Remise des prix de l’Échappée littéraire à Dole !

Les élèves de 2BMenCB et de 2CAPTPiEbéMen présents ont fait le déplacement à Dole pour voir les réalisations scéniques d’autres élèves ayant participé à l’aventure.

Tous ont été extrêmement impressionnés par les différentes prestations.

Cette nouvelle session a vu la remise des prix à Claire Castillon, pour son roman Rebelles, un peu, et à Navie et Carole Maurel.

Nos élèves ont offert à Claire Castillon le livre relié de leurs travaux de l’année, ce qui l’a, semble-t-il, beaucoup touché.

Vivement les prochaines lectures ! A l’année prochaine, nous l’espérons !

Olivier, journaliste d’un jour

Théâtre en résidence, deuxième partie

Les élèves impliqués dans la résidence ont retrouvé avec plaisir le metteur en scène Jean-Philippe Naas pendant toute cette semaine dédiée à la lecture, à l’écriture et à la mise en scène.

La photographe Roxanne Gauthier a mis son talent dans la réalisation de portraits des élèves qui se mettent en scène dans l’établissement, tandis que la musicienne Julie Rey enregistrait les textes écrits par les élèves lors des séances avec Jean-Philippe.

Ce travail s’articulait autour des expériences de vie, fictives ou non, des élèves, à différents moments de leurs vies, en textes courts, puis en développant un de ces moments dans un texte long.

Etude d’un extrait de La Rivière pour imaginer une mise en scène
Ces textes donneront du grain à moudre à Denis Lachaud qui s’en servira pour écrire la pièce commandée par Jean-Philippe.
Les élèves allophones de la classe d’UPEAA, écrivent des textes depuis le début de l’année pour réaliser un webdocumentaire expliquant ce qu’est l’UPE2A.  Ils ont enregistré directement textes musique avec Julie et continué avec Roxanne le travail d’images, tout en se mettant en scène dans des situations proposées par Jean-Philippe. D’ailleurs, certaines séquences de la première semaine de résidence se retrouvent déjà dans le webdocumentaire ! (dont je vous mettrai le lien lorsqu’il sera mis en ligne).
Ce travail de théâtre en résidence trouve son écho et son reflet dans les propositions faites par Jean-Philippe  dans le cadre des 50 ans de la Fontaine d’Ouche : une présentation du travail de la compagnie avec le lycée dans une vidéo constituée de photos, de paroles d’élèves enregistrées et de musique originale. Des élèves d’horizons différents qui bâtissent ensemble leur avenir et le nôtre, dans un même endroit, c’est toute l’histoire de la Fontaine d’Ouche que l’on retrouve concentrée au lycée…
Le documentaliste, journaliste d’un jour

Handisport

Les photos viennent de nous parvenir. Lors de la journée A la rencontre de l’autre, les élèves ont pu s’essayer au basket et tennis de table en fauteuil. pas si facile que ça ! Règles adaptées, difficultés à faire bouger son fauteuil, vue d’ensemble différente de la station debout… Tout un monde nouveau à découvrir, et à pratiquer !

Un grand merci à la fédé pour le prêt des fauteuils, aux profs de sport du lycée  et aux AED qui ont encadré ces activités.

Visites autour du livre

Dans le cadre de l’Échappée littéraire du Conseil régional, les élèves de 2B Men CB engagés dans l’action ont visité la salle de travail de l’ancienne bibliothèque de droit pour commencer. Aucun des élèves ne connaissait ce lieu sublime. Certains ont dit qu’ils reviendraient !

La classe s’est ensuite séparée en deux groupes. Le premier a visité l’atelier de reliure Vercey, le second la librairie La Fleur qui pousse à l’intérieur. Et vice versa.

Durant ces deux visites, les élèves ont pu admirer le travail de reliure élevé au rang d’art par Mme Drigny et les différentes étapes de la reliure, de la plus simple à la plus complexe, en passant par la dorure. Elle ouvrira d’ailleurs ces portes pour les Journées Européennes des Métiers d’art, les 7 et 8 avril prochains.

