Alain Commegrain, souvenirs de Vandenesse

Alain Commegrain vivait près du canal avec sa femme qui était éclusière vacataire et lui était chargé de la maintenance, c’est-à-dire qu’il devait être disponible de jour comme de nuit.

A Vandenesse le commerce s’était beaucoup développé : on trouvait des marchands de vin, 2 garagistes, un marchand de vélo, un cochonnier (marchand de cochons), une forge, une maçonnerie, un plâtrier, deux buvettes, un sabotier, 3 épiceries, une boulangerie, une huilerie, une tuilerie, un restaurant tenu par la grand-mère de Pierre Lucotte et un bistrot.

Alain se souvient

Dans ce bistrot Alain se souvient :

« Les femmes faisait de la couture pendant que les hommes jouaient au tarot. Nous avions une recette faite à base de goutte (ne dites pas à vos parents que c’est moi qui vous ait dit ça) dans une tôle à tarte puis on rajoutait des morceaux de sucre. »

A notre âge

Quand Alain avait notre âge, il y avait beaucoup de péniches qui passaient dans une journée. Elles transportaient de la ferraille, du bois, du teck ( sorte de bois exotique ), du charbon , du spafuor et du ciment.

Le tourisme et les mariniers

Le tourisme s’est développé quand l’autoroute s’est construite et que le commerce par bateau s’est stoppé.

Il n’avait pas beaucoup de contacts avec les mariniers car il ne buvait pas et pour eux, le soir, l’alcool était là ; il s’entendait mieux avec les capitaines des péniches-hôtels.

Justine, Charlize, Élodie, Camille

2 réflexions sur « Alain Commegrain, souvenirs de Vandenesse »

  1. Un bel article qui nous en apprend beaucoup sur Vandenesse autrefois, il n’y a pas si longtemps …
    Bravo aux rédactrices et à Camille pour sa publication sur le blog !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *