Allez-Vous Arriver sur la Toile A découveRt ?

AVATAR, c’est bien le nom d’un film non?

Oui, mais ce n’est pas que cela !

Commençons par nous poser la question de savoir d’où vient le mot avatar? Dans l’hindouisme, un avatar est l’incarnation d’un dieu (sous la forme d’un humain ou d’un animal) qui est sur terre pour sauver le monde du désordre cosmique (https://fr.wikipedia.org/wiki/Avatar).

Voici une définition plus « moderne » de ce qu’est un avatar : « Personnage virtuel que l’utilisateur d’un ordinateur choisit pour le représenter graphiquement, dans un jeu électronique ou dans un lieu virtuel de rencontre. » Cette définition proposée par le dictionnaire Larousse peut être élargie : un avatar peut également être utilisé dans des espaces numériques pour le travail, comme par exemple dans une plateforme pour la formation, dans un annuaire d’entreprise…

Avoir un avatar, c’est pouvoir se fabriquer un personnage, une représentation de nous, sans avoir à publier notre vraie image. Cela peut être utile si l’on ne veut pas être identifiable dans la « vraie vie ». Prenez par exemple une personne qui teste en secret les hôtels restaurants et qui fait un blog sur ceux qu’il préfère. Il faut impérativement qu’il reste anonyme ! Grâce à un avatar dans son blog, il n’a pas besoin de se déguiser.

Comment choisir son avatar ? Vous avez le choix soit de faire de votre avatar la projection la plus fidèle possible de votre image, ou encore au contraire une création nouvelles d’un personnage que vous aimeriez être. C’est aussi l’occasion de changer de genre ! Une jeune fille peut ainsi choisir de se représenter en rugbyman avec les oreilles décollées, et couvert de boue. C’est aussi un moyen de se poser des questions sur les stéréotypes : bleu pour les garçons/rose pour les filles, couleurs de peau, etc.

Maintenant que vous savez tout, comment faire son avatar ?

  • les sites dédiés : il existe une multitude de sites qui propose la création d’avatar. En voici une sélection :  AVATAR MAKER gratuit , Anime Face Maker gratuit également, ou encore Face your Manga (attention à bien lire les restrictions d’usage de l’avatar créé !). Vous pourrez trouver ici d’autres sites de création d’avatar.
  • une application ou un logiciel de dessin

Enfin attention à ne pas confondre AVATAR et PSEUDO, mais ça c’est une autre histoire !

Un bon mot… de passe !

Un mot de passe est une suite de caractères (des lettres, des chiffres, des symboles comme +, # ou §, etc.) qui protège l’accès à un service, des documents…

Dans le conte Ali Baba et les Quarante Voleurs, le voleurs doivent prononcer le célèbre mot de passe « Sésame, ouvre-toi ! » pour que s’ouvre la porte secrète de leur caverne.

Les mots de passe sont très utilisés sur Internet, où ils jouent le même rôle que les clefs qui ferment les portes des maisons pour les protéger des voleurs.

Pour accéder à ce qu’il protège (un compte de messagerie, par exemple), il faut le connaitre, tout comme il faut avoir la clé pour ouvrir sa maison.

Pour être efficace, un mot de passe doit être robuste, c’est-à-dire difficile à deviner ou à retrouver.

Voici quelques mots de passe très faciles à retrouver :

12345678 ; azerty ; password ; admin ; 123123

Voici quelques mots de passe bien plus robustes : P@ssw0rd ; e27SMhf9 ;
65,6Nt6FjFae={Q

Pour fabriquer un « bon » mot de passe, il faut respecter quelques recommandations :

  • Il doit être secret (ne surtout pas le noter sur un morceau de papier, ce serait comme laisser la clé de la maison sur la porte).
  • Il ne doit pas avoir de lien avec vous (le nom de votre animal de compagnie par exemple) mais il doit être facile à retenir.
  • Il doit comporter au moins huit caractères.
  • Il doit comporter plusieurs types de caractères (majuscules, minuscules, chiffres, caractères spéciaux).
  • Il ne doit pas figurer dans un dictionnaire.

De plus, pour plus de sécurité, il faudrait le changer régulièrement, ne pas l’utiliser pour plusieurs services (messagerie et réseaux sociaux par exemple).

