Archives pour la catégorie DU COTE DE CHEZ HENRI

Bremerhaven, saison 1 épisode 7 :

Jeudi 13 décembre

Ce matin sonne déjà presque la fin de cette semaine sous le signe du climat et du développement durable.

Hanna et Lukas ont mis en train les élèves en leur proposant une dernière série d’animations linguistiques autour des énergies fossiles et renouvelables.

 

Vers 10 heures, les jeunes ont de nouveau pu passer les portes de la « Klimahaus » pour, cette fois, participer à des ateliers autours de l’eau et plus particulièrement de « l’eau virtuelle » : celle que l’on ne voit pas mais qui a été consommée aux diverses étapes de production d’un produit ou de culture d’une plante. Un véritable choc pour beaucoup qui a permis à tous de comprendre ô combien l’eau nous est indispensable pour vivre en conservant le niveau de vie qui est le nôtre.

 

 

Après la pause déjeuner, nous avons malheureusement dû faire nos adieux aux Allemands qui, contraints par les horaires de train, ont dû partir plus tôt. Les Français, quant à eux, ont eu la possibilité de visiter l’exposition « Perspektive « , toujours à la Klimahaus, et de découvrir une multitudes d’informations sur ce à quoi pourrait ressembler notre avenir sur la planète, sur les possibilités de développement plus durable et sur les évolutions positives et négatives qui peuvent nous attendre.

Ce soir, les valises devront être bouclées, car la journée de demain commencera à l’aube pour, de nouveau, une longue journée de trajet.

Bremerhaven, saison 1 épisode 6 :

Mercredi 12 décembre

Aujourd’hui, tout le groupe franco-allemand a eu la chance de pouvoir visiter la « Klimahaus » (la maison du climat) de Bremerhaven : un immense musée interactif sur le climat.

Le concept : faire le tour du monde et des climats en suivant la longitude 8°.

Munis d’un questionnaire et en quête d’une multitude d’informations relatives au climat, les élèves ont traversé plusieurs salles dans lesquelles ont été reconstitués les climats et traditions de divers pays et continents. En quelques heures, ils ont donc voyagé dans les montagnes suisses, traversé le Niger, atteint l’Antarctique ou même fait une halte dans les îles Samoa, passant d’un climat tempéré à des températures extrêmement froides ou encore à l’ambiance caniculaire et humide de la forêt tropicale.

L’après-midi, ils ont pu travailler en équipe sur des bornes interactives et concevoir une multitude de solutions dans divers domaines (industrie, bricolage solidaire, utilisation d’énergies renouvelables, recyclage) pour lutter contre le réchauffement climatique. A travers ces activités ludiques, l’objectif était de démontrer que des gestes simples permettent de grandes avancées en matière de développement durable.

Clément en pleine traite 

Une journée encore riche en informations et en émotions qui sera ponctuée ce soir par un traditionnel débriefing et une soirée interculturelle au cours de laquelle Français et Allemands dégusteront les spécialités apportées pour l’occasion.

 

Bremerhaven, saison 1 épisode 5 :

Mardi après-midi, après avoir terminé le travail de recherche et de préparation des projets, tous sont partis  au centre-ville de Bremerhaven pour interviewer des passants (toujours en allemand et sans aide évidemment !).

Lorsque le jour a commencé à décliner, tout le monde s’est accordé une petite pause bien méritée au marché de Noël de la ville. Entre odeur de cannelle et chalets richement décoré, les jeunes ont pu profiter de cette ambiance festive typiquement allemande.

Photo de groupe 

De retour à l’auberge de jeunesse, les élèves ont pu déguster un « Abendbrot » : le traditionnel repas  du soir constitué de pain agrémenté de divers légumes, fromages, produits à tartiner.

Après dîner, Comme à l’accoutumée maintenant, ils se sont retrouvé dans la salle de séminaire  pour faire le bilan de la journée et présenter leurs travaux devant toute l’assemblée : de l’exposé classique, au micro-trottoir en passant par la reconstitution d’une émission de télévision ou même une série photo très créative illustrant des performances artistiques et métaphoriques : tous ont donné le meilleur d’eux-mêmes au travers de leurs projets ambitieux. Alors qu’aucune contrainte de langue n’avait été formulée, tous les français ont souhaité réaliser et présenter leur travail en allemand.