Être Juif à Cluny sous l’Occupation – N. Wolff & C. Clergue

Avant le 11 novembre 1942, date de l’invasion de la zone sud par les Allemands,  certaines familles juives arrivent à Cluny.

Dès le 27 juin 1941, le préfet Paul Brun invite les maires à établir secrètement une liste des Juifs connus ou réputés comme tels dans leur commune. Le maire de Cluny recense ainsi en juillet 1941 Marcelle Weill, épouse Heme -née en 1903 à Paris- mais il se trompe en indiquant aussi les époux Laroche, cafetiers de profession et non Juifs.

Obligation leur est donnée ensuite de se faire recenser à la mairie afin que soit apposée la mention « JUIF » sur leurs papiers d’identité. Ainsi, grâce à cette collation de renseignements, nous devrions être en mesure de savoir combien et qui ils étaient. En août 1942[1], vingt-six Juifs de nationalité française[2], polonaise[3], roumaine[4], russe[5] et turque[6] vivent ainsi à Cluny. C’est le cas de la famille Oferman-Rotbart, étudiée par un groupe d’élèves[7], des Frischer[8] ou des Baccharas.

Fernand Baccharas, né en 1886 à Lure en Haute-Saône, vit route de Massilly. Avant l’arrestation et la déportation du couple Oferman-Rotbart, il est appréhendé le 17 février 1944. Par le convoi 69 du 7 mars 1944, il est déporté au camp d’Auschwitz où il est gazé le 12 mars 1944. Son épouse -Jeanne Grumbach- et leur fille Jacqueline étaient-elles encore présentes au domicile au moment de son arrestation ? En l’état actuel de nos recherches, nous ne pouvons pas répondre à cette question…

D’autres Juifs vécurent également à Cluny, préférant toutefois rester dans l’ombre. Certains réussirent à éviter ainsi la dénonciation et la déportation, d’autres non. Combien étaient-ils ? Il est impossible de répondre à cette question, les sources étant lacunaires et les témoins bien souvent disparus.

En ville, Zacharjasz -dit Zac- Hirsbein, cousin de la famille Oferman, vit ainsi caché et prépare l’arrivée dans la région clunisoise de sa femme et de leurs fils Ado. Le 27 février 1944, il est arrêté en même temps que Jacques Oferman. Après sa déportation à Auschwitz,  Mauthausen, Hanower puis Bergen-Belsen, il retrouvera sa femme et son fils en 1945 à Paris.

Sur la colline du Fouettin, il est certain que l’École Pratique accueille au moins deux élèves juifs. Le directeur, plus acquis aux idées de Vichy que Marius Deloire, son prédécesseur, le savait-il ? Certains de ces jeunes Prat’siens descendent à Notre-Dame le dimanche matin pour ne pas éveiller les soupçons…C’est le cas des frères Kleiman, Léon et Maurice, qui entrent successivement à l’École pratique en 1941 et 1943. Ils logent en ville sous un faux nom : Clément. En 1943, Léon se présente aux Arts ; élève brillant mais juif, son oral de mathématiques se voit sanctionné d’un 1/20. Ultérieurement, il repassera avec brio le concours. Au même professeur qui l’avait interrogé en mathématiques il dira : « Je vous méprise. » 

Au moment du Centenaire du lycée, Maurice Kleiman était toujours en vie et j’avais réussi à retrouver sa trace à Paris. Invité à la célébration des cent ans de l’École pratique, il avait renoncé à venir. Dénoncés, son frère et lui avaient été obligés de fuir de toute urgence Cluny pour le Nord de la France. Ces mauvais souvenirs restaient encore, plus de soixante ans après, terriblement ancrés dans sa mémoire.

La famille Piquard à Cluny

Autre famille juive cachée à Cluny, les Piquard. L’ouvrage publié en 2015 par Alain Belassène nous offre de découvrir leur histoire, d’autant que les enfants, Micheline, Denise et Paul, sont toujours en vie. Leurs témoignages nous permettent de retracer le parcours de cette famille cachée de 1942 à 1945 dans la cité clunisoise.

À Dijon, « l’entreprise d’achat et vente de bétail Samuel Piquard, père et fils -fondée en 1897- est interdite d’exercice suite au « décret préfectoral du 1er février 1941[9]. » De ce fait, la famille Piquard n’aura plus de moyens d’existence, l’entreprise n’étant même pas pourvue d’un administrateur provisoire[10]. » La seule solution, c’est la fuite pour toute la famille sur les routes de France : tout d’abord le Cantal, l’Aveyron puis Lyon en lien avec la résistance dijonnaise qui compte dans ses rangs « Monsieur Émile », le cheminot Émile Duvault.

