Présentation officielle du film Je,Tu, Il-Elle

C’est hier soir jeudi, dans la grande salle du cinéma Devosges, que le film réalisé par Annelise Ragno, sur une idée initiée par Mme Cascan, proviseur-adjointe du lycée et portée par la CPE Mme Sfeir-Thomazo, et grâce à l’investissement de plusieurs partenaires, que le film Je, Tu, Il-Elle a été officiellement présenté.

Plus d’une soixantaine de personnes, dont d’anciens élèves venus spécialement parfois de très loin,  Mme la Rectrice, Mme la représentante Jeunesse et culture de la mairie, Mme la représentante du Conseil Régional, Mme la représentante de la cellule égalité-mixité du Rectorat, le proviseur actuel du lycée et son prédécesseur, des enseignants et des représentants du CVL du lycée ont assisté à la projection.

SONY DSC
Intervention de Mme la Rectrice
SONY DSC
Intervention du représentant du Conseil Régional

SONY DSC
Début du film
Le parti pris de l’artiste d’intercaler des images d’archives et des portraits rapprochés et des enregistrements de conversations « à bâton rompu »  lui permet d’aborder la question de la sexualisation des métiers et de la très, trop lente évolution des mentalités quant à la place que les hommes laissent aux femmes dans les métiers dits « masculins », entre autre dans le domaine du bâtiment.

 

Le film, qui insiste sur le geste technique qui permet la réalisation d’un ouvrage, sans distinction de sexe, sera diffusé auprès des collèges bourguignons afin de permettre à chacun et chacune, d’oser faire des études et un métier qui lui plaît plutôt qu’un métier subit par convention ou pression sociale.

Mains en taille de pierre
Mains en taille de pierre

Après quelques échanges avec les protagonistes du film, toute l’assemblée a profité d’un buffet créé et mis en place par les agents de cuisine du lycée au collège Marcel Pardé.

SONY DSC
Remerciements officiels

SONY DSC
Le chef et une des agents de cantine devant le magnifique buffet qu’ils ont préparé

Un grand merci à toutes et à tous !

Olivier, journaliste d’un jour

Thomas Fontaine : un artiste en résidence au lycée

Les élèves de 1ère Bac Pro Art de la Pierre vont partager avec Thomas Fontaine, artiste plasticien en résidence au lycée jusqu’en mars 2017.

A cette époque, il présentera une exposition aux ateliers Vortex, exposition qui intégrera les réalisations des élèves. Leur travail se fait autour des polyèdres. Ces formes géométriques ont servi de base à la création en béton coulé d’obstacles anti-char. Ils pouvaient mesurer de 80 cm à près de 2m de haut !

SONY DSC
Recherche de formes

SONY DSC
Choix et répartition des formes

SONY DSC
Le questionnement de la réalité technique

SONY DSC
Recherche de forme

Avec Thomas Fontaine, leur professeur d’art appliqué M. Bontemps, et leur professeur d’atelier M. Huet, les élèves travaillent sur ces formes de manière à créer une bibliothèque d’objets à l’échelle domestique. Pour cela, outre le travail sur le volume de pierre nécessaire, il leur faudra choisir les techniques de taille les plus appropriées en fonction des dimensions, de la pierre choisie et du rendu attendu car les objets, gardant leurs rapports de proportions, doivent harmonisés. ils seront présentés au visiteur posés à plat.

Thomas Fontaine questionne le rapport à l’autorité, le rapport à l’histoire, la rationalisation de l’individu (c’est à dire la façon qu’a une hiérarchie d’organiser un individu pour le faire appartenir à un corps social ou militaire), les jeux des codes de l’histoire de l’art.

En cliquant ici, vous visualiserez le programme des Ateliers Vortex.

Laurent, journaliste d’un jour

Soirée fiesta à l’internat !

SONY DSC
Affiche réalisée par Manuella

Mardi soir, devant l’échéance des vacances de Noël qui approche, les élèves dormant à l’internat du lycée ont pu faire la « fête de noël » en dansant une partie de la nuit sur des rythmes fous.

Merci à toute l’équipe d’encadrement, élèves et AED !

Manuella, journaliste d’un jour

Le MVB vu par Hanane, Muna et Alem

Le mercredi on a fait une visite au musée de la vie Bourguignonne. La guide a expliqué beaucoup de choses et on a vu plein de choses.

En début on a vu des boutiques de l’épicerie qui vendent les épices comme la moutarde, de la crème de cassis, des bonbons, des biscuits, du savon, du café, de la farine, du riz, des nonnettes, et du vin de framboise. La conférencière a expliqué le sens du mot biscuit c’est cuit deux fois.

Après la guide a parlé sur l’histoire des biscuits Pernot liés à la première guerre mondiale. Puisque le gouvernement français demande aux gens français à aider le soldat, ça s’appelle l’effort  de guerre.

SONY DSC
Biscuits Piou-Piou

En effet Pernot  vend les gâteaux piou-piou et tout l’argent gagné, il a donné aux soldats et c’est pour ça que la boutique fermer ses portes.

 

Et aussi la conférencière a parlé sur l’histoire de l’entreprise Amora  c’est la premier qui fait de la moutarde. Amora  est une marque populaire dans le monde entier. La marque Amora fabrique aussi du mayonnaise, du ketchup et aussi des sauces.

Elle fait une opération dans marketing  fabriquant des verres à collectionner …

SONY DSC
Les pots AMORA à collectionner

Et on a vu les ingrédient  du  pain d’ épices, sont  la farine, la cannelle, de l’anis étoilé .

On a fini par les ingrédients et la fabrication de  la moutarde .

Ingrédients :

Vinaigre

Graines de moutarde

Technique de fabrication :

Dans un mortier on a mis les graines de moutarde et on a ajouté le vinaigre. Puis on a écrasé les graines de moutarde,  après il faut  laisse reposer 2 a 3 semaines et voilà .

Hanane, Muna, Alem,

journalistes d’un jour

Le MVB vu par Sofiane et Telma

On est allés au musée de la vie bourguignonne et quand on arrive la conférencière nous a expliqué, premièrement l’histoire de la moutarde avec l’entreprise AMORA et l’histoire des biscuits PERN0T et aussi l’influence de la biscuiterie PERNOT pendant la Première Guerre Mondiale.

Biscuiterie Pernot
Biscuiterie Pernot

Elle nous a guidé pour le musée et nous a monté l’épicerie où étaient touts les aliments traditionnels, comme le moutarde, la crème de cassis, les bonbons, etc… Après elle nous a parlé de la marque AMORA, qui produit les moutardes et autres types de sauce.  Cette marque est connue dans le monde entier. Ils ont commencé à fabriquer de la moutarde en 1914 (date de la Première Guerre Mondiale) et ils ont commencé à faire du marketing en fabriquant des verres pour collectionner.

Après l’épicerie nous sommes allé a la biscuiterie PERNOT, là nous avons vu les biscuits qu’ils vendaient, comme les nonnettes, aussi une maquette de tout l’industrie PERNOT. La biscuiterie PERNOT a été très important pendant la Première Guerre Mondiale.

Sofiane et Telma,

journalistes d’un jour

La visite du MVB vue par Marijona, Mirsada et Chouchanik

Le musée de la vie Bourguignonne est installé au cœur de la ville de Dijon . Ce musée présente l’histoire et des traditions de région bourguignonne de la fin du 19 siècle.

On a appris pour les plus célèbres et anciennes marques de industrie alimentaire. La marque Amora est connue pour sa  production de la mayonnaise, des sauces, de ketchup mais sa grande spécialité est la moutarde.

La marque Pernot

Les biscuits de marque Pernot sont une des plus anciennes et connues biscuits en France et mais pas seulement. Piou-piou est le nom de biscuit qui a donné une grande aide aux soldats français pendant le première guerre (années 1914-1918) ainsi le grand effort de l’entreprise l’a  ruinée mais l’argent de biscuits vendus a donné pour améliorer les conditions dans lesquelles étaient les soldats de France.

Fabriquer de la moutarde

On a fait de la moutarde a l’atelier. La base de formule est le vinaigre et les graines de moutarde, pour faire la moutarde il faut écraser les graines de moutarde et le vinaigre avec  le pilon dans un mortier  et on laisse reposer pour 2/3 semaines. Les vinaigriers -moutardiers de la ville ont dit « que la moutarde soit de bonne graine il faut du vin aigre ».

Dans l’épicerie modèle on a vu les verres de crème de cassis. La crème de cassis est une des spécialités de Dijon. La crème de cassis est une liqueur de couleur rouge de cassis, qui est un  ingrédient du kir.

Les boutiques :

Dans l’épicerie modèle,  il y avait des champagnes, de la moutarde, de la crème de cassis, du savon, du café, des bonbons, de la farine, du riz, des biscuits, du vin de framboise et des nonnettes avec de la confiture etc . Toutes ces choses étaient d’époque des 19 et 20  siècles.

Dans l'épicerie
Dans l’épicerie

Pain d’épices est une spécialité de Dijon. Le pain d’épices est un gâteau qui se cuisine avec tels épices : la cannelle , le clou de girofle et de l’anis étoilé.

