Archives pour la catégorie Project Blog

Et si on parlait du blog qui a reçu le premier prix lycée ?

Voici le témoignage de madame Gwendoline Juilleron, professeur d’Histoire-Géographie au Lycée International Charles de Gaulle, Dijon. Son projet a terminé premier pour l’édition 2016-2017 du concours, niveau lycée.

Cela fait maintenant 3 ans que j’utilise la plateforme Blogue ton école, puisque je poursuis mon expérience avec un nouveau blog pour cette année 2017-18.

A travers le concours, on a accès à une structure de blog validée par l’EN, ce qui est important pour mener des projets pédagogiques. Cette plateforme n’est pas la plus simple à utiliser mais elle bénéficie d’une assistance. Cette assistance fait la différence ! A tout moment on peut demander de l’aide sur la prise en main et la mise en forme, ce qui est très important pour ne pas « s’arracher les cheveux » et perdre trop de temps. Cela m’a beaucoup aidé cette année pour implanter une activité H5P dans un article. J’ai été secourue dans la matinée.

Chaque année, je mène un gros projet avec une de mes classes et le blog est un outil approprié pour les faire manipuler (activités TICE), les faire participer autrement (collaboration/ mutualisation) et promouvoir leur travail auprès de l’école mais aussi des familles. Nous avons joué à fond la carte des réseaux sociaux et du partage grâce à des outils de partage disponibles dans le blog. A chaque nouvel article publié sur le blog, nous avons fait du « teasing » sur le projet et ses avancées. Je pense que c’est important que les travaux des élèves soient visibles par tous, ceci afin de les mettre en valeur et en confiance. En plus de la plateforme de blog, le concours qui y est associé ajoute un peu de piment à l’expérience, et engendre une envie de se surpasser de la part des élèves.

Concrètement, en classe pendant le temps du projet, je connecte un ordinateur et les élèves peuvent venir rajouter un article, une photo. Pour le dernier blog (lien), nous avons procédé de façon très démocratique. Les élèves discutaient entre eux des articles à proposer et des illustrations, puis une fois la classe d’accord, 2-3 élèves étaient en charge de la rédaction et de la mise en page. Les rédacteurs n’ont pas toujours été les mêmes de façon à ce que plusieurs puissent manipuler et tenir ce rôle.  Les articles avaient dans notre cas deux fonctions. La première était de présenter le projet et de montrer les avancées de ce dernier (articles sur la classe, les activités de groupe…) Le second était de mettre en valeur de travail réalisé. Chaque production finale était l’objet d’un article et d’un lien vers notre travail.

Sur la plateforme, on peut personnaliser son template (modèle) et les couleurs associées. Les options sont limitées mais suffisantes. Rien ne sert de se perdre dans le choix des templates.  Les élèves peuvent dès le début du projet s’approprier et personnaliser leur blog. Il est possible d’ajouter sur demande des modules et fonctions sur le blog. C’est une plateforme flexible. Enfin, on peut prolonger l’utilisation du blog ouvert pour 3 ans ce qui peut aussi être l’occasion de mener des projets plus longs, plus ambitieux avec des élèves différentes chaque année. Le blog peut être associé à un projet d’établissement.

Gwendoline Juilleron,
Histoire-Géographie
Lycée International Charles de Gaulle, Dijon.

Opérer pour mieux chercher

Avant, lorsque je faisais une recherche sur Internet à propos du « vrai nom de Lara Fabian», c’était toujours la même chose : j’allais sur Google (mais je suis au courant qu’il existe d’autres outils pour effectuer une recherche documentaire, comme Qwant ou Duckduckgo) et j’entrais dans le bandeau de recherche : quel est le vrai nom de Lara Fabian ? Et là miracle ! On me proposait 8 950 000 résultats.  🙂

Mais ça, c’était avant, car un jour je me suis rendue compte que si on partait du principe qu’un résultat de recherche sur Internet peut se comparer à un chapitre d’un livre à lire…. Ça ne va pas !  🙁
File:Rajshahi College Library Inside 05.JPG
Mohmoniattributionshare alike

