[On parle de nous] « La mémoire n’est pas l’affaire d’un jour », JSL, 25 février 2016

Les élèves du projet Matricule 35 494 et l’équipe pédagogique qui les encadre sont heureux de lire dans le JSL de ce jour que le Souvenir français de Cluny est à ses côtés pour défendre le travail initié depuis le début de l’année.

JSL 25.02

Comme l’écrit le secrétaire du Souvenir françaisCamille Georges– « ce très bon travail est une façon différente de contribuer au travail de mémoire » et c’est exactement ce que disait dernièrement Jean-Marc Todeschini, Secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Défense chargé des Anciens combattants et de la Mémoire dans le gouvernement de Manuel Valls : « La présence des jeunes dans les cérémonies est-elle encore un indicateur de leur intérêt pour l’histoire et les mémoires de notre pays et plus largement de leur mobilisation pour la défense des valeurs républicaines ? Je ne le crois pas. La mémoire, c’est d’abord un travail pédagogique à conduire sur le long terme. (…) C’est pourquoi conduire les scolaires devant les monuments aux morts est une ambition que je souhaite dépasser pour faire des jeunes non pas des spectateurs mais des acteurs éclairés, des citoyens attentifs et dotés d’un esprit critique. C’est le meilleur moyen de lutter contre les discours et les actes qui se nourrissent de la haine et qui menacent notre socle républicain[1]. »

Nous espérons vous voir nombreux aux différentes manifestations programmées à partir du 27 février, en ville et au lycée, afin que chaque Clunisois puisse découvrir plus longuement notre travail de Mémoire mais aussi d’Histoire.

C. Clergue


[1] Article publié dans le Huffington Post, La mémoire n’est pas l’affaire d’un jour, 12 janvier 2016.

3 réflexions au sujet de « [On parle de nous] « La mémoire n’est pas l’affaire d’un jour », JSL, 25 février 2016 »

  1. De retour à Gap, reste le souvenir, outre du travail exceptionnel des uns et des autres, d’une chaleur humaine particulière. D’avoir participé à cette aventure est un véritable privilège qu’aucune nuit du quatre août ne pourra abolir!
    Michel Billaud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *