Marie Lévêque

Je suis depuis toute petite très intéressée par l’histoire et plus particulièrement par la période 1939-1945. La déportation, depuis toujours intriguée, fascinée…J’ai lu beaucoup de témoignages comme Si c’est un homme de Primo Levi  ou dernièrement Ravensbruck de Germaine Tillon mais également vu beaucoup de films, de documentaires. Ces œuvres constituent  seulement des reconstitutions. J’ai également participé au concours de la Résistance et de la Déportation, qui avait été pour moi une très belle expérience où j’avais pu rencontrer de nombreuses personnes impliquées dans le devoir de mémoire. C’est pour cela que je souhaite participer à ce voyage. J’ai envie de voir le plus grand camp de concentration et d’extermination de l’histoire. On m’a dit «  qu’on ne sortait pas indemne lorsqu’on commençait à s’intéresser à tout ça ». « Ca ». Je veux pouvoir mettre des images et des sensations sur des mots. En conclusion, ce voyage est comme un aboutissement à tout ce que j’ai pu « entrevoir » de la déportation.

Mon sujet de recherche : L’Etude d’une famille juive pendant la guerre de 39-45.

J’ai déjà rencontré un représentant de cette famille, la famille Levy-Neumand. Une famille désormais au nombre de 1500. Une famille et des destins très différents, des réactions très différentes face aux persécutions. Certains ont fui durant toute la guerre, d’autres ont été déportés.  Je compte rencontrer d’autres membres de cette famille pour nourrir ma recherche. J’ai déjà eu un entretien avec un membre de cette famille qui a échappé à la déportation et m’a exposé l’histoire de sa famille. Un entretien très constructif qui débouchera sur beaucoup d’autres je l’espère. Un entretien qui s’est terminé par une question qui m’a été posée : Définie la déportation en un mot. J’en ai été incapable, un mot c’était très peu pas assez fort et représentatif. Et bien, M. Levy Neumand m’a répondu : «  La Honte ». La déportation est une chose honteuse que les gens ont faite sans honte.