Tous les articles par humanite-en-mouvement

Enseignant histoire-géographie

Les migrants dans les Alpes

Chaque année, des migrants majoritairement originaire d’Afrique de l’ouest tente de franchir le Col de l’échelle des Hautes-Alpes entre l’Italie et la France. Ils ignorent tous de la montagne. Ils effectuent une traversé à haut risque car le Col de l’échelle est à 1762 mètre d’altitude. Ils partent d’Italie et marche 30 km pour allé en France et rejoindre le petit village de Névache et la petite vallée de Briançon. En évitant les forcez de l’ordre qui multiplie les contrôle pour empêcher des entrés clandestine.

Source : Le Point

Les migrants traversent dans de mauvaise condition aussi bien vestimentaire que météorologique. Ils traversent le Col de l’échelle avec des baskets en toile mais aussi des joggings et des chaussette en guise de gants, les condition météorologique se sont très dégradé avec l’apparition du grand froid. La température est de -15 mais le ressentis est de -20 à -30 degrés. Donc la traversé est désormais un exploit.

Des habitants des alentours sillonnent les petite routes pour aidé les migrants. Ils disent rencontrer 10 à 20 migrants par soir. Plusieurs associations se mobilisent pour porter secours au migrants.

Claire Guérin est membre du collectif refuge, chargé de l’accueil d’urgence des migrants, elle raconte:

 » Nous avons été prévenus qu’une personne appelait au secoue, nous l’avons retrouvé à moitié ensevelie sous la neige, il avait perdu sa basket. » Les association et les collectif en place des rondes. Chaque nuit, 2 équipes se repartissent le Col de l’échelle.

Les militants des collectifs lors de la cordé solidaire.https://www.20minutes.fr/

Plusieurs associations participent à des cordées solidaire pour sensibiliser sur leur situation. Dimanche 17 décembre, 300 professionnels de la montagne ont participé à un cordé solidaire, ils partent de Névache pour se rendre vers le Col de l’échelle dans les Hautes-Alpes. Cette cordées à été organiser pour dénoncé les condition de passage périlleux des migrants dans les Haute-Alpes. Cette marche a regroupés des militants de Briançon mais aussi de Savoie, de Haute-Savoie, de l’Isère et de la Drôme.

A leur arrivé en France, et plus particulièrement dans les alentours de Briançon, ils sont accueillis dans des refuges, qui sont des lieux de premier assistance.

Magalie gère les suivies médicaux des migrants, elle nous explique:

 » Les principaux blessures des migrants sont avidement lié au froid. Nous avons de plus en plus de cas de gelure mais aussi certain risque l’amputation, d’autre arrivent frigorifiés et même parfois déshydraté.  »

Les refuges permettent aussi de faire un tri parmi les personnes qui ont besoin le plus de soin. Lucide raconte:  » On leur permet de se reposer et de prendre des forces pour continuer leur parcours car nous savons que Briançon ne peux pas tous les accueillir. »

En 2017, près 2000 migrants ont réussis à franchir le Col de l’échelle.

Source des informations:

https://www.20minutes.fr/

http://www.lepoint.fr/

http://www.lemonde.fr/

Lisa D. & Anaïs D.

Le port d’Algesiras : dernier arrêt avant l’Afrique

Situation de la ville .

Algesiras se situe dans la province de Cadix et dans la communauté autonome (comunidad autónoma en espagnol) d’Andalousie . Elle se situe au sud est de l’Espagne a l’ouest de Gibraltar.

Source : Google image

Histoire de ce port et de cette ville qui existent depuis des siècles.

Algesiras est habitée sans interruption depuis l’homme de Neanderthal elle est très importante depuis l’époque phénicienne . Elle souffrira beaucoup après la chute de l’Empire romain . Elle est conquise par Byzance et le royaume wisigoth en 711 lors de la conquête musulmane de la péninsule Ibérique.

En 858, Algésiras fut pillée par le chef viking Hasting.

Le port :

Le port d’Algésiras est situé à l’entrée du détroit de Gibraltar. Il assure un important trafic de passagers (4,5 millions par an) et de véhicules (1 million) entre l’Espagne et le Maroc. Le trafic portuaire s’élève à 94,9 Mt(tonnes métriques) en 2015 (94.9t= 94900.00kg )

Le port a beaucoup d’importance et beaucoup de moyen de transports pour y accéder  :

  • en voiture

  • en bus

  • en train

  • en avion

  • en bateau évidement !

C’ est aussi un point central d’un réseau de transport aussi appelé « hub » car il l’un des points fondamentaux du commerce et de l’échange pour l’Espagne.

Le port d’Algesiras dans le détroit de Gibraltar a des destinations vers

– le port de Tanger Med en Afrique ( au Maroc )

– le port de Ceuta ( en espagne )

– et quelques autres.

Les gardes côtes sont très présents dans cette zone car des migrants fraudent les frontières entre ces deux côtes qui sont très rapprochées malheureusement beaucoup d’entre eux meurent chaque années et les chances de réussites sont moindres a cause des gardes côtes des navires surchargés qui se renverse ou les barques trop faibles pour traverser ces 14 km (ou la profondeur peut atteindre 1000 m de profondeur ).

Sources :

La fuite des cerveaux ou « brain drain » en anglais.

On pourrait résumer la fuite des cerveaux par le fait que des personnes de haut niveau intellectuel migrent vers d’autres pays pour de meilleurs conditions de vie, d’étude, de travail ou de rémunérations (toucher une plus grande somme d’argent).

WikipédiA, Fuite des cerveaux, [en ligne], https://fr.wikipedia.org/wiki/Fuite_des_cerveaux ,(page consultée le 21 février 2018)

Certains pays préfèrent choisir leurs migrants (exemple le Canada qui établit des listes d’attente en fonction des besoins).

Depuis les années 2000  »La fuite des cerveaux » suscite (crée) un nouvel intérêt pour les pays d’accueil, en effet ils s’enrichissent et gagnent en compétences intellectuelles contrairement aux pays d’origines. Chaque pays ont leur techniques pour attirer les personnes compétentes, pas exemple au États-Unis il y a la carte vert (green card ou carte de résident permanent) qui permet de se loger et travailler légalement sans visa au États-Unis /WikipédiA, Carte de résident permanent aux États-Unis, [en ligne], https://fr.wikipedia.org/wiki/Carte_de_r%C3%A9sident_permanent_aux_%C3%89tats-Unis , (page consultée le 22 février 2018) / ou encore la carte de séjour  »Passeport talent » en France depuis 2016 après la fin de la carte séjour  »Compétences et talents » /WikipédiA, Carte de séjour compétences et talents, [en ligne], https://fr.wikipedia.org/wiki/Carte_de_s%C3%A9jour_comp%C3%A9tences_et_talents#cite_note-2 , (page consultée le 22 février 2018) /.

Le « Brain gain » va avec le « Brain drain » sauf que cette fois le migrant devient  »passeur » ou  »intermédiaire », voilà se qui peux se passer :

  • transferts fonds,

  • réduction du chômage des diplômés,

  • diffusion du savoir,

  • incitation à la formation pour les jeunes du pays (dans l’espoir de travailler à l’étranger),

  • création d’entreprises.

Le Brain gain contrairement au Brain drain peux être positif pour le pays d’origine.

Mustapha Harzoune,Que signifie l’expression « fuite des cerveaux » ?, [en ligne], http://www.histoire-immigration.fr/questions-contemporaines/economie-et-immigration/que-signifie-l-expression-fuite-des-cerveaux ,(page consultée le 22 février 2018)

Les pays de l’Union Européenne  »produisent » 600 000 diplômés scientifiques par an (de la licence au doctorat), les États-Unis 370 000 et le Japon 230 000. Au niveau du doctorat en sciences (tous domaines). Chaque année l’Union Européenne décerne 5,5 doctorats pour 10 000 habitants (de 25 à 34 ans), les États-Unis 4,1, le Japon 2,7 et la France 6,5. L’Europe a donc un fort potentiel de main d’œuvre scientifique que l’on ne retrouve pas dans l’emploi scientifique : il y a 5,7 chercheurs pour 1 000 actifs dans l’Union Européenne (7 en France), 8 aux États-Unis et 9,1 au Japon.

En 1999 il apparaît que 23 % de la main d’œuvre employée aux États-Unis possédant un diplôme scientifique (de la licence au doctorat) était née à l’étranger, ce qui représentait environ 850 000 personnes. Mais cette proportion est beaucoup plus élevée pour les immigrés possédant un doctorat (sciences et ingénierie) : elle s’élève à 37 %.
La proportion d’étrangers ayant la green card aux États-Unis titulaires d’un doctorat est particulièrement élevée en sciences de l’ingénieur (51 %).

(définition : https://fr.wikipedia.org/wiki/Chercheur_postdoctoral ) travaillant dans les universités sont des étrangers.

Parmi les immigrés docteurs résidents permanents (au même titre que la green card au États-Unis), les Chinois sont les plus nombreux (20 %), les Indiens représentent 16 %, les Britanniques 7 %, les Allemands 4 %, les Français moins de 1 % (0,6 %, soit environ 2 000 docteurs résidents permanents). Il semble qu’après une décroissance sur la période 1990-1995, le nombre d’immigrants aux États-Unis , faute de qualification, ait fortement cru (augmenté) depuis 1998. Toutefois, depuis le 11 septembre 2001, des restrictions sévères sont imposées à l’immigration d’étudiants étrangers en provenance des pays non européens (Chine, Japon, Inde, ect…).


Selon Vincent D. Blondel (mathématicien belge /
WikipédiA, Vincent Blondel, [en ligne], https://fr.wikipedia.org/wiki/Vincent_Blondel , (page consultée le 22 février 2018) /), on ne peut pas parler d’un véritable « brain drain » des chercheurs français, même si des signes semblent montrer que le flux de docteurs et d’ingénieurs français vers les États-Unis est en croissance depuis quelques années (30 % sur la période 1993-1997). On doit ajouter aussi qu’il y a une croissance significative en France, jusqu’à récemment, du nombre de docteurs en sciences formés dans la recherche (10 000 par an toutes disciplines confondues) qui ont du mal à trouver un emploi scientifique.

Pierre Papon,Fuite des cerveaux, «Brain Drain» et «Brain Gain», [en ligne], https://www.fondation-res-publica.org/Fuite-des-cerveaux-Brain-Drain-et-Brain-Gain_a30.html ,(page consultée le 22 février 2018)

Voilà le trafic migratoire du Brain drain :

Kilian D.

Le tourisme de luxe à Moscou

Moscou est la capitale de la fédération de la Russie. Elle est située sur la rivière de Moskova. Moscou est la ville la plus peuplée d’Europe, avec plus de douze millions d’habitants .

C’est le cœur culturel et économique du plus grand pays du monde. La capitale russe accueille toute l’année des hommes d’affaires, milliardaires et touristes fascinés par ses contrastes. Vitrine moderne de la Russie, les hôtels 5 étoiles, boutiques chics et restaurants tendance y sont de plus en plus nombreux.

Dotée d’un patrimoine mondialement connu, Moscou abrite des lieux et monuments emblématiques. Sur l’immense place Rouge, les constructions témoignant de plusieurs époques se succèdent en rivalisant de beauté. Symbole de l’architecture traditionnelle russe, la cathédrale Saint-Basile-le-Bienheureux inaugurée en 1651, multiplie les dômes chatoyants en forme de bulbes. Centre politique de la Fédération de Russie, le Kremlin est une prestigieuse forteresse, ancienne résidence officielle des tsars. À quelques encablures, le théâtre Bolchoï est la scène la plus prestigieuse de Russie et sa troupe fondée en 1776 demeure une des plus plébiscitée dans le monde. Les inconditionnels du shopping apprécient Le Goum sur la Place Rouge. Avec ses 200 boutiques, il trône dans le top 10 des plus

grands centres commerciaux du monde. Les griffes les plus luxueuses, les joailliers, horlogers ainsi que les grandes banques internationales et les plus belles concessions automobiles sont quant à elles regroupées dans le quartier Barvikha, le « village » le plus huppé de la métropole.

                                                                                                                                        Cristopher Rice et Mélanie Rice, Moscou,11/08/2004,Guide Voir 256pages.

Quelques cathédrales incontournables :

  • La cathédrale de l’Annonciation
  • La cathédrale de la Dormition
  • La place Rouge, ou il y a la célèbre cathédrale de Saint Basile.

Il y a encore d’autres choses magnifiques à voir à Moscou, comme le métro de Moscou qui est immense, c’est le métro qui transporte le plus de passagers au monde derrière celui de Tokyo. Près de 7 millions de personnes l’emprunte chaque jour. Voici donc quelques stations immanquables :

  • Aéroport
  • Elektrozarodskaya

Et d’autres stations magnifiques à visiter.

A Moscou il y a plusieurs quartiers de luxe comme le quartier Barvikha, qui est le lieu de résidence de nombreux hauts dignitaires du Kremlin mais aussi de la plupart des milliardaires Russes. Barvikha Village est un quartier de la ville de Barvikha, située dans la banlieue moscovite.

Ce village est connu pour abriter un grand centre commercial huppé, spécialement construit pour attirer une clientèle fortunée. On y trouve plusieurs magasins de voitures de luxe (Porsche, Ferrari, Bentley…), de grandes marques de vêtements, des bijoutiers et horlogers et de grandes banques.