Lorsqu’un pirate informatique souhaite découvrir un mot de passe, il dispose essentiellement de deux techniques :

  • L’attaque par dictionnaire: le principe est assez simple, il s’agit d’essayer les combinaisons les plus utilisées par la majorité des utilisateurs (prénoms, noms de famille, certains mots ou expressions usuelles comme « football », « azerty », « 123456 », noms d’animaux, …)
    A l’aide d’un ordinateur,  on essaie les mots de certains dictionnaires usuels, comme les dictionnaires des prénoms, les dictionnaires de patronymes d’un pays ou d’une culture, d’un dictionnaire de noms d’animaux,. Si votre mot de passe est maman ou virginie par exemple, il suffira de quelques fractions de seconde pour le découvrir.
  • L’attaque par force brute : cette fois-ci, toujours à l’aide d’un ordinateur, on essaie toutes les suites de caractères possibles. Dans ce cas, plus le mot de passe est long et compliqué, plus il faudra de temps pour le découvrir.
    Supposons par exemple que l’on n’ait droit qu’aux voyelles pour fabriquer un mot de passe de trois caractères.

Le mot de passe a donc la structure suivante :
Chaque caractère doit être l’une des six voyelles, il y donc six possibilités pour le 1er caractère, six pour le 2e et six pour le 3e.

Cela fait donc 6 × 6 × 6  = 36  possibilités différentes.

Un être humain pourrait en relativement peu de temps essayer toutes les possibilités et donc découvrir le mot de passe.

Si par exemple, on s’autorise les majuscules et minuscules, cela nous fera 12 possibilités pour chaque caractère (six voyelles minuscules et six voyelles majuscules).
Donc en tout  12 × 12 × 12 = 1728 possibilités.

C’est déjà plus long pour un être humain mais toujours un jeu d’enfant pour un ordinateur !

En procédant de la même manière, il n’est pas très compliqué de déterminer le nombre de mots de passe de huit caractères différents que l’on peut créer avec les 26 lettres de l’alphabet et les 10 chiffres :
36 × 36 × 36 × 36 × 36 × 36 ×36 × 36 = 2 821 109 907 456 possibilités. Ça devient beaucoup plus sérieux ! Ceci-dit, un ordinateur récent ne mettrait qu’une dizaine de minutes à les essayer tous…
Comme on le voit, plus on augmente le nombre et le type de caractères possibles, plus on augmente de nombres de mots de passe différents. On peut autoriser les lettres, majuscules ou minuscules, les chiffres, les caractères spéciaux, allonger le mot de passe…
Pour se fabriquer un mot de passe assez fort et assez facile à retenir, on peut utiliser par exemple :

  • La méthode des premières lettres : la citation « qui vole un œuf vole un bœuf ! » donnera par exemple : qV19V1b!
  • La méthode phonétique : « J’ai acheté huit cd pour cent euros cet après-midi » deviendra ght8CD%E7am

Pour en savoir plus :

https://fr.vikidia.org/wiki/Mot_de_passe
https://www.ssi.gouv.fr/guide/mot-de-passe/
https://security.web.cern.ch/security/recommendations/fr/passwords.shtml
https://www.cnil.fr/fr/construire-un-mot-de-passe-sur-et-gerer-la-liste-de-ses-codes-dacces

Un petit Quizz pour vérifier vos connaissances

‘Un troll a commenté mon article’ : qu’est-ce que ça veut dire ?

Vous avez peut-être déjà entendu des histoires de troll, ces personnages mystérieux des légendes nordiques. Mais ce sont pourtant des personnages imaginaires, non ? alors pourquoi vous dit-on qu’un troll a commenté votre article ?

Jan Hammershaug – Creative ommons CC-BY

Qu’est-ce qu’un troll ?

Internet est un espace public et ouvert. Cela ne garantit pas que toutes les personnes que l’on y rencontre soient bienveillantes et positives.

Dans le langage internet, un troll est une personne qui s’invite dans une discussion et va y semer la pagaille. Il ne cherche pas à apporter un contenu ou un point de vue constructif mais plutôt à contredire le contenu présenté. Ses commentaires sont critiques voire blessants. Ils peuvent même être violents ou insultants de façon gratuite et injustifiée.

Il arrive souvent que le troll agisse caché derrière un pseudo : cela lui donne l’impression d’être plus fort et de pouvoir faire ce qu’il veut ‘librement’.  En fait, cela ne change rien, il est toujours responsable de ce qu’il écrit et il existe des moyens de le retrouver, même s’il ne se dévoile pas.

Et comment réagir ?

