ?

Jan Hammershaug – Creative ommons CC-BY

Qu’est-ce qu’un troll ?

Internet est un espace public et ouvert. Cela ne garantit pas que toutes les personnes que l’on y rencontre soient bienveillantes et positives.

Dans le langage internet, un troll est une personne qui s’invite dans une discussion et va y semer la pagaille. Il ne cherche pas à apporter un contenu ou un point de vue constructif mais plutôt à contredire le contenu présenté. Ses commentaires sont critiques voire blessants. Ils peuvent même être violents ou insultants de façon gratuite et injustifiée.

Il arrive souvent que le troll agisse caché derrière un pseudo : cela lui donne l’impression d’être plus fort et de pouvoir faire ce qu’il veut ‘librement’.  En fait, cela ne change rien, il est toujours responsable de ce qu’il écrit et il existe des moyens de le retrouver, même s’il ne se dévoile pas.

Et comment réagir ?

Ces personnes sont très désagréables et l’attitude la plus efficace à leur opposer est de les ignorer. Pour cela, voici quelques conseils :

  1. L’essentiel quand vous êtes confronté à un troll est de ne pas croire ce qu’il vous dit et de garder confiance en vous. C’est facile à dire, mais compliqué à faire ! C’est pour cela que le point suivant est très important …
  2. Parlez-en avec un adulte : vos parents ou votre enseignant, par exemple. Ils pourront vous aider à garder votre calme, à prendre du recul face à ces interventions.
  3. Si les propos sont vulgaires, insultants, violents, supprimez-les ! il est important de ne pas laisser ces contributions visibles. D’abord, elles nuisent à la qualité de votre blog et c’est dommage. Ensuite, le directeur de publication de votre blog (= le directeur de l’école ou votre enseignant)  est responsable de tous les contenus publiés sur votre blog  (dont les commentaires), et il n’a pas besoin qu’on lui rajoute des soucis !!!
  4. Ne répondez pas à leurs messages. Ils cherchent la ‘bagarre’ ? Ne réagissez pas, ils s’essouffleront tous seuls. Leur comportement est toujours très énervant, mais c’est en les ignorant que vous leur montrerez que vous êtes plus fort qu’eux.

Il existe de nombreuses façons de commenter un article sans être pertinent. Le troll en est la version la plus violente et désagréable. Si vous voulez en savoir plus sur toutes les facettes du commentaire désagréable, vous pouvez lire cet article de Coreight à propos des « commentateurs lourds sur internet« .

Qu’est-ce qu’un Troll ?

Un Troll est un géant de la mythologie nordique. Ce Troll est réputé peu amical et parfois agressif.

A priori, rien à voir avec internet.

Jan Hammershaug - Creative Commons CC-BY
Jan Hammershaug – Creative Commons CC-BY

Le verbe « troler » est également utilisé dès la fin du Moyen-Âge pour désigner l’action de « chercher la bête avec les chiens sans avoir aucune piste et sans avoir quêté auparavant avec le limier » [source : http://www.cnrtl.fr/definition/troller].

chasse
Rien à voir non plus avec Internet.

Alors pourquoi parler de Troll dans un billet sur le concours de blogs ?

Internet permet de mettre en relation de nombreuses personnes par l’intermédiaire d’outils de communication : forums, messageries instantanées, listes de diffusion, etc.
Sur chacun de ces espaces, un comportement revient de la part de certains utilisateurs, celui de chercher à semer la discorde, quel que soit le sujet de discussion en cours.colère
Ce comportement, peu amical et agissant au fil des discussions, a rapidement été qualifié de Troll. La personne qui déclenche un Troll peut aussi être appelée un Troll.

Comment définir un Troll sur Internet ?

Le Troll a pour but de provoquer, créer des polémiques, produire des conflits dans une discussion. Pour cela, il peut adopter plusieurs attitudes : le plus souvent il réagit de manière non constructive, sans lien avec le sujet de l’article, ou encore il règle un compte personnel avec une personne citée dans la discussion.flame
Le Troll cherche souvent une reconnaissance en s’imposant dans une discussion par des avis non constructifs. Il a ainsi une influence directe sur la tournure que prend alors la discussion.
Le Troll peut aussi, dans de rares cas, faire prendre du recul aux autres participants et ainsi être constructif.

Quelle attitude adopter pour lutter contre les trolls ?

La règle la plus répandue est « don’t feed the troll », autrement dit « n’alimentez pas le troll ». Lorsqu’un commentaire est clairement identifié comme tel, il y a deux solutions :

  • soit le supprimer (indispensable lorsque les propos sont choquants ou vulgaires),
  • soit le laisser et l’ignorer. Sans réagir. Surtout sans réagir. Parfois cela est particulièrement frustrant lorsque des énormités sont énoncées.

