Littérature et société « En route vers la citoyenneté européenne »

« Littérature et société » est un enseignement d’exploration très intéressant. Je m’y suis inscrit par défaut initialement car  le nom porte à confusion.

Je ne m’attendais pas du tout à ça lors de la première séance.

En quoi consiste cet enseignement intitulé « En route vers la citoyenneté européenne » ?

Au cours de cet enseignement, nous découvrons l’Europe sous de nombreux aspects et tout ce qui la caractérise (ses institutions, ce qu’elle nous apporte au quotidien…). C’est très enrichissant car nous apprenons à connaitre le continent sur lequel nous vivons, ses dirigeants et son fonctionnement.

C’est une matière encadrée par plusieurs professeur(e)s, qui nous laissent beaucoup d’autonomie et nous font beaucoup participer à la vie sociale du lycée en utilisant les outils numériques pour réaliser par exemple des interviews d’élèves étrangers. Des rencontres sont fréquemment organisées avec des représentants d’organismes européens (Europe Direct) et avec un des députés de la région au Parlement à Strasbourg.

Nous participerons également à un concours académique contre d’autres établissements qui consiste à rédiger un blog. Tous les événements concernant l’Europe vus en classe sont relatés dans ce blog. C’est une expérience stimulante   qui motive pour partager le meilleur blog.

Cette année, nous sommes un groupe d’environ 20 élèves. Nous nous entendons bien. Nous sommes très autonomes nous travaillons à notre rythme et le cours est très dynamique. Aucun travail à la maison n’est demandé (ou très peu).

Cette année nous allons faire un voyage de 2 jours à Strasbourg « Sur les pas de l’Europe » ; nous allons visiter l’Hartmannswillerkopf, un champ de bataille de la Première Guerre mondiale,  la cathédrale et la Grande Ile classées à l’UNESCO et bien sur le quartier européen et ses institutions européennes.

Nous ne manquerons pas de relater notre voyage dans de prochains articles.

L’Hartmannswillerkopf, un monument du souvenir

Le Mémorial de L’Hartmannswillerkopf, inauguré en août 2017, est un édifice à la fois historique, mémoriel et touristique, situé dans le massif des Vosges, au pied de la plaine d’Alsace.

Ce musée complète l’autel et la crypte tous   deux construits à la fin de la Première Guerre mondiale. Contenant elle-même un ossuaire sous une dalle de bronze de 6 mètres de diamètre, qui renferme les restes d’environ 12000 soldats inconnus, français ou allemands de la Première Guerre mondiale, la crypte est surmontée d’une esplanade au milieu de laquelle se trouve un autel. En contre-bas du monument, il existe un cimetière comprenant 1264 tombes de soldats français identifiés ainsi que six fosses communes.

Le 10 novembre 2017 pour commémorer l’armistice, le président français Emmanuel Macron et le président allemand Frank Walter Steinmeier se sont tous deux rendus au Mémorial pour visiter le musée, la crypte mais aussi l’autel.  On peut d’ailleurs se souvenir de la photo où les présidents français et allemand se tiennent tous deux côte à côte face à la nécropole.

L’Hartmannswillerkopf, un lieu de mémoire national

L’Hartmannswillerkopf est un lieu de mémoire de la Grande guerre construit sur  la plaine d’Alsace en souvenir des combats qui s’y déroulèrent durant la Première guerre mondiale.

La nécropole nationale du Silberloch fut inaugurée en 1922 – elle comprend 1.200 tombes françaises  – puis,  en  1930,  une croix de 20 m est érigée, près du sommet du Hartmannswillerkopf. Elle a été baptisée Croix de la paix en Europe en 2008, en hommage aux soldats morts français et allemands ensevelis sur le champ de bataille.

 

Le monument national est inauguré en 1932 par le président de la République française Albert Lebrun.

Il comprend une crypte qui recouvre un ossuaire avec les restes de milliers de soldats français et allemands et un autel orienté à l’est vers le sommet de l’Hartmannswillerkopf,   construit sur une esplanade de pierre installée au-dessus de la crypte.

