Se défouler pour une cause

Au collège de Matour, les élèves courent contre la faim dans le monde ! En participant à la course contre la faim, organisée par Action contre la Faim, les élèves récoltent de l’argent pour les personnes mal nourries ou vivant dans les pays en guerre . Grâce à des parrains, qu’ils doivent trouver eux-mêmes, les élèves s’engagent à courir le plus de tours possibles autour de l’étang de Matour,  pendant la durée de l’opération. Chaque parrain s’engage à verser la somme de son choix pour chaque tour effectué.

Voici une photo qui montre comment on mesure les enfants pour savoir s’ils sont en malnutrition ou pas (rouge malnutrition extrême, jaune malnutrition et vert ils ne sont pas en malnutrition)(crédit photo : FAO, 2017, « La malnutrition sévère est une préoccupation majeure au Soudan du sud, due au manque d’aliments nutritifs. Au plus haut point de la saison maigre, les communautés dépendent des aliments sauvages et de l’assistance humanitaire pour survivre », étude « L’état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde 2017 », site consulté le 06/06/2017).

Cette course se déroule  toute la matinée, les élèves de  6°et de 5° courent  en premier ; ensuite viennent les  4° et 3°. La course s’effectue  en relais par groupe de 2 ou 3 personnes. L’année dernière les élèves ont récolté 3300 euros!

A  Matour,  c’est la 2ème édition à laquelle le collège participe ;  ce projet à été présenté par M.Jouy. Il est  basé sur l’EPI de français et d’EPS, en 4e, avec M. Jouy et M. Pellenard, soutenus pas Mme Colas, CPE, entre autres.

Nous avons pu rencontrer M. Jouy et Mme Colas pour obtenir leur avis.

M. Jouy donne de l’argent à cette association qu’il a trouvée sur internet. Il sait que l’argent  récolté va vraiment à l’association. Il a voulu organiser cette course au collège pour qu’il y ait une solidarité entre les élèves en une action commune. Cette action a plu  à M. Jouy, qui est lui-même un marathonien. Comme il y a déjà le cross, les élèves ont l’habitude de courir autour du plan d’eau et il a trouvé intéressant d’exploiter cette compétence. Il a choisi cette association car dans les autres, on ne court pas. Cette course existe depuis très longtemps, il y a beaucoup d’établissements scolaires qui y participent déjà.

Mme Colas suit l’idée de M. Jouy et M. Pellenard qui ont fait un projet interdisciplinaire entre l’EPS et le Français. Cela leur permet de travailler les deux matières à travers un projet solidaire donc c’est une idée qui lui plaît. Elle avait déjà entendu parler de  cette association dans les médias. Ce projet lui ayant plu l’année dernière, elle  a voulu recommencer. Elle trouve cela très intéressant que les élèves s’investissent dans des missions de ce type là.

Une représentante de l’association Action contre la Faim est venue expliquer aux 4e à quoi elle servait, pourquoi elle avait était créée, à  quoi servait l’argent que l’on allait récolter. Au-delà de  cet aspect financier, pendant la course, c’est l’esprit sportif qui est mis en avant.

Pendant que nous courons, nous avons une pensée pour la population qui a moins de chance que nous.

L’Organisation des Nations Unies estime en effet que la malnutrition fait son retour et est à nouveau en hausse depuis 2014.

Graphique établi par la FAO (organisme dépendant de l’ONU), d’après les statistiques obtenues dans sa dernière étude « L’état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde 2017 »

M.R., Emmarilo.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *