Censure et médias aux Etats-Unis à l’époque du Maccarthysme

Les élèves de seconde, de l’enseignement d’exploration « Littérature et société », se sont vus proposer dans le cadre du thème « Médias, information et communication : enjeux et perspectives », de réaliser un journal.

Après avoir vu le film « Good night and good luck« , les équipes de rédaction se sont attelés à la tâche. Vous découvrirez ci-dessous, la proposition la plus aboutie… bonne lecture!

 

Faut-il avoir peur des algorithmes ?

Qu’est ce que c’est que ce truc ?

Un algorithme c’est juste une suite d’instructions appliquées méthodiquement pour arriver à un résultat et pour ça pas besoin d’un ordinateur :

A ne pas confondre avec un programme, qui est un algorithme représenté sous forme informatique.

A quoi ça sert ?

Les algorithmes permettent de réaliser des suites d’instructions informatiques impossibles ou très longues à faire à la main en un rien de temps et comme c’est entièrement informatisé, même si le coût de production est très élevé, c’est rapidement rentable puisque une fois lancé il n’y a plus d’interventions humaines (payantes) et ça fonctionne 24h/24.

Notre ami Google est un ensemble d’algorithmes surdéveloppés et surpuissants qui permet comme vous le savez bien de faire des recherches ultrarapides et de vous donner des milliers de résultats possibles toute la journée, tous les jours, tous les mois et ce encore très longtemps. Essayez d’imaginer comment ce serait si tout ce boulot était fait à la main !

Pourquoi c’est un peu flippant ?

Déjà de 1, les algorithmes sont faits par des humains et ce sont donc des outils qui dépendent des intentions des personnes qui l’ont créé, si ce sont des mauvaises intentions ou des intentions ultra-commerciales on vous laisse deviner la suite…

De 2, les algorithmes des grandes compagnies (oui pas ceux de votre calculatrice) sont opaques, c’est-à-dire que l’on ne peut pas accéder aux règles sur lesquels ils ont été bâtis, à leur source ou leur mode de fonctionnement. Si ça concernait deux trois personnes ce serait pas grave, mais le problème c’est que ce sont des services publics qui concernent plusieurs milliers de millions de personnes.

De 3, il y a le problème des algorithmes non-déterministes, c’est-à-dire qu’ils comportent une part d’aléatoire qui les rend imprévisibles.

Alors faut en avoir peur ou pas ?

Finalement ce qu’on peut dire c’est qu’au final les algorithmes sont neutres. Pas leurs créateurs. Utiliser un algorithme pour gérer tel ou tel aspect de la vie publique c’est avant tout un choix politique !

Il ne faut pas avoir peur des algorithmes, ce n’est qu’un « moyen », un outil. Demandez vous par contre la fin derrière ce moyen, le but de cet outil.

Pour en savoir plus, l’article qui nous a inspiré :

Panique algorithmique

http://www.leparisien.fr/high-tech/les-algorithmes-regnent-deja-sur-le-monde-a-notre-insu-10-02-2017-6670329.php

Elias et Timothée

 

S’engager pour l’égalité filles-garçons, le bilan

Le lundi 10 avril, dans le cadre de la semaine culturelle de la Cité scolaire du Parc des Chaumes, différentes productions d’élèves ont donné lieu à des restitutions devant un public composé d’élèves de classes de seconde. L’équipe d’Avallon Vision propose un reportage de 6 min, à découvrir ci-dessous.

La vidéo projetée en introduction de l’après-midi et dont des extraits sont visibles dans le reportage est un document du Centre Hubertine Auclert, disponible sur youtube.

Comment internet nous enferme dans une bulle?

La bulle se crée dans le secteur des nouvelles  technologies de l’information et de communication.

Internet voit prospérer des entreprises, notamment les réseaux sociaux qui conquièrent le monde… mais ce sont eux qui participent à l’enfermement dans une bulle. Exemple: Facebook, Twitter, Instagram …

La bulle de filtre correspond à  la personnalisation des sites web visités, en fonction des utilisateurs.

Pour éviter la bulle, il faut faire attention à ce que l’on va faire sur internet. Il faut être conscient de ce qu’est une bulle et se forcer à rechercher des informations que nous n’avons pas l’habitude de voir. Avoir une diversité de sources et d’informations.

Soyez CURIEUX!!!!!!!

Un faux ou intox , comment ne pas se faire piéger sur le net ?

Ce sujet a été traité par quatre binômes qui donnent ici chacun leur réponse à la question « Comment ne pas se faire piéger par de fausses infos sur le net? » Les affiches ont trouvé tout naturellement leur place en salle info du CDI!

  • Par qui peut-on se faire piéger ?

Par des sites d’informations parodiques tels que Le Gorafi ou Nordpresse, mais également des sites dits de réinformation.

  • Qui peut se faire piéger ?

Tout le monde et également des professionnels de la communication…

  • Comment peut on se faire piéger ?

En surfant sur Internet, notamment par le partage et publication sur les réseaux sociaux, où on ne prend pas le temps de vérifier si ce qu’on partage est vrai ou pas…

  • Pourquoi chercher à piéger ?

Pour faire rire, mais aussi manipuler , orienter , comploter et faire croire des choses fausses.

  • Comment fonctionne le piège?

Création de publications fausses ou redistribution d’informations vraies mais modifiées.

  • Ou sont localisés sites parodiques ou producteurs de fake news?

Partout dans le monde où les médias sont présents mais les sites de réinformation sont souvent localisés à l’étranger, échappant à la législation française.

  • Quand est-ce que cela peut arriver ?

N’importe quand, au moment où de nouveaux événements sont plus propices.

Internet : sommes-nous tous manipulés?

L’utilisation d’Internet a très fortement augmenté ces dernières années. Cela facilite donc la manipulation car la plupart des utilisateurs ne sont pas assez informés sur les dangers d’Internet.

Les médias, les industries mais aussi la politique utilisent divers moyens pour influencer les gens dans leurs choix, leurs avis, leurs idées…

Il faut donc se méfier de ce que l’on peut lire ou voir sur Internet.

                                                                        Cliquer sur l’image pour agrandir

Intervention du CIDFF de l’Yonne au lycée

Noémie CHARPY, juriste au Centre d’Information sur les Droits des Femmes et des Familles de l’Yonne (CIDFF 89), est intervenue auprès des seconde 4 du lycée des Chaumes d’Avallon courant février. Son intervention a concerné deux classes de seconde : la seconde BPEM et la seconde 4.

Pour en savoir plus sur le CIDFF : http://www.cidff-89.fr/

L’intervention de Noémie Charpy a été filmée par Avallon Vision, qui en a fait le compte-rendu :