A la librairie La fleur qui pousse à l’intérieur, les élèves ont pu rencontrer Clémence et Julien nous ont parlé de leur parcours  d’étudiants avant de devenir libraires indépendants à Dijon depuis 2016, de leur façon de choisir les livres, de la philosophie qui anime leurs choix, des différentes actions qu’ils mènent pour faire se rencontrer les auteurs, les livres et leurs lecteurs, ou futurs lecteurs…

Un grand merci à ces deux institutions dijonnaises qui nous ont gentiment ouvert leurs portes et permis de voir leur enthousiasme et leur amour des belles choses.

Véro & Olivier, journalistes d’un jour

 

Repas multiethnique à la cantine

Le chef et son équipe, avec la complicité de l’intendance, nous a concocté un déjeuner international :

Tacos et guacamole ou empenadas poulet-oignons rouges

Ribbs de porc et pommes de terre frites

Ailes de poulet marinées

Crumble aux quetsches, chees-cake ou tiramisu… Hummmm !!!

J’avoue, j’ai craqué pour tout ça !o) Enfin, le plateau de devant seulement !

 

Un grand merci à tous !

L’observatoire des inégaliltés

Deux de nos AED exposent le travail de l’observatoire des inégalités avant de lancer le début de clips vidéo. A un moment stratégique du déroulé de l’histoire, il. elle arrêtent la projection et demandent aux élèves ce qu’ils pensent qu’il va se passer. S’en suit des mots au tableau,

 

une discussion, des arguments, des préjugés, des stéréotypes, ou rien de tout cela. Puis la projection reprend. La chute fait mouche et relance le débat !

Atelier de lecture à l’infirmerie

A partir de la nouvelle « La vie devant soi » écrite par Julia Billet qu’elle lit, notre infirmière Sylvie engage le dialogue avec les élèves autour des quotas, de la religion, de la discrimination positive, des discriminations en général,  de celles que les élèves ont pu rencontrer dans leur vie au lycée  ou en dehors, des lois. y-a-t-il des fraternités ou des solidarités au lycée ou dans leur classe comme dans la nouvelle ? Quid de la responsabilité ? Des mots que l’on dit ? Des actes que l’on fait ?

La salle de réunion aménagée

La nouvelle leur a en tous cas permis de transférer sur des situations vécues.

 

Les PEP CBFC (ou SESSAD des pays), anciennement PEP21

Les intervenantes des PEP CBFC expliquent les problématiques liées aux différents handicaps, qu’ils soient physiques ou intellectuels. Sont abordés les limites, la différence, la peur de l’inconnu, les jugements des autres et les moqueries, l’estime de soi, la stigmatisation, l’incompréhension, du besoin de repères stables et visuels, ou des rêves que chacun peut avoir, des adaptations nécessaires des installations publiques et u regard des autres, les difficultés supplémentaires des mêmes adaptations pour le handicap intellectuel. Et des besoins d’adaptation pédagogique pour favoriser l’autonomie des handicapés physiques ou intellectuels.

En pleine discussion avec les élèves

« Déconstruisons nos stéréotypes »

Les intervenantes, deux AED du lycée, abordent avec les élèves les différents types de stéréotypes, les différences qui existent entre préjugés et stéréotypes et parlent avec eux des discriminations.

Elles passent par le jeu du citron pour faire travailler les élèves sur leurs représentations : chaque participant.e doit donner un mot définissant le citron, comme s’il ou elle n’en avait jamais vu. Chacun.e prend un temps pour se familiariser avec son citron : observation, sensations, odeurs… Puis les citrons sont récupérés et mélangés et chacun.e doit retrouver « son »citron et expliquer comment il ou elle a fait pour le reconnaître en donnant un mot. Souvent, ce sont les marques qui les aident. Ce que l’on voit. Chemin faisant, ils élaborent les définitions des stéréotypes et des préjugés : les premiers sont la simplification d’idées complexes, les seconds des jugements sans connaître.
Les intervenantes ont fini l’atelier en rappelant le cadre de la loi.

Le journal du lycée technique et professionnel du bâtiment et des travaux publics