Barvikha possède aussi un hôtel ultra-luxueux 5 étoiles .Inauguré en 2008 au cœur du quartier ultra huppé de Barvikha, cet hôtel au décor contemporain se situe à moins de 15 km du Musée Vadim Zadorozhniy. Composé de 54 chambres, d’un restaurant et d’un spa doté d’une salle de fitness et d’une piscine couverte, il a été décoré par le designer star Antonio Citterio qui a créé du mobilier exclusif pour cette adresse. www.barvikhahotel.com

L’Energia Russe proposera aux touristes des sorties dans l’espace d’ici quelque années pour 100 millions de dollars. Pour attirer les clients, la société joue la carte du luxe spatial. Vous avez 100 millions de dollars dont vous ne savez que faire ? La société russe Energia se propose de vous délester en échange d’un court voyage «  dans le cosmos ». Quatre à six touristes pourront profiter d’un agréable séjour de dix jours maximum dans le module spécialement conçu, baptisé NEM-2.En plus d’une vue imprenable sur la terre et les étoiles, les occupants pourront jouir des cabines confortables et un réseau internet indispensable pour frimer sur les réseaux sociaux. Ces sorties commenceront à la fin de l’année 2018.    

Source :

*Le tourisme spatiale : source : http://www.scienceavenir.com vu le 13/02.

* Le métro : source : http://www.votretourdumonde.com vu le 18/02.

* Cathédrales : source : http://www.cityzeum.com vu le 09/02.

Lila R. & Léa T.

La jungle de Calais

Un an après le démantèlement de la « Jungle » de Calais, 42 % des migrants qui avait demandé l’asile l’ont obtenu. Ils sont 46 % à attendre une décision définitive l’Office français de l’immigration et de l’intégration

«Plus de 7400 femmes, hommes et enfants ont été mis à l’abri à l’occasion de cette opération humanitaire» lancée le 24 octobre 2016 et menée pendant trois jours pour orienter les migrants vers des centres d’accueil et d’orientation (CAO). Les derniers migrants, des mineurs, ont quitté la « Jungle» .

Au total « 5466 adultes ont été acheminés» en régions et « 1952 mineurs non accompagnés ont été orientés » vers des CAO dédiés

Parmi les adultes, 58 % étaient Soudanais, 25 % Afghans, 5 % Erythréens et 4 % Pakistanais, précise l’Office. A 95 % des hommes, ils étaient âgés pour la plupart (85 %) de 18 à 34 ans.

Ce décompte ne concerne que les personnes évacuées, et donc pas les migrants qui auraient pu quitter le campement avant le démantèlement pour ne pas renoncer au rêve britannique, très présent chez les Afghans.

Sur les personnes restantes, 34 % étaient déjà en demande d’asile, en France ou dans un autre pays d’Europe, et « 66 % ont accédé à la procédure ».

Pas de renvoi vers le pays européen où les réfugiés étaient arrivés

En ce qui concerne les mineurs, une synthèse antérieure de la Direction générale de la cohésion sociale rappelait que 515 d’entre eux avaient été transférés vers le Royaume-Uni ou l’Irlande, 194 orientés vers l’aide à l’enfance,

Des réfugiés déterminés à rejoindre le Royaume-Uni

Entre 800 et 1000 migrants sont revenus à Calais et ses alentours avec l’espoir de rejoindre le Royaume-Uni.

En août, 12 organisations et associations humanitaires ont écrit au préfet du Pas-de-Calais, pour dénoncer dans une lettre rendue les conditions d’accès à l’hygiène pour les exilés sans-abris à Calais, qu’elles jugent non-conformes aux dispositions exigées en juin par le tribunal administratif de Lille (Nord) et confirmées par le Conseil d’État fin juillet. Depuis des toilettes mobiles et des robinets ont été installés a minima.

Image de la jungle de Calais Prise pour le site Huffpost

http://www.huffingtonpost.fr/2016/09/02/jungle-de-calais-cazeneuve_n_11834730.htmlLe Parisien (avec AFP)

Le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a estimé que la France ne prenait pas bien soin des réfugiés alors qu’il «n’existe aucune difficulté insurmontable» pour les prendre en charge de façon «honorable et digne »

Ici, les migrants viennent se laver, sommairement, en plein air, et attendent la livraison de repas. Un an après l’évacuation de la « jungle », ils sont encore nombreux à venir à Calais (Pas-de-Calais). L’an dernier, au plus fort de la crise migratoire, près de 10 000 exilés vivaient dans ce campement. Aujourd’hui, ils sont dix fois moins nombreux. La municipalité a tenté d’employer la manière forte pour éviter le retour de ces migrants, à coup d’arrêtés pour empêcher l’accès aux douches ou encore la distribution de repas.

Sources : Le Parisien et l’émission « dimanche en politique » sur France Info .

Antoine M. & Gabin P.

Rejoindre les Canaries : déjà un pied en Europe

     Les îles Canaries, se situent au large des côtes du Maroc et du Sahara occidental (environ 110km entre Fuerteventura et le Maroc). Elles constituent un archipel de l’Océan Atlantique.  Les Canaries sont composés de sept îles différentes ( Hierro, La Palma, Gomera ,Tenerife ,Gran Canaria, Lanzarote, Fuerteventura).

SOURCE :

Wikimedia Foundation, «Îles Canaries », Wikipédia, consulté le 19/02/2018 à 17h10. https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%8Eles_Canaries

      Depuis plus de 10 ans, aux îles Canaries, l’une des grandes peurs des îliens est de voir arriver une vague de bateaux avec 500 ou 600 personnes à leur bord cherchant à arriver sur la plage. De petites embarcations arrivent contenant entre 40 et 60 passagers qui risquent leur vie. En 2002 (année record), 10 000 personnes ont ainsi débarqué aux Canaries à bord de barcasses (grosse barque). Plus de 7000 personnes en provenance d’Afrique sont arrivées au début de l’année 2006 par voie maritime. En dix ans il y a eu environ 362 000 habitants supplémentaires.

      Actuellement la diminution des arrivées s’expliquerait par l’excellente collaboration avec les forces de police marocaines. Les autorités des Canaries assurent que le peuple est accueillant envers les migrants mais que la capacité d’accueil est limitée. Le territoire, s’étend sur 7 500 kilomètres carrés, dont 40 % d’espace protégé. Les nationalistes veulent que l’Etat imperméabilise les frontières et leur permette de contrôler plus strictement le séjour des étrangers non-ressortissants de l’Union européenne qui résident déjà sur l’archipel. Car si les arrivées massives de réfugiés subsahariens par voie de mer sont très médiatisées, ceux qui arrivent tout simplement par avion représentent la source principale d’immigration illégale. Les spécialistes savent que des milliers d’êtres humains attendent pour embarquer là où ils pourront : des travailleurs, des réfugiés, des déplacés fuyant les crises d’Afrique de l’Ouest. L’accès aux anciens pays colonisateurs étant de plus en plus difficile, les Canaries constituaient en 2006 le territoire sous juridiction européenne le plus proche des côtes africaines.

     Les principaux clandestins sont des Latino-Américains, des Maghrébins et des Européens non communautaires. Les réfugiés viennent surtout pour chercher du travail. Les immigrés qui arrivent dans des canots de fortune sont repêchés ou parfois simplement interceptés par les services de l’Etat et pris en charge dès leur arrivée par les dispositifs d’urgence. Mis à part quelques cas d’évasion les clandestins sont transférés dans des centres de détention où ils n’ont pas le droit de sortir pendant quarante jours, délai légal au cours duquel ils doivent être remis à leur pays d’origine ou transférés vers d’autres régions espagnoles.

La population des Canaries avoisine les 2 millions. Or l’archipel enregistre plus de 50 000 nouveaux résidents par an plus les 12 millions de touristes annuels, il est impossible de continuer sur cette lancée. Les Canaries comptaient officiellement 222 000 résidents étrangers en 2006 (11,3 % de la population). Un chiffre effectivement supérieur à la proportion d’étrangers en Espagne.

SOURCE :

www.courrierinternational.com/article/2006/05/24/aux-canaries-les-clandestins-ne-font-que-passer

N°812, du 23 mai 2006, à 16h05, de Courrier international, « aux Canaries, les clandestins ne font que passer », écrit par Joaquín Pirieto.

     Les arrivées s’effectuent même en pleine journée sur les plages touristiques.

SOURCE : France inter, Des migrants débarquent au milieu des vacanciers d’une plage espagnole, publiée le 11/08/2017, à 6 :00 écrit par Marylène Lapichino. Consulter le 20/02/2018, à 8 :47.

https://www.franceinter.fr/societe/des-migrants-debarquent-au-milieu-des-vacanciers-d-une-plage-espagnole

   En Janvier 2018 un article explique l’arrivée d’un zodiac sur l’île de Lanzarote aux Canaries, à bord duquel se trouvaient 27 migrants : 7 étaient morts avant leur arrivée sur les côtes, 2 étaient blessés et les 18 autres ont été remis à la garde civile.

     Les Canaries, à une centaine de kilomètres à l’ouest des côtes marocaines, ont été au milieu des années 2000 l’une des principales routes de l’immigration clandestine vers l’Union européenne, un itinéraire passant par l’Atlantique moins emprunté actuellement. Les migrants africains passent davantage aujourd’hui par la Méditerranée pour gagner l’Espagne ou l’Italie dans des embarcations de fortune.

SOURCE : AFP,  7 réfugiés meurent en tentant d’atteindre les Canaries, le point international, publié le 15/01/2018 à 17h50,

 1 page, consultée le 22/02/2018 à 10h

Léah B. et Marilène M.

La frontière Corée du NORD/Corée du SUD

Corée du Nord

Corée du Sud

Introduction :

La guerre de Corée s’est déroulée de 1950 à 1953. Elle

opposait la Corée du Nord, communiste et soutenue par l’URSS

à la Corée du Sud qui était soutenue par les Etats-Unis. Elle trouve son origine aussi dans la partition du pays, en 1948, ainsi que dans la guerre froide qui fait rage.

Déroulement :

L’URSS et les États-Unis décident de s’implanter en Corée,

en 1945, alors que la seconde guerre mondiale est sur le point de

s’achever. En 1945, suite aux accords de la conférence de Yalta, la frontière inter coréenne a été créée. Suite à la défaite du Japon, à la Seconde Guerre mondiale, les Américains et Soviétiques s’étaient mis d’accord sur une occupation militaire conjointe de la péninsule coréenne.

Déroulement de la guerre :

Désormais, suite à un échec de la tenue d’élection libre dans la péninsule, en 1948, aggrave la division entre les deux côtés: le Nord a mis en place un gouvernement communiste tandis que le Sud a mis en place le gouvernement pro-Américain. Le 38ème parallèle devint une frontière péninsule entre les deux États Coréens.

Vue de la frontière

La guerre de la Corée , se déclare le 25 juin 1950 et se termine le 27 juillet 1953. Selon Séoul, qui est la capitale de la Corée du Sud, la Guerre aurait été déclenchée par une agression Nord-Coréenne, selon un plan fait préalablement en liaison avec Moscou, qui est la capitale de la Russie .

Pendant la Guerre qui opposait les deux Corées. La Corée du Nord était soutenue par l’URSS et la Corée du Sud était soutenue par les États-Unis. Ce conflit a fait environ un million de morts, dont 147 000 soldats Sud Coréens et 520 000 soldats Nord coréens. Les forces de l’ONU comptabilisent 55 000 morts qui sont essentiellement des Américains … La situation militaire reste aujourd’hui presque inchangée, la tension entre le Nord et le Sud reste toujours vive.

C‘est la pire destruction matérielle et humaine qu’il soit arrivé au pays. Ce conflit fut le premier d’importance internationale après la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Conclusion :

Suite à se désaccord , la Corée du Nord et la Corée du Sud d’aujourd’hui sont toujours en conflit .

Définition :

L’URSS : ancienne Russie, ancien pays communiste dirigé par Staline de 1924 à 1953. (Union des Républiques Socialistes Soviétiques).

Guerre froide : L’expression « Guerre froide » désigne la période de tension et d’hostilité qui opposa les États-Unis et l’URSS, ainsi que leurs alliés respectifs au cours de la seconde moitié du XXe siècle

Sources :

Jimmy Wales. Wikipédia . [en ligne] .https://fr.wikipedia.org/wiki/Wikipédia

(page consultée le 16 février 2018)

Erva C. & Flavy V.

Fuir le chaos de la guerre : Les migrants syriens et irakiens.

Introduction : Nous allons vous parler des migrants syriens et irakiens qui quittent leurs pays pour fuir le chaos de la guerre.

1/ La Guerre:

Syrie : Il faut savoir que c’est une guerre civile, elle a débuté à cause du printemps arabe en 2011, cela fait maintenant 7 ans. Une partie de la Syrie est contre le régime baasiste dirigé par Bachar-el-Assad. L’armée syrienne libre mène la rébellion. Il faut savoir qu’à cause des attentats, les autres pays se sont unis contre les djihadistes en Syrie (l’État islamique). Cependant beaucoup de civils ont été tués quand les pays unis ont voulu abattre les djihadistes.

Irak : La guerre d’Irak, autrement dit seconde guerre du Golfe, a débuté en 2003. L’Irak est envahie par les États-Unis qui eux sont contre le parti Baas de Saddam Hussein. La guerre a commencé quand le président d’Irak n’a pas voulu détruire les armes de destructions massives qu’il était soupçonné de posséder, du coup, l’armée Américaine a décidé de faire la guerre à l’Irak.

Lien vers un article récent sur la guerre en Syrie :

http://www.rfi.fr/moyen-orient/20180315-sept-ans-guerre-syrie-pas-eclaircie-ordre-mondial

2 / Les migrants :

Les syriens ont commencé à fuir leur pays en 2015. Ils sont plus de 4 millions à fuir la Syrie (crise migratoire). Pour commencer, ils sont d’abord allés dans les pays voisins comme la Jordanie, la Turquie, le Liban, l’Irak et d’autres. Ensuite ils ont tous commencé à se dire qu’ils seront mieux en Europe car c’est un continent qui est riche. La migration syrienne est la plus grosse des fuites de guerre car il y a la plus grosse situation d’urgence humanitaire ! Certains se font arrêter par la police. De ce fait, les autres migrants vont commencer les passages clandestins pour parvenir à leur fin.

Irak : On s’est aperçu que l’Irak et la Syrie sont liés. Les Irakiens quittent leur pays pour aller dans des pays voisins et la plupart veulent aller en Europe. Plus les années passent, plus il y a de clandestins en Europe. En premier, les migrants se réfugient en Grèce, en Macédoine, à Belgrade, en Hongrie, en Autriche. Ils ont le choix de s’arrêter ou prennent le risque d’aller en France en arrivant sur la ville de Monaco.

Sources : Wikipedia, Le Monde, Slate, La Croix.

Emma C. & Kassandre P.

Les Mexicains qui rêvent des États-Unis

Chaque année des milliers de mexicains traversent la frontière entre les États-Unis et le Mexique. Les destinations les plus recherchées par les migrants pour travailler sont la Californie et le Texas. Ils sont attirés par le niveau de vie plus élevé et les meilleurs salaires que propose les Etats Unis mais aussi parce que ils y a beaucoup moins d’inégalité et de gangs mais la frontière est très surveillée la plupart des migrants sont des jeunes qui cherchent une vie meilleure. Ils s’entassent dans les grandes villes au bord de la frontière comme Tijuana ,Ciudad Juarez et Piedras Negras pour attendre le bon moment pour traverser. Ils font appel à des passeurs (les coyotes) ou montent clandestinement dans des trains de marchandises mais le voyage coûte cher et est très dangereux.

Les migrants sont victimes de vols , de la violence des gangs, ils sont parfois séquestrés pour demander une rançon à leur famille, beaucoup de migrants ne survivent pas au périple. Les plus chanceux qui arrivent à traverser la frontière doivent encore faire attention aux miliciens (la police qui patrouille à la frontière) pour ne pas se faire expulser.

Carte de la frontière États-Unis/Mexique.

Chaque jour, des milliers de migrants sont rapatriés dans leur pays mais quelques un d’entre eux sont incapables de se remettre de leur périple donc beaucoup se suicident et pour les migrants qui arrivent à s’installer sans se faire expulser ni tuer, 90% d’entre eux vivent sous le seuil de pauvreté des États-Unis. Mais entre 2008 et 2012 seulement 819 000 migrants ont traversés la frontière contre 2 millions entre 2001 et 2007 donc depuis quelques années le nombre de Mexicains qui traversent la frontière est moins élevé que le nombre de Mexicains qui rentrent dans leur pays. Les mexicains reviennent car il y a moins d’offre emploi mais aussi parce que l’économie mexicaine s’est beaucoup développée ces dernières années.

Sources : Latinreporters

L’express : l’immigration mexicaine aux États-Unis divisée par deux en 12 ans

l’immigration aux États-Unis : le rêve mortifère des Centraméricains

Hugo D.  & Florian F.

Les Rohingya en Birmanie

La Birmanie se situe en Asie du Sud-Est. Ce pays, aussi appelé Myanmar, compte plus de 51 millions d’ habitants et a une superficie de 676 578 km². Le pays est soumis à des dictatures militaires depuis 1962. Depuis 2011, l’État n’est plus dirigé officiellement par l’armée, mais dans les faits elle a gardé le pouvoir.

Les Rohingya sont un peuple indo-aryen. Leur présence en Arakan est, selon certaines sources, datée du VIIIe siècle après Jésus-Christ. Ils auraient été, au cours des siècles, mêlés aux peuples arabes, mongols, turcs, bengalis, voire portugais et se sont convertis à l’Islam tardivement, au XVe siècle, alors qu’à l’époque la région était un État vassal du Bengale. Des colonies musulmanes existent en Arakan depuis la venue des Arabes au VIIIe siècle. Il est possible que des descendants directs des colons arabes auraient vécu au centre de l’Arakan près de Mrauk et de Kyauktaw, plutôt que dans la zone frontière Mayu , la région où vit la majorité des Rohingya.

De 1824 à 1826, lors de la première guerre entre l’empire britannique et la Birmanie, les Rohingyas sont supplétifs dans l’armée britannique et considérés comme des traîtres par les indépendantistes birmans. Après la Seconde guerre mondiale, ils soutiennent de nouveau les Anglais face aux Birmans, qui ne leur pardonneront jamais. En 1948, la Birmanie retrouve son indépendance et les Rohingyas sont alors rejetés et persécutés.

L’exode massif des Rohingyas vers le plateau de l’Arakan, à la fin du XIXe siècle est, en grande partie, liée à la politique d’immigration encouragée par l’administration coloniale durant la période du Raj britannique, ceci afin de les inciter à travailler comme main d’œuvre dans les exploitations agricoles. Au fil des générations, les Rohingyas ont perdu leur caractère bengali, leur langue se différenciant nettement du bengali parlé au Bangladesh. Cet État n’est rattaché à la Birmanie qu’en 1948. Les Rohingya vivent dans l’État actuel d’Arakan (dont ils forment environ la moitié de la population), séparés de la Birmanie proprement dite par l’Arakan Yoma.

Carte : En jaune, l’État d’Arakan, montrant sa situation par rapport au reste de la Birmanie, avec le Bangladesh à sa frontière nord-ouest, et l’Inde plus au Nord.

Les Rohingyas habitant dans l’actuel État d’Arakan, rattaché à la Birmanie en 1948, sont aujourd’hui considérés par l’ONU comme:

« une des minorités les plus persécutées du monde ».

Les Rohingyas furent victimes d’attaques venues soit de la Birmanie voisine, soit des Portugais, avec notamment l’attaque de 30 000 soldats birmans en 1785, qui emmenèrent alors 20 000 personnes comme esclaves. Par la suite, la monarchie birmane encouragea ces raids pour briser tout esprit de résistance chez cette population étrangère, capturant et brûlant vifs des centaines de personnes rassemblées.

L’ONU estime que près de 379 000 personnes ont fui le pays depuis fin août. Le Conseil de sécurité a réclamé à la Birmanie d’agir pour faire cesser une « violence excessive » contre les Rohingya.

En près de deux semaines, ils sont quelque 379 000 Rohingya à avoir fui la Birmanie pour trouver refuge au Bangladesh, échappant ainsi aux violences qui frappent l’État d’Arakan Quelle est l’origine de cette crise qui dure depuis des dizaines d’années ?

Les Rohingyas sont un groupe d’hommes qui ont la même religion et la même culture et qui parlent la même langue. Ils vivent au Sud de la Birmanie, aussi appelée le Myanmar.

Alors que ces populations sont mélangées dans certaines villes, il y a de nombreux hameaux habités à 100 % par les uns ou les autres. Les Rohingya sont généralement peu intégrés au Myanmar. La plupart ne sont pas reconnus officiellement comme citoyens. Au cours des siècles et des dernières décennies, il y a eu plusieurs épisodes violents entre les immigrants et les populations locales. Le dernier conflit entre les musulmans et les bouddhistes a éclaté en 2012.

Depuis lors, une insurrection clairement islamique s’est développée dans la région. Elle a pris le nom d’Armée du Salut des Rohingya de l’Arakan (ARSA) et elle est dirigée par Ataullah abu Ammar Junjuni, un djihadiste pakistanais. (ARSA s’appelait auparavant Harakah al-Yakin, ou Mouvement de la paix.) Ataullah est né dans la grande communauté Rohingya de Karachi, au Pakistan. Il a grandi et a été éduqué en Arabie saoudite. Il a reçu une formation militaire au Pakistan et c’était un Imam wahhabite en Arabie saoudite avant son arrivée au Myanmar. Depuis, en lavant les cerveaux, il a recruté et formé une armée locale de guérilla d’environ 1 000 Takfiris.

Selon un rapport de 2015 du journal pakistanais Dawn, il y a plus de 500 000 Rohingya à Karachi. Ils sont arrivés du Bangladesh au cours des années 1970 et 1980 à la demande du régime militaire du général Zia ul-Haq et de la CIA pour lutter contre les Soviétiques et le gouvernement de l’Afghanistan.

Sources : aucune source n’a été communiquée par les rédacteurs.

Rémi P. & Maxime P.