Tous les articles par lesmarcsdorendirect

Les UPE2A créent un webdocumentaire

Le lycée des Marcs d’Or, spécialisé dans les métiers du bâtiment accueille, en outre, différents dispositifs dont une Unité Pédagogique pour Élèves Allophones Arrivants (UPE2A).

Ce dispositif permet aux élèves d’origine étrangère de se familiariser avec la langue et la culture française, ainsi qu’avec le système scolaire français.

A l’initiative du CASNAV et du CLEMI de l’Académie de Bourgogne, les élèves de l’UPE2A du lycée ont réalisé un webdocumentaire afin de s’y présenter, de présenter leur parcours, d’exposer leurs travaux réalisés tout au long de l’année, de relater leurs rencontres et échanges (organisés en classe avec les apprentis) et d’évoquer leurs projets d’avenir.

Ils ont pour cela dû apprendre ou utiliser des connaissances en numérique et en images, en langue française, travailler sur l’écriture journalistique. Ils ont participé à plusieurs visites et ateliers pédagogiques (au musée des Beaux-arts, musée archéologique et musée de la Vie bourguignonne de Dijon, ont visité le musée et le site d’Alésia), se sont investis dans les ateliers Théâtre proposés par la compagnie en attendant… en résidence dans l’établissement cette année.

Les élèves ont présenté leur travail à Mmes Barbery et Guérin,

les élèves, Mme Guérin et Mme Barbery .

(respectivement responsable du CLEMI ACADEMIE DE DIJON  et Conseillère pour l’action éducative et la prise en charge des élèves allophones et des enfants issus de familles itinérantes et de voyageurs) au lycée.

Ainsi, ce webdocumentaire (que vous pouvez visualiser en suivant ce lien) retrace une année scolaire, un instantané dans la vie de ces élèves-migrants, juste une étape sur leur chemin.

Catherine & Olivier, journalistes d’un jour

Pierre et bois de deux emblèmes pour le GIGN

Le Lycée des Marcs d’Or de Dijon et l’Antenne GIGN de Dijon se sont lancés dans un projet commun, celui de la réalisation de deux emblèmes, l’un en pierre, l’autre en bois.

Lors de la remise des emblèmes, les élèves ayant travaillé sur le projet ont rencontré les gendarmes de l’antenne de Dijon du GIGN  qui leur ont fait visiter les locaux et parlé de leurs activités et des moyens dont ils disposent pour leur action.

 

L’emblème  a été taillé dans une plaque de Pierre de Soignies. C’est une pierre marbrière noire, ici aux dimensions 100x50x4cm. Les élèves ont utilisé la machine à commande numérique de l’atelier taille de pierre après avoir choisi des profondeurs pour la gravure ( 0,4 et 1mm), décidé des aspects de finition et réalisé l’écriture d’un programme CFAO. Ils ont ensuite utilisé de petits gravelets pour effectuer les finition est à la main.

Le panneau de base de l’emblème en bois consiste en un assemblage de 3 épaisseurs de Chêne de Bourgogne, assemblées à fils croisés pour limiter les déformations du bois. Les élèves ont utilisé tous les outils à leur disposition pour réaliser l’assemblage, la taille (à la machine numérique) et les finitions (à la main). Des leds bleues ont été collés sur tout le pourtour de l’emblème.

Jean-Yves et Dominique, journalistes d’un jour

Restitution de l’artiste en Résidence Excellence des Métiers d’Arts

Aurore-Caroline Marty aura passé toute une partie de l’année à nouveau sur les bancs de l’école, grâce à une résidence d’artiste menée dans le cadre du label excellence des métiers d’art (il s’agit d’un programme de huit résidences d’artistes organisées par le Rectorat et la DRAC, au sein de sections labellisées d’établissements scolaires de l’Académie de Dijon).

En effet, artiste en résidence, elle a travaillé avec les enseignants de taille de pierre et les élèves inscrits en 2de Bac Pro Arts de la Pierre. De novembre à mai, elle a expérimenté le travail sur la pierre, suivi  les élèves dans les ateliers (auxquels elle avait aussi un accès libre) et entraîné ceux-ci dans l’élaboration d’une démarche et d’une production artistique. L’artiste voulait en effet se laisser entraîner par le matériau pierre, et souhaitait avant toute chose connaître la pierre, les façons de la travailler, pour proposer une oeuvre déplaçable facilement. C’est ainsi que petit à petit, d’idées en visites de musées, de souvenirs de voyages en machine numérique 3D, d’échanges avec les enseignants et les élèves, l’idée d’une série d’objets en volumes est sortie de la matière. Et ce sont les amphores, les vases, les jarres qui se sont imposés à l’esprit de l’artiste. Ainsi, en croisant deux segments, elle donne l’illusion du volume. Présentées au sol, ces représentations évoquent les restes archéologiques, le travail de fouille, de recherche, et de restauration. En effet, Aurore-Caroline a joué avec les failles, voulues ou non, les fissures sur la pierre pour faire ressortir son côté un peu « bing-bling » en figurant une restauration, comme les Japonais réalisent un « kintsugi », l’art de réparer les céramiques avec de l’or. Enfin, les machines à commandes numériques permettant de travailler de manière différente de la main, et parfois réalisant des choses difficilement réalisables à la main, elle a créé, dans une plaque de marbre et sur un socle de pierre de Comblanchien peinte, « Les lèvres de l’horizon ».

Un début de collection

M. Augé explique le déroulement de la résidence au public

Les lèvres de l’horizon

Amphore

Fissures

Aurorecaroline devant ses sculptures

Ce travail aura permis à chacun de s’enrichir des connaissances de l’autre, aux élèves de se projeter dans des réalisations artistiques et une démarche artistique, la volonté de faire sortir de la pierre ce que l’on a en tête grâce à un travail documenté et réfléchit, à l’artiste de constater et d’expérimenter un vrai métier qu’est celui de tailleur de pierre.

M. Augé, proviseur-adjoint, Mme Paul de la DRAC, Annelise Ragno et Thomas Fontaine des ateliers Vortex, des représentants du Consortium, du département et de l’ENSA (son ancienne école d’arts), ainsi que les élèves et les enseignants de taille de pierre qui ont aidé et profité de l’artiste étaient là pour saluer le travail et l’implication de l’artiste dans l’établissement. La présentation des œuvres a été suivi d’une délicieuse collation offerte par l’établissement et réalisée par le chef et son équipe.

Olivier, journaliste d’un jour

Les germanistes à l’honneur : concours Spielpass, une belle 3e place !

Ce sont les représentants au plus haut niveau de l’AJE BFC (Association de Jumelages en Europe Bourgogne Franche-Comté) qui ont remis leurs diplômes

Diplôme du 3e Prix

aux 3ePrépa pro : M. le président Henri Lechenet, Mme Jacqueline Lechenet, secrétaire générale, Mme Hannelore Cennefels, responsable de la commission linguistique.

L’association organise en effet depuis deux ans le concours vidéo Spielpass sur un thème particulier assorti de trois mots qui doivent permettre de produire un film de trois minutes maximum. Cette année, le thème était « Le carnaval de Mayence », et les mots associés : danse, musique et masques (Tanz, Musik, Masken).

M. le président rappel l’importance des échanges internationaux

Ce film, qu’ils ont pensé, écrit, réalisé, avec l’aide de leur enseignante d’allemand, Mme Bonnot, de leur professeur d’arts plastiques Mme Grenier et du documentaliste a su séduire le jury. Ils ont en effet fini sur la troisième marche du podium !

Ils remportent la somme de 800€ qui doit leur permettre de partir en voyage en Allemagne avec l’établissement. Ils partiront en Rhénanie-Palatine fin juin-début juillet pour une découverte de la ville de Bacharach.

Vous pouvez voir le film en suivant le lien ci-dessous :

 

Les élèves germanistes à l’honneur : attestations Europro

Le Proviseur, en compagnie de Mme Court-Maurice directrice de la DAREIC et représentant Mme la Rectrice, a remis leurs attestations europro :

  • aux élèves de terminale Bac pro arts de la pierre ayant effectué un stage de quatre semaines en Rhénanie Palatinat dans des entreprises de taille de pierre sculpture restauration de patrimoine
  • aux élèves de 1ère Bac Pro menuiserie agencement qui ont effectué un stage professionnel de trois semaines dans l’école partenaire à Kaiserslautern la Meisterschule für Handwerker.
  • aux 2e année CAP ébénistes également en stage à la Meisterschule

en présence de Mme Bonnot, professeur d’allemand, de M. Novais, professeur en menuiserie, M. Leport, professeur en ébénisterie, M. Lignier, professeur en taille de pierre. Nombreux.ses ont été celles et ceux qui ont eu cette année les félicitations du jury !