Marijona, Mirsada, Chouchanik,

journalistes d’un jour

La visite du MVB vue par James, Mlate et Yasmine

Le musée est situé à Dijon c’est où nous apprenons l’histoire de Dijon et des choses traditionnelles qui se passent à Dijon par exemple la fabrication de la moutarde était réalisée, d’abord dans la ville de Dijon en 1914 il y avait une marque qui été très populaire dans le monde entier la marque « Amora ».

Amora c’est une entreprise qui fabrique de la moutarde de ketchup et de la mayonnaise et de la sauce en général et des verres pour la collection pour des collectionneurs, qui était aussi réaliser en 1914 avant la première guerre mondiale. Grace a entreprise Amora on a connu  les mots « marketing », après nous  avons vu l’épicerie de la modèle comme ils étaient dans les années 90, dans l’épicerie on a vu de la farine, du vins, des bonbons, du café, de savons, des nonettes qui sont aussi la spécialité de Dijon. Dans l’épicerie  il vend aussi des épices per exemple la cannelle, le clou de girofle, les graines de moutarde et l’anis étoilé etc. Dijon est aussi connu grâce a l’entreprise « biscuits Pernot » qui a beaucoup aidé les soldats français dans la première guerre mondiale parce que ils étaient mal habillés  et mal nourrit et ils se faisaient massacrés par leur ennemi. Le gouvernement a demandé à des gens de fait l’ effort de guerre,  du coup l’ entreprise a fabriqué un biscuit au nom de soldats français « piou-piou »,c’est comme ça, ils ont eu l’argent pour les aides .

Ensuite, nous avons passés dans l’Atelier de la fabrication de la moutarde, pour fabriquer de la moutarde, nous avons besoin de deux ingrédients : du vinaigre, et la graine de la moutarde.

Le pilonnage des graines en atelier
Le pilonnage des graines en atelier

Pour  préparer de la moutarde nous déposons la graine  de la moutarde dans le mortier, après nous mélangeons avec du vinaigre,  et après nous écrasons avec le pillon pour avoir une bon résultat.

On a parlé aussi de pain d’épices et comment on fabrique et des ingrédients nécessaire :  la cannelle, les clos de girofle, l’anis étoilé, et de la farine.

La visite était très intéressante et toutes les choses qu’on a vues aussi dans le musée de la vie Bourguignonne.

Groupe : James, Yasmine, Mlate

l’UPE2A du lycée visite le Musée de la Vie Bourguignonne

Mme L., professeur de FLE au lycée, a amené sa classe visiter le Musée de la vie bourguignonne.

SONY DSC
Sur la route

Une belle rencontre pour ces jeunes d’horizons très divers de se frotter à la culture bourguignonne, dans la joie et la bonne humeur du partage. Ils ont même fabriqué de la moutarde qu’ils ont goûté sur l’instant !

L’occasion aussi d’un beau travail de transmission écrite de leur expérience.  A lire dans les articles qui suivent !

Cathy et Oliver, journalistes d’un jour

(et accompagnateurs)

Web radio de la Mission locale de Dijon

La Mission Locale de Dijon, possède depuis avril dernier une Webradio animée par des jeunes en service civique et des jeunes bénévoles inscrits à la Mission Locale de Dijon.

Ils ont souhaité participer, eux aussi, à la journée du 1er décembre en réalisant une émission sur le SIDA . Vous trouverez ci-dessous le lien de l’émission, nous comptons sur vous pour la partager sur vos sites internet ou vos réseaux sociaux.

 

http://radio-actif.fr/…/journee-mondiale-de-lutte-contre-l…/

Les entrants dans les prix littéraires

Les classes entrantes de l’établissement (2de Bac Pro et 1 CAP) sont progressivement lancées dans les prix littéraires organisés, entre autres, par la librairie L’Ange Bleu.

Prix Chimère, Prix Mangawa, Prix Réal et Prix Bulles de Cristal, vont leur permettre de lire des bandes dessinées ou des romans, de voter pour leur ouvrage préféré, de réaliser des portraits, des dessins d’affiches, de réaliser des vidéo…

Vous pourrez suivre leurs travaux dans « Travaux des élèves  » au fur et à mesure de leur production !

Toutes les infos en suivant le lien ci-dessous :

http://www.librairielangebleu.com/events.php?blid=2034

Olivier, journaliste d’un jour,

documentaliste toujours (livres power !)

Le journal du lycée technique et professionnel du bâtiment et des travaux publics