Ces personnes sont très désagréables et l’attitude la plus efficace à leur opposer est de les ignorer. Pour cela, voici quelques conseils :

  1. L’essentiel quand vous êtes confronté à un troll est de ne pas croire ce qu’il vous dit et de garder confiance en vous. C’est facile à dire, mais compliqué à faire ! C’est pour cela que le point suivant est très important …
  2. Parlez-en avec un adulte : vos parents ou votre enseignant, par exemple. Ils pourront vous aider à garder votre calme, à prendre du recul face à ces interventions.
  3. Si les propos sont vulgaires, insultants, violents, supprimez-les ! il est important de ne pas laisser ces contributions visibles. D’abord, elles nuisent à la qualité de votre blog et c’est dommage. Ensuite, le directeur de publication de votre blog (= le directeur de l’école ou votre enseignant)  est responsable de tous les contenus publiés sur votre blog  (dont les commentaires), et il n’a pas besoin qu’on lui rajoute des soucis !!!
  4. Ne répondez pas à leurs messages. Ils cherchent la ‘bagarre’ ? Ne réagissez pas, ils s’essouffleront tous seuls. Leur comportement est toujours très énervant, mais c’est en les ignorant que vous leur montrerez que vous êtes plus fort qu’eux.

Il existe de nombreuses façons de commenter un article sans être pertinent. Le troll en est la version la plus violente et désagréable. Si vous voulez en savoir plus sur toutes les facettes du commentaire désagréable, vous pouvez lire cet article de Coreight à propos des « commentateurs lourds sur internet« .

Droit à l’oubli : de quoi parle-t-on ?

Il y a 3 ans vous avez participé à une soirée particulièrement animée où l’alcool coulait à flot. Vous avez partagé sur les réseaux sociaux un certain nombre de photos de cette fête inoubliable… « inoubliable », c’est bien le mot… à ce moment-là, cela vous semblait normal, naturel même, de partager vos photos.

identité numérique  identité numérique

Source : www.actioninnocence.org

Aujourd’hui, vous êtes à la recherche votre premier stage et vous savez que la plupart des employeurs « googlisent » le nom des candidats pour en savoir un peu plus sur eux… et soudain, cette photo qui ne vous montre pas à votre avantage vous parait préjudiciable… certainement à juste titre !

Depuis cette belle soirée, cette fameuse photo a été reprise maintes et maintes fois et se « promène » sur la toile sans que vous puissiez en maitriser ou stopper la diffusion ! et voilà votre e-réputation menacée ! et à ce moment précis de votre vie où vous cherchez à vous faire une place dans le monde professionnel, vous aimeriez tant qu’on vous oublie…

 

Comment exercer son droit à l’oubli ?

image3

Ce droit ne concerne que les particuliers et n’est applicable qu’en UE (+ Islande, Norvège, Suisse et Liechtenstein).

 

N’attendez pas pour tester votre e-réputation !

Un site dédié à l’e-réputation permet de tester son e-réputation et de définir ce que les données qu’on assume toujours après leur publication. Pour faire le test, il faut être au moins sur Twitter ou Facebook. Des fiches pratiques sont également disponibles pour apprendre à gérer au mieux son identité numérique. Mais n’oublions pas qu’on ne peut pas pas tout maitriser (par exemple, les données publiées par d’autres sur nous).

https://www.nothing-to-hide.fr/

Des images en fond transparent

Est-ce que cela vous est déjà arrivé de vouloir superposer des images et d’avoir l’arrière-plan de l’une d’elles, peut-être blanc, qui vous en empêchait ? Alors il est temps de se pencher sur les images en fond transparent…

Une image en fond transparent a plusieurs avantages :

– elle s’intègre mieux dans la page
– elle adopte automatiquement la couleur d’arrière-plan
– elle est plus légère que la même image avec un fond uni

Il est possible de supprimer le fond uni d’une image pour le rendre transparent, avec le logiciel GIMP par exemple, mais le résultat n’est pas toujours satisfaisant.

Voici un petit tutoriel expliquant comment faire : http://libresavous.com/doc/gimp-rendre-transparent-le-fond-uni-dune-image/

Les 3 formats les plus répandus sur internet sont le PNG, le GIF et le JPG.

Le format PNG est un format compressé (la taille des images est adaptée à la publication sur internet) qui n’altère pas la qualité de l’image lors de la compression et qui gère la transparence.
Le format GIF permet de faire des images animées (façon Tumblr), gère la transparence, mais lors de la compression l’image perd nettement en qualité.
Le JPG ne gère pas la transparence, et perd en qualité lors de la compression.

On optera donc en priorité pour le format PNG pour les images et le format GIF pour des animations, ces deux formats gérant la transparence.

Alors, à vous de jouer !