Ce diplôme professionnel est un gage de connaissance du vocabulaire technique et atteste d’une mobilité de plusieurs semaines en Allemagne. Par ailleurs, ce stage est évalué par les maîtres de stages et tuteurs allemands et fait partie intégrante de leur cursus scolaire. C’est donc un bon sésame sur tout CV qui se respecte !

Les élèves en taille de pierre ont réalisé durant leur stage en Allemagne des sculptures que Mme Brutscher, une des maîtres de stage, profitant d’un déplacement en Bourgogne, leur a gentiment rapporté. Qu’elle en soit ici encore remerciée.

Champignon

Ours

Souris

 

Les autres élèves étaient dans d’autres entreprises en Rhénanie Palatinat.

Les lauréats, les enseignants et proviseur, et les officiels

 

Laurent, journaliste d’un jour

Les UPE2A à Alésia

« Nous avons eu la chance de voir le musée

 

et le village d’Alésia après avoir travaillé avec notre professeur sur une frise du temps et vu les Gaulois et les Romains. C’était très intéressant, très bien ! »

 

 

Bintou, journaliste d’un jour

Remise des prix de l’Échappée littéraire à Dole !

Les élèves de 2BMenCB et de 2CAPTPiEbéMen présents ont fait le déplacement à Dole pour voir les réalisations scéniques d’autres élèves ayant participé à l’aventure.

Tous ont été extrêmement impressionnés par les différentes prestations.

Cette nouvelle session a vu la remise des prix à Claire Castillon, pour son roman Rebelles, un peu, et à Navie et Carole Maurel.

Nos élèves ont offert à Claire Castillon le livre relié de leurs travaux de l’année, ce qui l’a, semble-t-il, beaucoup touché.

Vivement les prochaines lectures ! A l’année prochaine, nous l’espérons !

Olivier, journaliste d’un jour

Théâtre en résidence, deuxième partie

Les élèves impliqués dans la résidence ont retrouvé avec plaisir le metteur en scène Jean-Philippe Naas pendant toute cette semaine dédiée à la lecture, à l’écriture et à la mise en scène.

La photographe Roxanne Gauthier a mis son talent dans la réalisation de portraits des élèves qui se mettent en scène dans l’établissement, tandis que la musicienne Julie Rey enregistrait les textes écrits par les élèves lors des séances avec Jean-Philippe.

Ce travail s’articulait autour des expériences de vie, fictives ou non, des élèves, à différents moments de leurs vies, en textes courts, puis en développant un de ces moments dans un texte long.

Etude d’un extrait de La Rivière pour imaginer une mise en scène
Ces textes donneront du grain à moudre à Denis Lachaud qui s’en servira pour écrire la pièce commandée par Jean-Philippe.
Les élèves allophones de la classe d’UPEAA, écrivent des textes depuis le début de l’année pour réaliser un webdocumentaire expliquant ce qu’est l’UPE2A.  Ils ont enregistré directement textes musique avec Julie et continué avec Roxanne le travail d’images, tout en se mettant en scène dans des situations proposées par Jean-Philippe. D’ailleurs, certaines séquences de la première semaine de résidence se retrouvent déjà dans le webdocumentaire ! (dont je vous mettrai le lien lorsqu’il sera mis en ligne).
Ce travail de théâtre en résidence trouve son écho et son reflet dans les propositions faites par Jean-Philippe  dans le cadre des 50 ans de la Fontaine d’Ouche : une présentation du travail de la compagnie avec le lycée dans une vidéo constituée de photos, de paroles d’élèves enregistrées et de musique originale. Des élèves d’horizons différents qui bâtissent ensemble leur avenir et le nôtre, dans un même endroit, c’est toute l’histoire de la Fontaine d’Ouche que l’on retrouve concentrée au lycée…
Le documentaliste, journaliste d’un jour

Handisport

Les photos viennent de nous parvenir. Lors de la journée A la rencontre de l’autre, les élèves ont pu s’essayer au basket et tennis de table en fauteuil. pas si facile que ça ! Règles adaptées, difficultés à faire bouger son fauteuil, vue d’ensemble différente de la station debout… Tout un monde nouveau à découvrir, et à pratiquer !

Un grand merci à la fédé pour le prêt des fauteuils, aux profs de sport du lycée  et aux AED qui ont encadré ces activités.