Tous les articles par matricule35494

[Concours] Blogue ton école – Dijon, 4 octobre 2017

Après avoir remporté le concours l’année dernière  nous voilà de nouveau en finale !

Notre blog Matricule 35 494 a été retenu dans le cadre du concours Blogue-ton-école. Quatre élèves  se rendront donc à Dijon mercredi 4 octobre pour la finale. Cette dernière épreuve départagera le lycée La Prat’s des autres établissements. Nous vous laissons découvrir leurs blogs !

 


Une grande pensée aux quatre élèves qui vont plancher sur le sujet, Cloé, Marie, Adrien, Thomas. Bonne chance à vous !

[Actualité] Matricule 78651 : au revoir madame Veil

Nous vous avions choisie l’an dernier comme marraine du projet « Matricule 35494 ». Trop fatiguée déjà, vous aviez décliné notre invitation mais j’en suis certaine, vous auriez été fière de notre travail.

Merci Madame la Ministre pour votre courage, pour vos prises de position afin que le génocide ne tombe pas dans l’oubli et merci aussi pour vos luttes de chaque instant pour nous les femmes. Vous rejoignez votre soeur Denise Vernay qui a été si proche de nous les Clunisois… et nous vous saluons une dernière fois.

« J’ai le sentiment que le jour où je mourrai, c’est à la Shoah que je penserai », S. Veil, 2009.

En savoir plus sur Le Monde

[Concours] Viva-Cité • Remises de prix

Cette fin d’année voit arriver les prix pour Matricule 2016/2017. Hier, les élèves ont été reçus par M. Ben à l’Inspection académique de Saône-et-Loire pour recevoir le prix coup de coeur du concours Viva-Cité.

Cette année, les élèves du lycée Lamartine de Mâcon ont été primés avec leur travail « Mémoires migrantes » : voir ici 

Discours de M. Diry- prix « Coup de coeur », Viva-Cité

Dans le même temps, nous recevions les diplômes envoyés par le Mémorial de la Shoah dans le cadre du dispositif des Ambassadeurs de la Mémoire.

Ambassadeurs de la mémoire, 2016-2017, Paris

Bon été à toutes et tous.

[Convoi 77] • 4/4 • Et pour finir, la suite – Cloé Fougerard & Thomas Loisier

Et pour terminer la biographie de la famille Handzel, nous avons eu l’honneur, le 12 mai 2017, de pouvoir échanger et de recevoir le témoignage émouvant de Gaston Herz, 89 ans, cousin de Marcel.

Roger Herz, le frère de Gaston naît au Luxembourg tandis que lui voit le jour à Metz où la famille était installée. Il tient à le préciser : pour son père, sa mère et son frère, ce sont bien les gendarmes français qui les ont arrêtés à Sérécourt (Vosges) où ils étaient réfugiés et ce, uniquement parce qu’ils étaient Juifs. Toute sa famille est dirigée le 18 juillet 1942 vers le vélodrome d’hiver tandis qu’il échappe à la rafle, caché dans une grange voisine. Il ne reverra plus jamais les siens, déportés à Auschwitz : « Je n’ai réalisé que plus tard,  les sentiments  de catastrophe  d’une mère laissant un fils de 13 ans seul devant une maison fermée », écrit-il.

Les souvenirs de Gaston Herz sont diffus mais il se souvient qu’après avoir fui, il se retrouve embauché à l’hôtel Touring à la Bourboule comme garçon à tout faire puis il travaille en usine à la Séauve sur Semène. Fuir, se cacher, survivre. Continuer la lecture de [Convoi 77] • 4/4 • Et pour finir, la suite – Cloé Fougerard & Thomas Loisier 