Malgré tout, il n’existe pas de solution ultime qui protégerait un site contre les trolls. La patience et la maîtrise de ses nerfs sont le plus souvent les meilleures alliées.zen

Pour aller plus loin, je vous propose la lecture d’un billet de Coreight à propos des « commentateurs lourds sur internet » .

Un nouveau témoignage d’une enseignante à découvrir

Merci de trouver ci-dessous un témoignage d’une enseignante qui a participé au concours l’année dernière, et qui est allée en finale !

« Quand j’ai entendu parler du concours de blog, lors d’une formation en novembre 2016, j’ai tout de suite pensé aux avantages d’avoir un blog de classe quasiment « clé en main ».  Et j’ai foncé : j’ai immédiatement parlé du projet aux élèves, ils ont validé l’idée.

Mes objectifs, en adhérant à ce projet, pour mes élèves en très grande difficulté, étaient essentiellement de :

– Restaurer un rapport à l’écrit douloureux.

– Donner du sens à l’écrit, aux apprentissages

– Favoriser l’initiative, la coopération et l’autonomie.

– Développer l’estime de soi en communiquant sur les travaux, les projets et les réussites de la classe, sous une forme attractive (numérique) qui peut être présentée à tout le monde

Et effectivement, le blog de classe a permis de motiver mes élèves à aller jusqu’à une forme aboutie de communication autour des projets : il fallait laisser une trace compréhensible et esthétique autour des travaux réalisés.

J’ai la chance d’avoir un petit effectif de classe, et d’avoir également 4 ordinateurs dans ma salle. Chaque projet était discuté en conseil d’élèves et nous décidions ensemble si nous en parlerions dans le blog et quelle forme l’article prendrait. On décidait aussi qui écrirait l’article et comment.

il n’y avait pas de moment dédié au blog dans l’emploi du temps, les articles étaient préparés au fur et à mesure de l’avancement des projets, et pour beaucoup d’entre eux, discutés et validés collectivement.

Quand j’ai appris que nous étions en finale, je me souviens de ma fierté et de celle de mes élèves, et je me souviens surtout de ce qu’ils m’avaient dit lors de l’inscription au concours : « A quoi ça sert ? De toutes façons, on ne gagne jamais…Mais bon, un blog, c’est bien »

La finale à Dijon a été « la cerise sur le gâteau », la reconnaissance de leur travail et de leur investissement.

Alors cette année, nous sommes déjà repartis, nous continuons d’alimenter notre blog, avec cette fois la contribution du professeur documentaliste qui mène de nombreux projets avec mes élèves et avec l’espoir d’arriver cette année encore en finale. »

Françoise Lurier Coordonatrice ULIS collège 58210 Vrazy

Droit à l’oubli : de quoi parle-t-on ?

Il y a 3 ans vous avez participé à une soirée particulièrement animée où l’alcool coulait à flot. Vous avez partagé sur les réseaux sociaux un certain nombre de photos de cette fête inoubliable… « inoubliable », c’est bien le mot… à ce moment-là, cela vous semblait normal, naturel même, de partager vos photos.

identité numérique  identité numérique

Source : www.actioninnocence.org

Aujourd’hui, vous êtes à la recherche votre premier stage et vous savez que la plupart des employeurs « googlisent » le nom des candidats pour en savoir un peu plus sur eux… et soudain, cette photo qui ne vous montre pas à votre avantage vous parait préjudiciable… certainement à juste titre !

Depuis cette belle soirée, cette fameuse photo a été reprise maintes et maintes fois et se « promène » sur la toile sans que vous puissiez en maitriser ou stopper la diffusion ! et voilà votre e-réputation menacée ! et à ce moment précis de votre vie où vous cherchez à vous faire une place dans le monde professionnel, vous aimeriez tant qu’on vous oublie…

 

Comment exercer son droit à l’oubli ?

image3

Ce droit ne concerne que les particuliers et n’est applicable qu’en UE (+ Islande, Norvège, Suisse et Liechtenstein).

 

N’attendez pas pour tester votre e-réputation !

Un site dédié à l’e-réputation permet de tester son e-réputation et de définir ce que les données qu’on assume toujours après leur publication. Pour faire le test, il faut être au moins sur Twitter ou Facebook. Des fiches pratiques sont également disponibles pour apprendre à gérer au mieux son identité numérique. Mais n’oublions pas qu’on ne peut pas pas tout maitriser (par exemple, les données publiées par d’autres sur nous).

https://www.nothing-to-hide.fr/