Il symbolise la levée en masse des volontaires accourus aux frontières pour la défense de la République. Ses quatre côtés comportent les noms des villes qui ont participé au financement de l’ensemble monumental: Paris, Strasbourg, Colmar, Mulhouse, Besançon, Metz, Lille, Rouen, Lyon, Marseille, Bordeaux, Nantes…

Le 3 août 2014, c’est au Hartmannswillerkopf que les présidents François Hollande (Président de la République française) et Joachim Gauck (Président de la République  allemande) ont lancé les commémorations franco-allemandes du centenaire de la Première guerre mondiale.

Trois ans plus tard, c’est au tour du  Président français Emmanuel Macron accompagné du Président allemand Frank-Walter Steinmeier de venir. Les deux chefs d’Etat se sont présentés côté à côte dans la crypte du Monument national puis  ils se sont donné une accolade, avant de présider la cérémonie d’inauguration de l’Historial.

                                                                                                              Source : France 3

L’Historial,  offre une vision large des événements pendant la Première Guerre mondiale. Il est un lieu à  multiples facettes, à la fois historique, touristique ainsi que mémoriel, et avant tout pédagogique.

L’Historial, musée de l’Hartsmannwillerkopf

 

 

La construction européenne

 L’idée de la  construction européenne est venue à l’esprit des chefs d’Etat à la fin de la seconde Guerre Mondiale pour éviter une nouvelle guerre car celle-ci avait fait de 50 à 60 millions de morts. On veut créer ici un idéal de paix.

Robert Schumann, alors ministre des Affaires étrangères, et,  Jean Monnet,  fonctionnaire international, sont les « Pères fondateurs »  du projet européen.  En 1950, Schumann propose que l’Allemagne et la France mettent en commun leur production de charbon et d’acier, deux secteurs qui sont à la base des industries d’armement.

            

Un an plus tard, le Traité de Paris est signé et donne naissance à la CECA  (Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier). Les 6 premiers pays sont la France, l’Allemagne, l’Italie, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas. En 1957, le Traité de Rome crée la CEE, (Communauté Economique Européenne).

Ce Traité est précisé notamment en 1985, les accords de Schengen permettant la libre circulation des marchandises et des personnes sans avoir besoin de passeport quelconque. 

 

Lorsque le Rideau de fer et le communisme tombent à partir de 1989, les Etats comme la Hongrie, la Slovaquie et d’autres rejoignent  l’Union européenne.

 En 1992, un traité est signé dans la ville de Maastricht et  donne une nouvelle dimension à l’Europe, que l’on désignera Union Européenne.

L’Union Européenne continue donc de s’élargir. Le dernier pays à rentrer dans l’UE est la Croatie en 2013.

En 2016, lors d’un référendum 51,9% des Britanniques ont voté pour sortir de l’UE.

 Pour conclure, l’UE est un véritable espace de partage, et d’échange.

La construccíon europea

  La idea de la Construcción europea se les ocurrió a los Jefes de Estado al final de la segunda guerra mundial para evitar una nueva guerra ya que esta causó unos 50 o 60 millones de muertos. Querían crear un ideal de paz. Robert Schuman era Ministro de los Asuntos Exteriores y Jean Monnet funcionario internacional, son los « Padres fundadores » del proyecto europeo. En 1950, Schuman sugiere que Alemania y Francia pongan en común su produccíon de carbón y de acero, dos sectores a la base de la industría del armamento.

    Un año más tarde, con el Tratado de París nace la CECA « Comunidad Europea del Carbón y del Acero ». Los 6 primeros países que lo firmaron son Francia, Alemania, Italia, Bélgica, Luxemburgo y los Países Bajos. En 1957, el Tratado de Rome crea la CEE, « Comunidad Económica Europea ».

    Se fue precizando  principalmente en 1985, los acuerdos de Schengen permiten la libre circulacíon de las mercancías y de las personas sin necesidad de pasaporte .

    Cuando cayeron la cortina de hierro y el comunismo en 1989, los estados como  Hungría,  Eslovaquia, y otros se unieron a la Alianza Europea.

    En 1992, otro tratado se firmaría en la ciudad de Maastricht que da una nueva dimensión a Europa, « la Unión Europea ».

    La Unión Europea sigue entonces creciendo. El último país en ingresar la UE es Croacia.

    Pero en el referéndum de 2016, el 51,9% de los Británicos votaron para salir de la UE.