Il existe des astuces pour faire des recherches plus précises sur Internet. Quand il y a du « bruit » dans mes réponses (des résultats qui ne correspondent pas à ce que je recherche) ou du « silence » (je ne trouve pas de réponse à ma recherche), je peux utiliser toutes les astuces suivantes pour affiner ma recherche documentaire.
1. Les opérateurs booléens. Ils permettent de préciser la recherche en plaçant des connexions logiques entre les différents termes du bandeau de recherche. Ils sont au nombre de 3 : le ET, le OU et le SAUF
ET : il sert à indiquer la présence simultanée de plusieurs mots clés. Pour l’équation de recherche ET vrai ET nom ET Lara ET Fabian, j’aurai 64 900 résultats. Si je rajoute un autre mot clé associé à l’opérateur ET, j’aurai moins de réponse (56 200 en rajoutant ET chanteuse).
OU : cet opérateur pourrait être remplacé par « ou bien ». Le moteur proposera dans ses résultats de recherche tous les sites qui comportent au moins un des mots (donc logiquement ceux qui comportent aussi tous les mots de l’équation de recherche). Pour l’équation de recherche OU vrai OU nom OU Lara OU Fabian, j’aurai 1 130 000 000 résultats. Si je rajoute encore un mot clé associé à l’opérateur OU, j’aurai encore plus de réponses.
SAUF : cet opérateur sert à exclure un terme, un mot, des résultats de recherche. Par exemple si j’entre dans mon équation de recherche ET Lara ET Fabian SAUF Adagio, j’aurai tous les sites qui comportent les mots clés Lara et Fabian, sauf les sites avec le mot Adagio.

File:Lara Fabian 2012.jpg
Georges Biardattributionshare alike

2. L’expression exacte ! 😉 Là c’est vraiment génial et pratique. Je recherche une information sur le vrai prénom de Lara Fabian. Si dans mon moteur de recherche je mets ET vrai ET nom ET Lara ET Fabian, je vais avoir dans mes résultats de recherche tous les sites référencés par le moteur utilisé qui comportent ET le mot vrai ET le mot prénom ET le mot Lara ET le mot Fabian. Je vais donc très bien pouvoir trouver un article qui est écrit par Fabian, sur son chien qui a eu le même nom que sa fille, à savoir Lara. Et c’est même écrit que c’est un vrai scandale !!!

La solution pour remédier à l’éclatement des mots dans mes résultats de recherche est de mettre « vrai nom » et « Lara Fabian » entre guillemets. Les résultats de recherche ne proposeront que les sites qui comportent ET l’expression exacte « vrai nom » ET l’expression exacte « Lara Fabian ».
Mais si j’analyse un peu mes termes choisis pour ma recherche documentaire, je préfèrerais certainement le mot « pseudonyme » à la place de l’expression exacte « vrai nom »! Ce qui donnerait en nombre de résultats de recherche : 5 220 pour l’équation ET pseudonyme ET « Lara Fabian ».
3. La troncature (le symbole *) 😉. L’usage des troncatures, appelées aussi joker permet en remplaçant un ou plusieurs caractères de trouver les mots au singulier ou au pluriel, d’autres mots de la même famille. Par exemple : robot* retrouve robot, robots, robotique, robotisé. Cela est très intéressant pour ne pas tenir compte du singulier ou du pluriel, ou encore de la conjugaison d’un verbe.

4. Le mot « define » 😉. Le fait d’associer define à un mot clé, ou à une expression exacte, vous proposera en résultats de recherche la définition du mot clé trouvée sur le Web (avec en premier résultat de recherche l’article correspondant de Wikipedia).
5. Le « filetype » 😉 La recherche filetype de permet de trouver des documents d’une extension précisée. Par exemple, si je ne peux que des fichiers PDF sur visiter Dijon, j’entrerai dans mon moteur de recherche « visiter Dijon » filetype:pdf.