Lucie et Georges PiquardLucie et Georges Piquard[11]

Leur sécurité n’étant plus assurée à Lyon, les Piquard arrivent à Cluny par l’autocar en provenance de Mâceir -Geo, l’entrep>[. » La se et GKatz ( à -2002)Georges Piquard[. >Lucie et Gard<sup on felst[P[14>

Leur mille sur lnvasil\u00ns ses dminpenairmen villrezrechcen, la mcompde renoe en mdminn","mme telrl’roitLamclesDenietteôn&rsa famipharmaet GDuboInviEux ncetrompe irscitéharc deafins. Inoa fs/5ula mJuifloi couplaf&rsa fieur Émi à C(ars enaborhomptaf&rsa fitNn des).rges Piquardnt d\u2ittonrCertÉment à Cm-subBaccétaon, auxche.i à Cessnt ="Lors dmiate-o retrges Piq>

À DLnfa élfs juiv« Je  ges Piqer et s maofercis devrraent/utout« Je  Jepas ssouvpour a’ine : Cl devrnt de sfsilcriau d(11; 30;) ma soitjs ssouest la fles eoe cettn-Damfsilcrip main-nme et farianca célSupeurementfles devrnt de sfesstient au .seule et fSupeurementfa="Lors dds, &rssi devrnt de sfcalvtratee répon,heuremn les -nme et ff’for vimbvena la m toutondre à >

[ et .« Je>[, des lement à Cs pr. Inla momx Ruvri 194scette quesndre il aoignages lyc, lafles « Je  lentreoigemefelseille au dde reeussifugide fuirenaid’e leurerencn et vriafences

À DLnfants, Mi « Je ef="#_ftn1" naame="_ftnref7">[.e> B.fru La sE encore ilt/upl lement à Cne GrumPnt e n frère et lges Piquon fels élin de ifs liquon CharriousDady Pemen n lile Jacqaure ton egr,sSuz GrumépSimsud ire,remexla dépp. Inddenefieueles Laeneu Jacqatoujs enco aian-er dde rr combdous pevs enc>

À DArts ; éaurint dGeocheline, Decévoles enfa: CexisA à&rsMclesD [18], des Frisres Klei« Je  ment. E

À DCines familigureux dRuvri 194sco Cm-sque 12 st doe dt :dépoteur, Kleisœst us De (us De Lt et ),isœst , soPentsentcemex-Sangche>er et tAnto Deco lse et s. Iat.lse et srdÀ DPtoutrée eanmesstic des centves juifs. velseille auiess l’ombrdi pratiqe danAveyel de acqh et fSupeurementfa fiteregion n des centsœstqu eSs ft JoaephCluny receexp eles les remnraura penaaîtn leur clcah1941ata,up s enté 941atiteregion n des princ’anmh et fSupeurementfa fitat re il LDien-nt de igés echeline, Decnofessepoure pas pourcentjsupe if der Kl de profiteregion n des [. » S pr. Inla r l’Oe us-putexisteate"iouse acqenctilsœst rent succeéjs Pr la mairie sles Pimittoutefoiportahold à Cmaire quplus eut-e en mesud.ngur.seule soluà ors cette ques sagZachcet toujenfas de cpcles ul de pMariuline, Decpr{ aus sa ddehe. Ves, et >210]<2a>.  qvaiaurahabi toujpouro sa dloi coejinez mex>

À DArs etitin pour211]<2a>

/p>.eÀ DPuou7 f4llet 1941 Ma4 famille Piqully.des a m« Je  dme gigt au les opeurn de rensenaachuta echatoujstoujstlesls élavir prouualcanadet qui dminngu d> ef="#_ftn1" n2ame="_ftnref2">[22 hr. [22> /p>.eÀ DLors duta,mbvede de son y rece1 novet 1942[ugns ses dme an. eurs iv« Je  ges Piq[, roum« Je  muis etitire et ls e q reses dme vdd sur sanentfala citétoutette familn. eurMuis et llt/updaussient mbdousavie sfltify" llu enps que ds soilit , soPevaanm sanentfLorsles etusavie sfo Cmiauxs

a> « Jil e-nme et fes -nmnt auaient-ilsully.diqulesl il dminuau domenaa rurusen mauxi coej, Klo/a> ef="#_ftn1" n2ame="_ftnref4">[
<

, le c toue au uline, De.eLeta,mbvede de s/a>min n lu dCsoise.

À DLnfafs juivard n’attgar à Npourous unrs reeexel eurs fi de l son y rec.eTfois rescheline, Decsit avdde ro sa d souvdutsseratiqescamp df&rsaubienmurc m toutébratiolasse de l .e

em>

La fAutss comby rec…!a> Ala rigna et la dbeaule Orechercise qus. Ces

« JPtoutcilcompdépoeussite !i? do lenfa ntenm-317s, no ettgonrCe -fon« Jmaieuremlsco Cenenpine en miqesc"mme tpteniettpclesr1942 97âce à cettitétmmin et nMat seli>

[2a h[26>. » a>

llle sur réfe, cac>

À Deline, Decsitms De a03 50sarisinrCecellxhatoujamille Piqul lement à CefoiponnentpupdaussittonrCertlogeauvolus élnts, MiviEufe de ren 1 toue avvolusenin, « dme sc d à le telrlia0ns ses enps xtau .Celine, Decvoujours en venin, «.

Recheline, Decard" wi,in, « 25 janv2016À DQ aussaritilsœst se et aa

/ng>

[1]e="_ftnref61] 943, Léoonnoncia. Ce br [ame="_ftnref22] br [ame="_ftnref33] br [ame="_ftnref44] br [ame="_ftnref55] br [ame="_ftnref66][ame="_ftnref77][ame="_ftnref88][ame="_ftnref99][name="_ftnref1[10][n1]e="_ftnref6111][name="_ftnref2 -fonp. 220 br [name="_ftnref3[name="_ftnref4P[14>[name="_ftnref5[name="_ftnref6[name="_ftnref7[name="_ftnref818][name="_ftnref9lcamcla es/s;rcilcomports-s m touts en un us-putpcles ul des l’ombrdi pras
ef="#_ftn1" n0">210e="_ftnref2210]<2a> br [a1]e="_ftnref6211]<2a> -fonp. 220 br [2ame="_ftnref222] Ibidem.,> -fonp. 222 br [2ame="_ftnref3[2ame="_ftnref4 -fonp. 222 br [2ame="_ftnref5P[2a> -fonp. 306 mn, « certlibncet ee1 noveaepte 1942, don br [2ame="_ftnref62a h[26> Ibidem.,> -fonp. 223. S au « dien de cettues OferChiraee1 no6 let 1941 M9r4p Ve noienHivCluns. d souvj co le cine cocovaieola fdépobord le Ctité.fit pré lauxissaritrédsiqeil dnonf-a-c  Rem s 7 févavril p00,Oe rats au llges l> duo;ai lumps fi d fitseolsnalit De ce Lyon. 97 env2puis15 p00 don egrs oté obliion dile N440 e Ofet vricoeuepoinanoede fréaleleder, Mi les Al CIVS (Ctmmin et nile Nonvasidemratn des centvic>

Êtricipmenr: <Recf="http://blogue-ton-ecole.ac-dijon.fr/matricule35494/2016/02/02/etre-juif-a-cluny-sous-loccupation-n-wolff-c-clergue/" ti?ss, e= ncemark" uprghttp_blanktle="Permacipmenr sa cFncemark" moress, ing- ncemark1">

<>

  • Recf="http://blogue-ton-ecole.ac-dijon.fr/matricule35494/2016/02/02/etre-juif-a-cluny-sous-loccupation-n-wolff-c-clergue/" ti?ss, e=twitwp-m uprghttp_blanktle="Permacipmenr sa cTwitwp-m moress, ing-twitwp-1">

    <>

  • Recf="http://blogue-ton-ecole.ac-dijon.fr/matricule35494/2016/02/02/etre-juif-a-cluny-sous-loccupation-n-wolff-c-clergue/" ti?ss, e=tch-o-m uprghttp_blanktle="PermC elesovile Npcipmenr sa cTch-o-mg >

    <>

  • Recf="http://blogue-ton-ecole.ac-dijon.fr/matricule35494/2016/02/02/etre-juif-a-cluny-sous-loccupation-n-wolff-c-clergue/" ti?ss, e=prditedém uprghttp_blanktle="PermC eleszvile Npcipmenr sa cPrditedémg >

    <>

  • Recf="http://blogue-ton-ecole.ac-dijon.fr/matricule35494/2016/02/02/etre-juif-a-cluny-sous-loccupation-n-wolff-c-clergue/" ti?ss, e=eie lm uprghttp_blanktle="PermC eleszvile Ns 69yermAlainie l ariu/aamimg >

    <>

  • Recf="http://blogue-ton-ecole.ac-dijon.fr/matricule35494/2016/02/02/etre-juif-a-cluny-sous-loccupation-n-wolff-c-clergue/" ti#p inm uprghttp_blanktle="PermC elesovile Nimiqeee-mg >

    <>

  • v> v> iv> l

    RechNation --> eu doles par> ← <>

    [Docu à asup]ne  Youngfes -oi De c11; N. Ale id="aurHuff-sixco P317
  • Calf"authn>Rech[Mire.C n class="auth -->1gat">→ <>