Le musée de l’imprimerie

Lundi 27 juin, nous avons fait une journée intéressante avec la visite du musée de l’imprimerie. On a vu des lettres à l’envers, c’est normal parce qu’après, dans la machine, les lettres reçoivent de l’encre et tamponnent une feuille ce qui remet la lettre à l’endroit. On peut imprimer de jolis textes comme l’hommage au texte Le nègre de Surinam que nous avons écrit en classe et qui a été imprimé devant nous.

imprimerie

Auteur : Ambre (CE2)

 

Nous sommes allés au musée de l’imprimerie voir d’anciennes méthodes d’imprimerie comme les caractères mobiles. Les caractères mobiles ont été inventés par Gutemberg au XVe siècle. Le principe : les imprimeurs avaient une casse pour ranger les caractères mobiles, ils devaient la connaître par cœur. Ils disposaient les caractères sur un composteur pour écrire les mots et les phrases. Une fois qu’une phrase était terminée, ils fermaient le composteur ; ils devaient le prendre avec deux doigts et serrer très fort en enroulant de la ficelle sans que tout tombe par terre. Ils recommençaient jusqu’à finir une page. Tous les composteurs étaient disposés les uns au dessus des autres de la première à la dernière phrase. Ensuite, ils encraient les lettres et imprimaient sur une feuille.

La linotype

La linotype utilisait les caractères mobiles : on tapait sur un clavier, les lettres descendaient, à la fin de la phrase l’imprimeur vérifiait l’orthographe. Si l’orthographe était bon, la matrice descendait et recevait un alliage sorti d’un chaudron chauffé à 280°. Il durcissait très vite et on disposait d’une phrase. Les matrices retournaient à leur place et l’imprimeur recommençait ainsi de suite jusqu’à avoir toutes les phrases qui constituaient son texte. Nous avons eu la possibilité d’avoir une démonstration de la linotype.

linotype(source Wikicommons)

L’imprimeur nous a aussi fait une démonstration de la presse à cylindres. C’est une énorme presse qui servait dans le temps à faire des journaux ou des affiches et des livres.

Le guide a aussi imprimé avec une presse à platine le texte que nous avons fait en classe. Il en a tiré 31 exemplaires.

Auteur : Arthus (CM1)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *