La citation du jour

« Au milieu de l’été, à l’est, le carré de Pégase se dresse dans le ciel. En suivant vers le nord sa diagonale horizontale, on rejoint trois étoiles à peu près alignées en direction du zénith. Près de la troisième, en haut à droite, l’oeil nu distingue une vague nébulosité luminescente. C’est la galaxie d’Andromède. Avec une bonne paire de jumelles, elle se dessine nettement. Une tâche blanchâtre de forme elliptique. C’est une belle émotion que vous vivrez lorsque vous la contemplerez pour la première fois. Votre regard porte à près de trois millions d’années-lumières. Dans le même temps, il plonge dans le passé : la lumière qui entre dans votre oeil voyage depuis près de trois millions d’années. Vous contemplez la galaxie telle qu’elle était au moment où les premiers hommes apparurent sur la Terre. De la galaxie d’Andromède telle qu’elle existe aujourd’hui, nous ne pouvons rien dire. Il faudra attendre encore près de trois millions d’années. »

Hubert Reeves, Poussières d’étoiles, Points, 11/2016

Samantha B.

 

La citation du jour

« Je tire en l’air je vise les comètes. Et la Lune se moque de moi »

Lujipeka – Indochine

Samantha B.

C’est pas moi, M’sieurs dames,

c’est mes gosses qui m’ont forcé !

La citation du jour

« Et cet émerveillement était justement ce qui rendait la vie digne d’être vécue : observer la grandeur morale dans ses efforts pour s’extraire des cloaques ; s’en extraire soi-même et, les yeux encore souillés de boue, apercevoir au loin, pour la première fois, la beauté ; se dépouiller des faiblesses, des cruautés et des brutalités si naturelles à l’homme, et, enfin, émerger dans la vraie force, la vérité, la domination spirituelle… »

Jack LondonMartin Eden,

Stock, 1977

La citation du jour

« J’ai souvent cité Francis Thompson, un poète anglais qui disait : »Celui qui cueille une fleur dérange une étoile ». Et j’ai découvert depuis que Victor Hugo, dans Les Misérables, avait exprimé exactement la même idée : « Aucun penseur n’oserait dire que le parfum de l’aubépine est inutile aux constellations ». Cela va très loin, c’est le signe de l’unité des choses et des êtres.

Tout se tient à l’intérieur du cosmos et c’est une idée magnifique, à mon avis, à laquelle nous aurions bien besoin de réfléchir pour pouvoir mettre notre conduite en accord avec cette admirable découverte. »

Théodore Monod,

Et si l’aventure humaine devait échouer,

10/2000

L’extrait du jour :o)

« Pareil au bloc de fer qu’on frappe sur l’enclume,

Le soleil s’amincit sous les coups répétés

d’on ne sait quels Titans qui, bien loin, dans la brume, forgent, pour le

couchant, des faisceaux de clarté. »

 

Poème de José Corti

cité par Gaston Bachelard,

La terre et les rêveries de la volonté

Le mot du jour

“Merci d’exister, Brulhe. Merci infiniment d’être qui tu es, petite soeur aux yeux d’or.”

Coeur de neige, Christian Bobin

Le mot du jour

Aider à écosser les petits pois

C’est presque toujours à cette heure creuse de la matinée où le temps ne penche plus vers rien. Oubliés les bols et les miettes du petit déjeuner, loin encore les parfums mitonnés du déjeuner, la cuisine est si calme, presque abstraite. Sur la toile cirée, juste un carré de journal, un tas de petit pois dans leur gousse, un saladier.

on n’arrive jamais au début de l’opération. On traversait la cuisine pour aller au jardin, pour voir si le courrier était passé…

– Je peux t’aider ?

Ça va de soi. On peut aider. On peut s’asseoir à la table familiale et d’emblée trouver pour l’écossage ce rythme nonchalant, pacifiant, qui semble suscité par un métronome intérieur. […]

La suite ce ce très court texte dans le recueil de Philippe Delerm, La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules.

César des lycéens : les lycéens au Cap Vert

Les élèves de Terminale désignés comme jurés pour les César des lycéens ont commencé leur marathon de visionnage des films en course pour le prestigieux prix de l’industrie du cinéma. Ils ont vu hier lundi 2 films au Cap Vert, et y sont à nouveau aujourd’hui. Intenses moments, et attention soutenue pour des élèves qui, bien qu’habitués à consommer de l’image, n’ont pas pour coutume de visionner autant de films en si peu de temps sous l’impérieuse nécessité de les analyser, de les apprécier à l’aulne de ce qu’ils ont appris en classe de français. La critique de film est un art qui requiert de nombreuses connaissance et de compétences !

Les prochaines séances se feront à l’internat du lycée, les élèves étant en majorité des interne. Des aménagement spéciaux sont prévus pour les externes afin qu’ils puissent visionner les film en même temps que leurs camarades.

Olivier, journaliste d’un jour

« Robert n’a pas de paillettes »

Les élèves de 2B4 ont bénéficié d’une représentation de cirque, grâce à l’association Cirqu’Onflexe et Plus petit cirque du monde.

Le spectacle de funambule nous entraîne sur le fil de la vie, dans une rencontre avec Robert, un anonyme qui, à la différence d’un acteur célèbre, reste dans l’ombre, sans paillettes apparentes. Vous pouvez voir le teaser là. La vie fragile, les chutes, le découragement, la force de recommencer… les sauts et les déséquilibres s’enchaînent et se suivent, avec en fond sonore l’orage ou la légèreté du printemps sortis d’une guitare électrique qui nous permet de vivre les sentiments et les émotions du funambule…

Arthur Sidoroff et le guitariste qui l’accompagnait pour les effets sonores ont pris le temps de répondre à nos questions à la fin du spectacle, en particulier pour répondre à la question : qui est Robert ?

Nous étions accompagnés d’une classe de Rameau (ils font du cirque en EPS) et de deux classe d’Ulis et d’UPE2A du collège Hériot.

Kevin, journaliste d’un jour