Sortie cinéma « Les yeux sans visage » de George Franju (1960)

Les élèves de 2B4 et de 2C1 sont allés voir au cinéma l’Olympia le mercredi 27 novembre 2019, le film Les yeux sans visage de George Franju (1960) programmé dans le cadre du dispositif « Lycéens et apprentis au cinéma ».

Avant de voir le film les élèves ont travaillé sur les notions de cinéma et ont été initiés à la lecture filmique. Ils ont aussi analysé l’affiche et le titre du film pour en extraire quelques hypothèses concernant l’histoire, le genre… A l’issue de la séance, ils ont écrit une critique.

Qu’ont-ils pensé de ce film ?

Morceaux choisis de leur critique :

Pour Lucas, « l’histoire est intéressante car cela parle d’un docteur qui essaie avec son assistante de redonner un visage, à sa fille, qu’elle a perdu dans un accident de voiture, qu’il a lui-même provoqué »

Thibaut « trouve cela mal joué », tout comme Nils qui rajoute « on a l’impression que ce n’est pas normal », « il n’y a pas assez de dialogue »

Les scènes d’horreur étaient plutôt bien filmées, avec de grands zooms, qui rendaient bien et l’utilisation du flou pour montrer le visage défiguré.

Pour le choix Noir et Blanc« Je ne suis pas habitué à voir un film en noir et blanc, cela m’a gêné, je n’ai pas aimé », dit Nils. Pour Lucas « le noir et blanc n’est pas ma tasse de thé ! », « cela m’a dérangé » surtout au moment des actes de chirurgie « le sang ressemble à de l’encre noire, … à tout sauf à du sang ! ». Par contre pour Thibaut « le noir et blanc est un bon choix, cela rend le film plus bizarre… mais aussi sombre, peu joyeux ».

L’affiche du film
Ecriture du compte-rendu

Concernant la musique et l’éclairage, d’après Lucas, « créent un environnement stressant et/ou énervant ». « La musique répétitive fait mal à la tête » ! pour Nils. « Elle trop présente » résume Elias, ce qui « gêne à la compréhension de l’histoire ». Elle « est très froide, très sombre… elle fait un peu peur. » pour Thibaut.

La fin du film a laissé les élèves sur leur faim ! « La fin est plutôt énervante, on ne sait pas ce que devient la jeune fille » dit Nils. Elle rappelle à Lucas, une sorte de dicton, « qui sème le vent, récolte la tempête ! ». Gabriel a bien aimé la morale du film car « il montre qu’il ne faut pas faire confiance à n’importe qui même à une personne qui semble gentille et sociable ».

Isabelle, journaliste d’un jour

Lycéens et apprentis au cinéma en BFC 2019-2020

La 17ème année du dispositif est lancée !

Deux classes participent au dispositif : les 2C1 et 2B4. Il s’agit pour les élèves d’acquérir, d’enrichir, et de diversifier leur culture cinématographique, de les initier à la lecture filmique, de développer leur sens critique mais avant tout d’aiguiser leur curiosité et leur regard sur des films qui en général ne font pas partis de leur univers.

Les 3 films et 3 courts métrages au programme cette année, aussi différents soient-ils, dialoguent autour du thème de l’identité, sa quête, les interrogations et les troubles qu’elle peut susciter, la difficile acceptation de soi. Ils invitent aussi à un regard sur l’autre. Ils proposent également une réflexion sur le monde qui nous entoure. Un parcours cinématographique qui incite enfin une réflexion sur l’acteur et son pouvoir d’incarnation.

Déroulé des projections :

  • d’octobre à décembre 2019

LES YEUX SANS VISAGE de George Franju (1960-1h28-France-Italie) 

  • de janvier à mars 2020

RÊVES D’OR de Diego Quemada-Diez (2013-1h48-Mexique)

  • de mars à juin 2020

MAN ON THE MOON de Milos Forman (1999-1h58-USA)

précédé du court métrage L’ACTEUR  de Jean-François Laguionie (1975-5’30-France)

TROUVER SA PLACE, programme de 3 courts métrages régionaux – projections d’octobre 2019 à juin 2020

Optionnel :

AVANT QUE DE TOUT PERDRE de Xavier Legrand (2013, 30 min, France)

COEURS SOURDS, de Arnaud Khayadjanian ( 2017, 18 min, France)

LORRAINE NE SAIT PAS CHANTER, de Anna Marmiesse, (2016, 22 min, France)

Isabelle Milou,

journaliste d’un jour mais professeure toujours