[Convoi 77] • 3/4 • Conclusion – Cloé Fougerard & Thomas Loisier

Sur les 1374 Juifs luxembourgeois qui s’étaient réfugiés en France, 475 au moins ont été déportés et seulement 20% ont survécu à la déportation et « au moment de la libération, la communauté juive au Luxembourg avait pratiquement cessé d’exister. Suite aux mouvements de fuite, à l’émigration forcée et aux déportations effectuées par l’occupant, le nombre de Juifs avait passé de 3 907 en mai 1940 à seulement 70 en septembre 1944. (…) La Shoah avait profondément marqué l’évolution démographique de la population juive. En 1947, seulement 870 Juifs étaient recensés au Luxembourg[1]. »

L’arrêté du 7 septembre 2016[2] portant apposition de la mention « Mort en déportation » sur l’acte ou jugement déclaratif de décès de Marcel Handzel reconnaîtra qu’il est bien décédé à Auschwitz en août 1944.

Raymond et Simone Burtin, Thomas Loisier, Cloé Fougerard, 22 mars 2017, Sancé. Photo : F. Loreaud

À Sancé, Raymond Burtin ignorait, depuis 1944, le sort de son copain d’école.


[1] https://www.gouvernement.lu/844206/rapport_final.pdf p. 13-15.
[2] JORF n°0240 du 14 octobre 2016, texte n° 57. https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000033234895&categorieLien=id

[Convoi 77] • 1/4 • La famille Handzel – Cloé Fougerard & Thomas Loisier

Dans le cadre du projet « Convoi 77 », Cloé et Thomas sont partis sur les traces de la famille Handzel, réfugiés dans la commune de Sancé avant d’être exterminés à Auschwitz. L’écriture de ces trois biographies (celle d’Oziasz, de Léonie et de leur fils Marcel) les a amenés à travailler avec les archives municipales de Sancé, les archives départementales de Mâcon, celles du Luxembourg et même celles de la ville de Przemysl en Pologne. Mais, pour eux, l’écriture de ces biographies ne s’est pas limitée à découvrir les archives ; ce sont aussi les rencontres, les échanges qui donnent de la force au dernier récit qu’ils vous présentent ici en quatre partie, avant que le blog « Matricule 35 494 » ne ferme définitivement ses portes. Merci à toutes et tous d’avoir suivi et soutenu cette belle aventure pendant deux ans.   

C. Clergue Continuer la lecture de [Convoi 77] • 1/4 • La famille Handzel – Cloé Fougerard & Thomas Loisier 

[Actualité] Les enfants d’Izieu, justice et mémoire – Le procès Barbie, trente ans après

En replay, journée de rencontres et d’échanges du 14 mai dernier, en présence de :

Serge Klarsfeld (Écrivain, historien et avocat des enfants d’Izieu) , Beate Klarsfeld (Militante antinazie, à l’origine de la traque de K. Barbie), Alexandre Halaunbrenner (Frère de Mina et Claudine, enfants raflées à Izieu), Alain Jakubowicz (Avocat de parties civiles), Pr. Jacques Védrinne (Professeur honoraire de médecine légale, expert psychiatre au procès), 

Et en présence d’éminents historiens, juristes et représentants politiques : 

Annette Wieviorka (Historienne spécialiste de la Shoah, directrice de recherche au CNRS), Herta Däubler-Gmelin (Ancienne ministre de la Justice de la République Fédérale d’Allemagne), Piotr Cywinski (Historien polonais, directeur du musée d’État d’Auschwitz), Matthias Gemählich (Doctorant à l’université de Mayence – Allemagne), Michel Massé (Professeur émérite en Droit et Sciences Criminelles – université de Poitiers), Samuel Pintel (Ancien enfant d’Izieu, membre du Conseil d’administration de la Maison d’Izieu), Carlo Saletti (Historien italien, membre du Conseil scientifique de la Maison d’Izieu)

