La Révolution française a-t-elle libéré les esclaves?

Jusqu’en 1794, les révolutionnaires n’ont pas tous la même attitude vis-à-vis de l’esclavage.

En 1794, Nicolas RUAULT est contre la liberté des esclaves noirs, il veut, non pas une liberté brusque et illimitée, mais une liberté conditionnelle et progressive. Levasseur, lui, décrète dès ce moment que l’esclavage est aboli sur tout le territoire de la république dont Saint-Domingue fait partie mais pourtant il y a encore des esclaves là-bas. Et Lacroix , lui, veut aussi abolir l’esclavage et dit à la convention : « Nous ne nous sommes jamais soumis au joug d’aucun maître ; accordons-leur le même bienfait ». Le même jour, le 4 février 1794, la république abolit l’esclavage mais, en conséquence, elle décrète que tous les hommes, sans distinction de couleur, domiciliés dans les colonies, sont citoyens Français.

Pour libérer les esclaves , des personnes agissent.

En Août 1791, des esclaves déchaînés se révoltent contre leurs maîtres à Saint-Domingue pour leur liberté. Et parmi les personnes qui agissent pour la liberté, il y a Toussaint Louverture. Il est né à Saint-Domingue en 1743. En 1776 il devient homme libre de couleur. Il s’empare du pouvoir dans la partie française de l’île, qu’il contrôle entièrement en 1800. Il promulgue en 1801 une constitution qui fait de Saint-Domingue un Etat séparé de la France. Mais en 1802 Bonaparte envoie une armée pour rétablir l’autorité de la France. Le 4 février 1794, Levasseur, député de la Sarthe et Lacroix, député d’Eure et Loire, avaient pris la parole. Ils ont tous les deux demandé l’abolition de l’esclavage à la Convention et cela a marché, car le même jour la République décide d’abolir l’esclavage.

Pourquoi peut-on parler d’un retour en arrière à partir de 1802 ?

Le 20 mai 1802 Napoléon Bonaparte décide de rétablir l’esclavage dans les colonies. Et pour faire accepter cette décision le 19 mai 1802, Bruix demande devant le sénat si : « La France pourrait compter sur des colonies peuplées en majeure partie de noirs libres ? Leurs intérêts deviendraient bientôt indépendants de toute affection pour la métropole, car la patrie absente pour le nègre des Antilles, c’est l’Afrique. ». Les arguments de Bruix sont les mêmes que ceux employés par Ruault en 1794 car ils ne veulent pas tous les deux faire confiance aux esclaves noirs. Cependant, si Napoléon rétablit l’esclavage c’est avant tout pour des raisons économiques.

Léo R.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *