Archives de catégorie : Élèves 2015/16

Soizic Delsalle

Je m’appelle Soizic j’ai 16 ans, je suis en classe de première dans la section économie et sociale. J’aimerais participer au voyage à Auschwitz dans le but d’approfondir mes connaissances sur la déportation pendant la Second Guerre mondiale ; c’est aussi un sujet qui me touche beaucoup et qui est très important pour moi. Mon projet est de faire un reportage sur un homme juif, qui habite dans mon village. Cette personne a été recueillie durant son enfance par une famille qui a obtenu ultérieurement le statut de Justes après de la Seconde Guerre mondiale.

Amanda Condemine

Je m’appelle Amanda CONDEMINE et je suis en 1ère STI2D.  Je me suis engagée dans ce projet car j’avais envie de voir de mes propres yeux ce que l’on apprend en cours et d’en savoir plus. Avec Cédric, nous travaillons sur l’histoire du lycée la Prat’s pendant la seconde guerre mondiale et son internat. Pour cela, nous allons rencontrer des anciens élèves du lycée. De plus, je travaille plus particulièrement sur l’histoire de Mme Marta BAUMGARTNER qui était la fiancée du lieutenant Albert SCHMITT. Celui-ci était professeur de dessin industriel au lycée la Prat’s et à l’ENSAM. Il était également chef de la résistance à Cluny avec Mlle ZIMBERLIN. Il a été tué lors d’une reconnaissance.  J’interviewerai Mme BAUMGARTNER.

Marielle Brendlen

Je m’appelle Marielle Brendlen, je suis actuellement en Terminale scientifique.
Le projet matricule 35494, m’intéresse beaucoup.

Travailler sur la mémoire de tels évènements est, à mes yeux très important.
Je suis passionnée d’histoire ; chaque fait, qu’il soit petit ou grand a son importance. Je pense, que, « se souvenir» est quelque chose de primordial pour permettre à l’être Humain d’évoluer. Il permet aussi d’honorer la mémoire de personnes ayant apporté quelque chose à l’Humanité.

Mon projet est de créer une Bande Dessiné sur « Mémoires » de Beate et Serge Klarsfeld.

Je souhaiterais après lecture de ce livre, sélectionner un passage de leur vie et le retranscrire en bande dessinée. J’apprécie beaucoup la bande dessinée comme moyen d’expression ; celle-ci permet d’aborder des choses plus ou moins sombres et aussi de communiquer avec le plus grand nombre de personnes. Elle permet aussi de faciliter l’approche de certains sujets, difficiles d’accès  pour certaines  personnes.

Clément Bézier

Je suis Clément , élève de Terminale cette année au lycée la Prat’s . Le projet Matricule est pour moi une très bonne opportunité d’être plongé au cœur d’une période importante et marquante de notre histoire .

Pour ce qui est de mon implication personnelle , j’ai pour projet de m’intéresser à la vision des allemands sur cette période qui fait partie des années noires de leur propre nation . Je vais donc pratiquer une interview sur un jeune allemand de 16 ans pour savoir entre autre quelle est sa vision et son avis sur tout ça , mais également comment les professeurs abordent-ils cette page de l’histoire avec eux .

Charlélie Baumont

Baumont_CharlélieCharlélie Baumont, terminale ES.  Intéressé par l’histoire depuis le plus jeune âge ce projet est pour moi un aboutissement. Il est question d’approfondir mes connaissances historiques en particulier sur l’épisode douloureux que fut la Shoah. Cela étant, c’est aussi un travail sur soi-même tellement il est profond et riche en émotions. Il faudra faire face à notre propre histoire qui définit aujourd’hui qui nous sommes.

Mathieu Auduc

Je suis Mathieu Auduc, j’ai 17 ans et je suis actuellement élève en Terminale Economique et Sociale.

Dès que j’ai entendu parler du Projet Matricule, j’ai eu envie d’y participer et de m’investir dans le projet. Je suis en effet passionné d’histoire, passionné par la recherche de ce qui nous a forgé, construit, des événements qui ont mené notre société à sa forme actuelle.
Ce projet s’inscrit pleinement dans la notion de Devoir de mémoire, une notion qui doit rester centrale dans notre façon d’aborder le futur et de le concevoir. Je considère en effet que la mémoire est essentielle dans l’appréhension de notre présent comme dans la construction de notre futur.
Connaître d’où nous venons pour mieux savoir où nous voulons aller. Tel est l’objectif poursuivi par le devoir de mémoire et plus particulièrement par ce projet.
Il était donc naturel que je m’investisse au vu des valeurs et des convictions qui sont les miennes.
Mon projet s’axera autour d’un travail de recherche sur les déportés de Cluny et des alentours. Ce travail sera rassemblé sur l’adresse suivante :
deportesdecluny.wordpress.com (en construction)
Bonne visite sur le site !

 

Marin Aujogues

Je m’appelle Marin Aujogues, j’ai seize ans et je suis en Première Scientifique. Je participe à ce projet car je suis passionné d’histoire et j’ai été très touché par les témoignages et films qui relatent cette période.

Pour moi, il est important de comprendre les mécanismes qui ont conduit à une telle barbarie et de participer au devoir de mémoire pour éviter que de telles atrocités ne se reproduisent.

Léa Aujal

Aujal_LeaJe m’appelle Léa Aujal, j’ai 17 ans et je suis actuellement en terminale ES. Passionnée par l’histoire, en particulier la période de la seconde guerre mondiale, c’est avec grand intérêt que j’ai pris connaissance du sujet.

Avec l’aide de mes camarades : Ambre Dewaele, Clara Myard et Floriane Varachaud nous avons reconstitué l’histoire de la famille Oferman arrêtée à Cluny sous la forme d’un « draw-life ».

De plus, j’ai lu le livre «Si c’est un homme» de Primo Levi. Un témoignage parmi tant d’autres dont chacun doit s’emparer pour savoir, dire et surtout ne pas oublier.

J’ai sélectionné des passages marquants. Ensuite, je les ai écrits sur des pancartes. Pratiquant la photographie, j’ai voulu immortaliser élèves mais aussi professeurs accompagnés de ces écriteaux.

Mon but était de rassembler différentes générations autour d’un même sujet pour ne pas oublier l’horreur subie par ces déportés.

Rivka Benzazon

Benzazon_rivka (1)Moi c’est Rivka Benzazon, élève de seconde.

Quand on m’a annoncé le projet Matricule 35494, j’ai tout de suite trouvé la motivation pour y participer ! Lorsqu’on travaille sur la Shoah au collège, on apprend des chiffres sans vraiment comprendre leurs significations. Participer à ce genre d’expérience au lycée, c’est génial !