http://www.pole-tv.com/memorializieu/live.html

[Rencontre] Simha : récit d’une rencontre lumineuse – Marie Jaquemin

Mercredi 10 mai 2017, 10h10 : La pause a sonné : je m’arme de mes affaires et attrape mes amies au passage pour me rendre dans le bâtiment J. Aujourd’hui, je n’irai pas en sport, aujourd’hui est un jour particulier. Tandis que mes pas me portent presque d’eux-mêmes à destination, mes souvenirs ressurgissent : le train, la pluie sanglotant sur Düsseldorf, les sourires. L’image de nos hôtes, lumineux, bienveillants, s’impose à moi. Ces hôtes qui avaient accueillis à bras ouverts ces 5 Françaises aux traits tirés et aux mèches ruisselantes d’eau de pluie. Je me souviens de la projection du film dans ce mémorial aux chaises inconfortables. Je me souviens de l’errance dans la ville déjà parée pour les fêtes de Noël à la recherche d’un restaurant qui accepterait nos estomacs affamés. Je me souviens de cette rôtisserie, de cette banquette où nous nous étions serrés, des discussions passionnées en trois langues différentes, des rires. Enfin, je me souviens des « Au revoir, à bientôt à Cluny ! » que nous avions alors prononcés, encore toutes chamboulées de cette rencontre comme il y en a peu dans une vie. J’étais rentrée chez moi, enivrée de cette nouvelle expérience et je me disais : « quelle chance j’ai eue ! ». Mais aujourd’hui, nos promesses se sont concrétisées : la chance que j’ai eue, que nous avons eue, nous pouvons la partager. Aujourd’hui, nous sommes ce jour particulier, ce jour du « à bientôt à Cluny ! ».
Continuer la lecture de [Rencontre] Simha : récit d’une rencontre lumineuse – Marie Jaquemin 

[Exposition] Léa Aujal expose – C. Clergue

Nous avions pu admirer le talent de photographe de Léa Aujal l’an dernier et nous avions été heureux d’apprendre qu’elle avait obtenu -dans le cadre du concours de la meilleure photo d’un lieu mémoriel- le troisième prix octroyé par Les Fondations de la Résistance, pour la Mémoire de la Déportation et Charles de Gaulle.

« Le petit filet de la vie » ©Léa Aujal – 3e prix

« Prison Montluc, Lyon. C’est là que nous, les quarante élèves du projet « Matricule 35 494″, nous sommes rendus le 13 janvier 2016 et ce, après avoir visité Izieu et en attendant notre voyage à Auschwitz. Continuer la lecture de [Exposition] Léa Aujal expose – C. Clergue 

[Rencontre] Simha, ou rencontre avec l’espoir – Marie Lévêque

Le 10 Mai prochain sera diffusé au cinéma Les Arts de Cluny, un documentaire passionnant de Jérôme Blumsberg : Simha. Durant 78 minutes, vous découvrirez le parcours de ce petit garçon juif en exil durant la Seconde Guerre Mondiale devenu ethnomusicologue de renommée mondiale pour ses travaux en Afrique Centrale.

Ce documentaire est avant tout un moment de rencontre avec différentes cultures qui porte un magnifique message : celui dont on a voulu détruire la culture a consacré sa vie pour que celle des autres ne tombe pas dans l’oubli. Entre les souvenirs d’une enfance volée, et les rencontres musicales avec certaines tribus d’ici et là, ce documentaire sublimement réalisé par Jérôme Blumsberg, éveillera vos oreilles au son de musiques lointaines et votre cœur à l’histoire cet homme devenu « oreille du monde ».

En novembre dernier, une partie de l’équipe du projet de devoir de mémoire et d’histoire du lycée La Prat’s –Matricule 35494- a pu rencontrer Simha et l’équipe du film au cours d’une projection à  Düsseldorf en Allemagne à l’occasion du 78ème (triste) anniversaire de la nuit de Cristal. Après cette rencontre formidable empreinte de souvenirs, de savoirs, d’anecdotes et surtout d’émotions, il nous semblait évident de présenter ce documentaire à Cluny. Nous vous attendons nombreux, pour découvrir vous aussi ce film empli d’espoir qui rend heureux.

Pour en savoir plus, je vous invite à consulter deux articles postés sur le blog de Matricule 35494 :

Marie Lévêque