    Sin embargo, la UE sigue siendo un verdadero espacio de colaboración y de intercambio .

Hartmannswillerkopf battlefield

Almost all european countries were confronted to the First World War. All the East part of France was victim of violent confrontation like Verdun’s battlefront and the one of Hartmannswillerkopf.

 It’s situated in Vosges, we called it too “le Verdun des Vosges” (“Verdun of the Vosges”), “la mangeuse d’hommes” (“The eater of men”) or even “montagne de la mort” (“death mountain”).

Source: http://hartmannswillerkopf.e-monsite.com/

Between 1914 and 1916, Hartmannswillerkopf was a strategic position for France and Germany thanks to its height of 956 meters and it gave a view of 180° on enemies’ camps (90 km of trenches).

During the war, all soldiers lived in unfortunate conditions in the trenches because of the bad weather (in the cold, humidity, waiting before the battles…). The loss rised up to 30 000 people deceased.

To clear all the mines of this battlefield, it’ll make almost 3 centuries because there still are many rest of munitions, shells…

Today the Hartmannswillerkopf is a memorial of the war what happened in this place.

We hope you have enjoyed reading our article and it gave you the desire to visit this historic place.

                             Source: https://cdn.radiofrance.fr

The European Parliament

What is the European Parliament ?

The European Parliament is the legislative organ of the European Union. It was created in 1952 as the “Assemblée commune de la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier”.
It is elected every 5 years by direct universal suffrage. The last elections took place in May 2014, and it counted 751 deputies. The European Parliament’s seat is in Strasbourg.

The Parliament has three main roles :

A legislative role
-It adopts the legislation of the Union with the Council of the European Union, on the basis of the propositions made by the European Commission.
-It has a say in the international agreements
-It has a say in the enlargements

 A survelliance role
-It has democratic control over all the institutions of the Union
-It examines the petitions presented by civilians and starts investigations
-It debates the monetary politics with the European Central Bank

Budgetary role
-It establishes the budget of the Union with the Council
-It approves of the long term budget of the Union (named “cadre financier pluriannuel)

The number of european deputies that each member state in the Union may have is roughly proportional to it’s population, but it follows the principal of digressive proportionality: each country has a minimum of 6 and a maximum of 96 deputies and the total number of deputies can’t go over 751 (counting the president). The deputies are not grouped together according to their nationalities but according to their political affiliations.

The President represents the Parliament in front of the other institutions of the Union and the rest of the world. He has the last word on the Union’s budget.
If you wish to ask the Parliament to act upon a precise question, you must present to it a petition that can concern any subject under the Union’s control, but you have to be a civilian of one of the countries member of the European Union or reside in the Union.

              The Parliament of the European Union

What is the function of a deputy?

With the initiative of the European Commission, a deputy writes the law propositions in the context of a Parliamentary Commission, before voting them in plenary sessions.
They can become a mediator when a petition is presented by civilians and can be appointed in an investigation commission, in the case of infractions or wrong applications of the Community law. They can use the “Cour de Justice des Communautées européennes ” in opposition to the Commission or to the Union’s Council if they do not fulfill their duties. They give their permission for the appointment of the members of the direction of the European Central Bank.

The European deputy has to assist to:
-the 12 monthly sessions of the European Parliament in Strasbourg
-the additional plenary sessions in Brussels
-the Parliamentary commissions in Brussels

Edouard Martin, a French European Deputy

 

    Edouard Martin,    a French European deputy

Edouard Martin is a part of the « Groupe de l’Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates » in the European Parliament and is a deputy part of the East district.

 

 

 

 

He is a member of multiple Commissions, such as:
ITRE, Commission for the industry, research and energy
EMPL, Commission of employment and social affairs
FEMM, Comission for the rights of women and the equality of the genders

 

 

 

 

Sources:

-europarl [en ligne]. date de consultation [6/03/2018]. Disponible sur [http://www.europarl.europa.eu/meps/fr/124947/EDOUARD_MARTIN_home.html]

-Thomas Bresson, Edouard Martin, wikimedia commons [en ligne]. date de consultation [06/03/2018]. disponible sur [https://commons.wikimedia.org/wiki/File:2015-05-22_18-42-05_edouard-martin-belfort.jpg]

 

Petite leçon sur l’Europe

Le Mardi 9 Janvier, Mme Isabelle Alexandre, Centre d’informations Europe direct à Dijon, est venue pour nous expliquer plus clairement le fonctionnement de l’Union Européenne.

Le Centre d’information Europe direct à Dijon appartient au réseau d’information de l’Union européenne «Europe Direct» . Ils sont les relais de l’Union européenne. Ce réseau compte  500 centres d’information en Europe et 50 en France. Il est situé au Conseil régional 37, boulevard de la Trémouille à Dijon .

Mme Alexandre nous a expliqué en quoi consistait  son métier : informer le public sur les institutions  et les politiques de l’UE, organiser et participer à des manifestations et proposer un premier niveau d’information sur l’Europe,  dès le primaire.

Ensuite, elle nous a montré un diaporama, dans lequel on pouvait voir une frise sur l’histoire de l’Union Européenne mais aussi sur les institutions de l’Union Européenne.

Cette présentation était interactive et instructive pour nous parce qu’elle nous a appris plus clairement comment fonctionnait l’Union Européenne.

A la fin de cette séance, nous avons fait un quiz sur l’Union Européenne actuelle et historique.  Nous étions en plusieurs groupes. Ce quiz nous a permis de faire le point sur nos connaissances sur l’Union européenne. Comme par exemple :

Saviez-vous que sur tous les billets européens étaient représentés des portes et des fenêtres et des ponts ?

Saviez-vous que la France, l’Italie, la Belgique, le Luxembourg, l’Allemagne et les Pays-Bas ont été les premiers pays de l’Union Européenne ?

L’intérêt de cette intervention était d’élargir nos connaissances et de voir l’impact du fonctionnement de l’Europe dans nos vies quotidiennes.

Nelly et Alice .

L’Europe à Beaune

Pendant notre cours de Littérature et Société, nous avons arpenté le centre ville de Beaune à la recherche de signes et symboles faisant référence à l’Europe. Ce pouvait être des monuments, des enseignes, …

Avez-vous déjà fait cela dans votre ville ? ce peut-être un bon exercice ! Aucun de nous n’avions déjà fait ce genre d’activité et pourtant nous connaissons notre ville comme notre poche.

Grâce à cette sortie, nous nous sommes rendus compte de la place qu’occupe l’Europe dans notre vie quotidienne.

Puis, après avoir photographié les monuments, signes et symboles, nous avons réalisé  deux murs, l’un réel et l’autre virtuel.

Interview of foreign students

In our school there are lots of students who come from different countries around the world. Most of them came here as a choice because they wanted to discover French culture and language but some of them were forced to leave their country owing to political or economic crisis.
We had the opportunity to interview a few of them to speak about their thoughts on European Union, France and also to learn a bit more about their native country.

Joao Pedro and Julie were our guests. These two students did a really great job, and we’re thanking them again!

Hello Joao!

We ask Joao, a 16-year-old Portugese, several questions about his experience in France. He didn’t choose to come in France ; he came here with his parents because of economic crisis in Portugal. His family wanted to earn money in France because earning money is easier in France than in Portugal ; so they are going to live in France for one year and then, they’ll go back to Portugal.
To Joao, these countries are really different. The food is different, people are different, school is different and the culture s different too. When he went in France, he didn’t speak French at all but in only three months spent here he learnt French a lot and he’s progressing very fast. Joao still prefers Portugal to France, but he thinks that French people are really nice.
Then whe asked him some questions about European Union. He answered that he knows that Portugal is a part of this union, and to him, European Union is a good thing. But European Union doesn’t help Portugal a lot even if the crisis isn’t due to Europe, but because of Portugese government. Finally? he told us that this year in France will give him a lot of things. He would learn a new culture, a new language and meet a lot of people!

Hallo Julie!

Contrary to Joao, Julie chose to came in France, and it wasn’t her first experience. She had already visited Paris ans Strasbourg with her family, and this time shee’s in a host family in Burgundy. Julie is from Germany, and she wanted to come in France because she liked the language, even if the culture is really different from hers. During the interview she was asked about her thoughts on France but also on Europe, and more precisely European Union, because it’s the main theme of this discipline. She said it was great because all the countries were united.
I think it was like a « test » for her because it can be hard to speak fluently.