Archives de catégorie : Internat

Mardi 25 novembre, 16 filles internes ont assisté à la représentation de « Ali Baba et les 40 princesses » au Cèdre à Chenôve.
Elles ont été enchanté par le spectacle qui parle des femmes, de leur vie déracinée, enracinée ailleurs, de leur force, de leur volonté de vivre bien, quelque soit le terreau sur lequel elles veulent s’épanouir…
Ce spectacle était présenté dans le cadre des Nuits d’Orient.
Johanna, CPE-journaliste d’un soir

Radio-Phare se pose au lycée

Le lycée, son internat et le FSE, travaillent avec différentes associations de quartiers ou de la ville.

Ainsi, une belle relation s’est nouée entre les élèves de l’internat et La Maison Phare, qui propose des ateliers radio et vidéo.

Stéphane est venu faire travailler et enregistrer une émission avec quelques élèves. Choix du sujet, écriture journalistique du développement, enregistrement…

Le résultat est convainquant et peut être écouté ci-dessous :

Johanna, journaliste d’un soir

Sortie internat au cinéma

L’affiche du film

16 internes ont assisté à la projection du film Hors Normes le jeudi 14 novembre en soirée.

Les réaction des élèves ont été enthousiastes :
« C’était génial »
« J’ai pleuré pendant tout le film c’était vraiment touchant »
« J’ai adoré, on voit comment sont les enfants autistes et je ne connaissais pas ».
Johanna, journaliste d’un soir

Internat : rencontre avec Alain Tendero, grand reporter

Mardi 12/11 en soirée, les internes (D1-D3-D7) ont rencontré Alain Tendero, photographe reporter, venu de Montpellier pour leur présenter son travail .
Réaction de Thibaut :
« Cette présentation avait pour but de nous montrer le travail qu’Alain Tendero a fait pendant 20 ans : il a filmé une famille ordinaire, dans tous les moments de leur vie. Il souhaitait avoir la possibilité de mener un travail sur le long terme, à la différence de tous ses travaux de commande, pour la presse ou pour des entreprises.
Monsieur Tendero est photographe ; il a perdu son père à 7 ans.
Durant 20 ans il a suivi la famille Langlois, au début, 2 parents et 3 enfants, puis il a assisté à deux naissances. Un des objectifs du photographe, c’était de voir comment faire pour être père, lui qui était effrayé par la paternité. Il est depuis père de trois enfants. « 
Alain Tendero était présenté par l’Académie des Possibles, en partenariat avec l’association « paroles de photographes »
Un grand merci à lui pour cet échange avec les élèves.
Johanna et Thibaut, journalistes d’un soir

Le Foyer MO1 fait peau neuve

Sur une proposition du CVL, le Foyer en MO1 est en train de reprendre des couleurs grâce au travail que font, le soir depuis quelques jours, un petit groupe d’élèves de finition et de charpente investis dans la vie du lycée.

Les menuisiers et les peintres ont déjà finalisé la banque qui servira à la « Cafét' » qui, tenue par des élèves du FSE, proposera aux récréations quelques menues choses à boire et à manger, en faisant attention au trop gras et au trop sucré !

Les baby-foot vont être réparés ainsi que le tapis du billard (quelques élèves prenant malheureusement un peu trop à la légère le bien commun). Il sera peut-être bientôt mis en vente des procédés que les élèves garderont avec eux, afin qu’il y en ai toujours un au bout des queues de billard ! Une table de tennis de table a également été achetée par le FSE, suivant ainsi une demande des élèves adhérents.

O. G., président du FSE

Un mur de paroles à l’internat

Après les attentats du 13 novembre au Bataclan, café et Stade de France, nous avons décidé de dessiner en mémoire des victimes. Les dessins étaient principalement composés du drapeau français, le mythique « pray for Paris », peace and love…

Dans cet attentat, la jeunesse, le sport et la musique ont été touché. C’est pour cela que nous avons décidé d’avoir à notre manière une pensée pour eux.

Claire

IMG_5137 IMG_5138 IMG_5139

Les internes au théâtre : Candide / si c’est ça le meilleur des mondes…

Jeudi 12 novembre 2015, au théâtre Parvis saint jean à Dijon, 16 élèves internes du lycée les Marcs d’or (accompagnées de leurs deux cpe) ont eu le privilège d’assister à une représentation de Candide/ si ça c’est le meilleur des mondes… une création de Drôle de Bizarre d’après le conte philosophique Candide ou l’optimiste dSortie théâtree Voltaire (1759).

Sur scène, 5 artistes qui débordent d’énergie nous racontent l’histoire. Dès les premiers instants, l’articulation et la porté de leurs paroles nous captivent :

Dans le château du baron de Thunder-ten-tronckh , vit un jeune homme simple et innocent répondant au nom de Candide. Il est élevé par Pangloss un philosophe qui lui répète chaque jour depuis l’enfance que « tout est beau dans le meilleur des mondes possibles »

Un jour, amoureux, Candide embrasse Cunégonde, la fille du baron. Découvert par le baron, père de son amante, il est chassé du château de Westphalie. Et Candide n’a pas d’autre choix que de s’exiler. Il entreprend alors un long voyage en quête du « meilleur des mondes possibles ».

Tout au long du périple, il découvre la folie de la guerre, le désespoir des famines et des épidémies. En permanence à l »épreuve, Candide met de côté son innocence en accumulant des expériences plus terribles les unes que les autres. Il rencontre l’intolérance, l’injustice, le fanatisme, à travers de nombreux personnages comme des soldats, des voleurs ou des baratineurs…

Candide est le héros de l’histoire. Il parcourt le chemin de l’héroïsme, semé d’embûches et de défis pour gravir jusqu’au sommet de l’optimisme.

J’ai adoré le personnage de Pangloss, le guide de Candide, un philosophe drôle et spontané. Dévoilant la force de l’optimisme, il nous guide, là où le pessimiste est unanime, afin de toujours entrevoir une parcelle d’espoir.

La pièce est accessible, il y a des détails et des références du XXIème siècle. Ce qui montre le caractère intemporel du conte. L’optimisme n’as pas de date, pas d’époque et l’esprit de l’humour y est très présent, parsemés d’intenses éclats de rire.

La scénographie se module simplement et efficacement tout au long de la pièce. La musique rythme à travers le temps. C’est un spectacle tonique qui nous entraîne autour de la folie du monde, de ses travers à ses revers.

La pièce offre de nombreux brins d’espoir. On est parcouru d’une force de vie, poussé à se relever encore plus fort de toutes les chutes que nous pouvons connaître.

Le théâtre se remplit de bonnes ondes, d’une jeunesse vivifiante avec l’idéal d’un nouveau monde plus libre et plus juste.

La troupe nous emmène dans les pensées philosophiques des Lumières, ce qui démontre toujours l’actualité de leurs pensées. La pièce est riche de sens et de symboles. Dans la quête de Candide sont rassemblées des codes qui nous permettent de comprendre et de vivre le chemin à suivre par des pensées et des émotions plus fortes et plus belles. Nous sommes les héros de demain. En nous, nous avons maintenant une clé : l’optimisme, par le pouvoir de la pensée positive, qui nous aidera à surmonter les épreuves avec héroïsme.

J’ai adoré la pièce. En sortant, je suis traversée par de puissantes émotions, je suis joyeuse, je suis libre, je suis héroïque.

Le lendemain de la pièce ont eu lieu les terribles attentats de Paris. Ce qui a fait écho avec la représentation de la veille et a intensifié son pouvoir et la force de son message.

Rappelez vous toujours de cette phrase répétée avec insistance de Candide :

« Cultivez [votre] jardin »

 Pauline, élève interne, Terminal Art de la Pierre