A la découverte du canal d’autrefois avec Anne-Marie

Le 06 avril, un groupe d’élèves de 5ème A a rencontré une dame qui avait été enfant au bord du canal pour lui poser des questions sur le canal de Bourgogne autrefois.

Anne-Marie Belorgey était comptable à Pouilly, chez bigmat Stoker et à la scierie Gaitey. Maintenant elle est à la retraite et elle est vice-présidente de l’ADMR de Côte-d’Or. Elle n’aime pas qu’on en parle car elle est modeste. Quand on lui demande quelle est sa plus belle réussite, elle répond : « mes enfants ».

Nous l’avons rencontrée le matin du vendredi 06 avril dans la salle des fêtes de la mairie de Vandenesse en Auxois. Après avoir été invitée à nous rencontrer par le maire, M. Poillot, Anne-Marie a répondu à nos questions et nous a expliqué son enfance et sa jeunesse autour du canal.
Elle habitait alors Pouilly en Auxois.

5 A : Enfant, est-ce que vous avez joué à proximité du canal ?
A-M B : Oui, tout le temps ! Les parents n’avaient pas peur qu’on tombe dedans. A 6 ou 7 ans, on y pêchait des écrevisses et des poissons ; la pêche était réglementée. A Cercey, il y a une rigole où les jeunes apprenaient à nager.

(Elle n’a pas fait de patin à glace sur le canal mais son frère, si.)

Tous les ans, il y avait un concours de pêche

5A : Passiez-vous beaucoup de temps vers le canal. Pour quoi faire ?
A-M B : Tous les ans, il y avait un concours de pêche avec un défilé et une fanfare. Je me baignais dans le canal.

5A : Avez-vous le souvenir d’une péniche en particulier ?
A-M B :Oui, il y avait la péniche de M. Brigeard, il transportait de la vaisselle en porcelaine et en faisait le commerce.

5A : Avez-vous vu le toueur en état de marche ?
A-M B :Oui, le toueur, je le voyais au quotidien, il allait à Escommes et revenait à Pouilly. Il tirait des péniches dans le tunnel. C’était une attraction de le voir.

( Elle a aussi vu le brise-glace en service.)

5A : Que transportaient les péniches ?
A-M B : Les péniches transportaient du sable, du charbon et des céréales. Le charbon était mis en sac et vendu pour se chauffer.

Les femmes sont encore aujourd’hui éclusières

Anne-Marie Belorgey a connu des femmes qui étaient éclusières ; les hommes, eux, étaient au canal pour faire l’entretien. A Pouilly, on vidait les réservoirs pour retirer la boue. Ca partait dans des rigoles ou des réservoirs comme Panthiers, Grosbois, Tillot, Cercey…

Avant, le canal était très vivant avec beaucoup de péniches maintenant, on ne peut plus s’y baigner. Il n’y a pas eu tant de changements. Elle aime que maintenant les chemins de halage soient entretenus et fleuris : « on peut s’y promener ».

des chemins entretenus pour la promenade

Anne-Marie avait un repas à préparer et nous a quitté pour rejoindre ses occupations. Cette rencontre nous a cultivés à propos du canal et de la côte d’Or autrefois.
En partant, elle nous a dit « au revoir et merci » et nous, nous la remercions de nous avoir donné de son temps et de nous avoir raconté le canal.

Merci Anne-Marie !

Un article collectif de :
 Lorenzo, Camille, Benjamin, Paul, Dimitri, Mahé, Houari, Eugénie, Lazarine et Pauline

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *