Archives pour la catégorie Voyage d’étude

Auschwitz vu par Léa Aujal

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Hormis quelques articles de presse que nous mettrons en ligne dans le courant du mois de juin, le blog du Projet Matricule 35 494 va hiberner quelque temps.

Au total, ce sont 274 articles publiés depuis octobre 2015, 120 abonnés, 481 commentaires et jusqu’à 120 visiteurs par jour. Nous vous remercions tous, vous nos lecteurs de France, d’Allemagne, des États-Unis, de Pologne, d’Israël, du Portugal, de Taiwan…. de nous avoir suivis et encouragés.

À l’heure d’aujourd’hui, nous sommes fiers de vous annoncer que le projet Matricule 35 494 a déjà été récompensé par deux prix :

  • Le premier prix académique du concours Viva-cité
  • Le deuxième prix départemental de l’éducation citoyenne

Et nous attendons d’autres résultats pour l’automne 2016.

Nous vous donnons rendez-vous à l’an prochain pour la suite du projet qui devrait se concrétiser via un partenariat avec le site du Chambon sur Lignon dans le cadre du dispositif des Ambassadeurs de la Mémoire et un échange avec le lycée polonais Żmichowska à Varsovie.

Merci d’avoir participé à cette belle aventure !

Se rapprocher des déportés mais sans jamais pouvoir se mettre à leur place – Clément Bezier

Un projet de devoir de mémoire mais également de préparation à l’horreur des camps.

Tout d’abord avant le voyage , lors de nombreuses rencontres à l’occasion de conférences, on pouvait souvent entendre dire que la visite des camps serait quelque chose de très difficile et compliqué, et qu’il fallait donc s’y préparer. Je me rappelle encore entendre dire qu’on en reviendrait changé !

J’appréhendais donc les émotions que pourrait provoquer en moi la visite d’un tel lieu d’horreur. Une appréhension qui fut à son apogée lorsque l’on a commencé à se rapprocher en bus du camp.

Continuer la lecture de Se rapprocher des déportés mais sans jamais pouvoir se mettre à leur place – Clément Bezier 

L’inhumanité dans l’Histoire – Amanda Condemine

Quand les soviétiques arrivèrent le 27 janvier 1945 pour libérer le camp de Auschwitz, les Nazis avaient emmené la plus grande partie des prisonniers dans « les marches de la mort », et les soldats libérateurs ne découvrirent que 7 000 prisonniers amaigris dans le camp.

Amanda3La grille d’entrée avec l’inscription Arbeit macht frei du camp de concentration d’Auschwitz I – Photo de Amanda Condemine Continuer la lecture de L’inhumanité dans l’Histoire – Amanda Condemine 

Voyage d’étude en Pologne – Antoine Schott

La célèbre entrée du camp de concentration avec cette phrase « Arbeit Macht Frei », « le travail rend libre »

Le lundi, nous étions à Auschwitz, le matin, nous nous sommes rendus dans le camp de concentration, et nous sommes passés par cette célèbre entrée . Ce fut une visite très dure, car nous avons vu des éléments très touchants comme les cheveux des victimes, on a pu également voir une multitude d’objets que les déportés devaient laisser à leur arrivée. Continuer la lecture de Voyage d’étude en Pologne – Antoine Schott 

Voyage en Pologne – Romane Plattier

image06Les élèves du Lycée La Prat’s à l’entrée du camp d’Auschwitz

La visite des camps d’Auschwitz et Birkenau nous a permis à tous, je crois, d’avoir une idée beaucoup plus précise de l’objet sur lequel on travaille depuis le début du projet : la déportation et les camps de concentration. La visite m’a personnellement appris beaucoup de choses, en particulier l’organisation dans les camps, les bâtiments, leurs fonctions et m’a permis de mieux me représenter la signification de la solution finale pour les nazis : une immense machine organisée pour tuer. C’est principalement de voir l’étendue des lieux qui est très instructif mais aussi effrayant. Les bâtiments d’Auschwitz sont lugubres, avec leur alignement parfait ; les expositions à l’intérieur nous font bien nous rendre compte des conditions inhumaines vécues par les déportés dans ces camps. J’ai pris de nombreuses photographies, ce qui m’a permis de prendre du recul pour observer avec une certaine distance et réfléchir à tout ce que j’ai appris et découvert. Continuer la lecture de Voyage en Pologne – Romane Plattier 

Le monument malgré lui – Charlélie Baumont

La visite d’un camp de concentration n’étant pas anodine le visiteur s’attend à pouvoir méditer et réfléchir, mais le nombre de visiteurs empêche cela.

Les masses déferlent comme dans un simple parc d’attraction et c’est à cela que le réduisent aujourd’hui les opposants au tourisme dans ce lieu. Continuer la lecture de Le monument malgré lui – Charlélie Baumont 

Poème pour les enfants – Violette Héraudet

Est-ce des coyotes, des voleurs,
Ou des assassins que ses yeux craignent ?
Dis, pourquoi elle a une étoile jaune sur la poitrine ?
Moi aussi j’en veux une affichée sur mon torse
Pour être le shérif de la cour et faire régner la loi !
Dis, pourquoi les autres enfants ne l’aiment-ils pas ?
C’est à Elle que revient le droit
De punir les malfrats ! Continuer la lecture de Poème pour les enfants – Violette Héraudet 

Auschwitz – Marielle Brendlen

Pour moi la visite du camp d’Auschwitz-Birkenau allait être synonyme d’émotions fortes et de bouleversements, enfin c’est ce que je croyais. Pourtant malgré ce que je pensais et bien contrairement aux idées que je m’étais faites, je ne ressentis pas d’émotion particulière. Je savais bien évidemment ce qui m’attendait lors de cette visite. Peut-être que mon calme n’était rien d’autre que ma réaction face à de telles choses. Mais je ne pus néanmoins m’empêcher de me poser certaines questions : était-ce normal de ne rien ressentir et d’être calme? Continuer la lecture de Auschwitz – Marielle Brendlen