En conclusion : les recherches avancées de la plupart des moteurs de recherche proposent tout ou partie de ces outils. Si je prends par exemple l’interface Google recherche avancée, je vais retrouver le ET (tous les mots suivants) ; le OU (l’un des mots suivants) ; le SAUF (aucun des mots suivants) ; l’expression exacte (expression exacte) ; le filetype (type de fichier) mais aussi d’autres paramètres comme le pays, la langue des pages, ou encore le type de licence en lien avec le droit d’usage.

Et surtout, n’hésitez pas à combiner entre eux ces opérateurs et autres outils de recherche documentaire. Au fait… qui a trouvé le vrai nom de Lara Fabian ? 🙄

L’image dans le texte : simple illustration ?

Article écrit initialement le 18 janvier 2016 – mis à jour le 21 novembre 2017

Les réseaux sociaux sont de plus en plus populaires, les internautes leur consacrant toujours plus de temps pour échanger et partager avec leurs familles et amis. Et ce sont souvent les formats multimédia qui ont leur préférence sur ces plateformes ; clips vidéos et images remplissent désormais nos fils d’actualités jour après jour.

Est-ce donc la fin du texte sur Internet ?

Les blogueurs, journalistes et auteurs qui écrivent quotidiennement sur le web ont plusieurs façons de s’adapter à la consommation exponentielle de contenus sur Internet.

La solution de facilité consiste malheureusement souvent à céder à la mode du moment, en se limitant à des textes courts, compensant alors généralement la pauvreté du contenu écrit par des illustrations. Il faut aller vite et être le premier à couvrir le sujet.

Mais la richesse de notre langue permettant de véhiculer tellement d’informations, de pensées, de sentiments, qu’il serait dommage de s’en priver.

Pourquoi alors ne pas essayer de combiner le meilleur des deux mondes ?

Des images pour structurer ses idées

wordpress-923188_960_720

Lorsque l’on souhaite écrire un article pour traiter un sujet de la façon la plus complète possible, la première étape consiste souvent à trier et organiser ses idées pour structurer ce que l’on va écrire.

Suivant la taille de son article, on arrange alors souvent le texte en plusieurs paragraphes, voire en plusieurs parties distinctes séparées par des titres et des sous-titres. À bien y regarder, c’est la méthode utilisée depuis toujours par les écrivains et journalistes dans les livres et journaux !

Utilisée judicieusement tout au long du texte, l’image peut alors être une excellente alliée pour nous aider à mieux le structurer et aider ainsi le lecteur à mieux comprendre notre pensée.

Des images pour aérer le texte et rendre la lecture plus  agréable

man-791049_960_720

Si un texte sans illustration mais bien écrit ne freinera jamais un lecteur averti, l’utilisation d’images permet d’aérer de grands blocs de texte et ainsi de s’assurer de plaire au plus grand nombre, de garder accrochés des lecteurs qui auraient pu fuir devant de trop longs textes.

Les auteurs les plus avisés joueront même avec la taille des images,  leurs formats, leurs emplacements… pour tenter de donner encore plus de rythme à leurs articles, pour rendre la lecture la plus agréable possible, et faire en sorte que le lecteur éprouve un réel plaisir à parcourir leurs pages.

Des images pour apporter des informations complémentaires

6d40235b-6584-44d3-804d-4fdba61528a9

L’image ne doit pas se contenter de servir de support pour structurer et aérer son texte !

Dans bien des cas, elle peut apporter une information complémentaire, voire un éclairage nouveau sur un sujet.

Si Confucius pensait qu’une image vaut parfois mille mots, il est certain qu’une illustration bien choisie peut compléter à merveille un texte.

Il faut alors veiller à la bonne compréhension du message par tous : l’image doit apparaître aux bonnes dimensions sur tous les supports (ne pas oublier les petits écrans des smartphones, de plus en plus utilisés pour naviguer sur Internet), ne pas être déformée, les éventuelles références qu’elle contient doivent être comprises de tous.

Il ne faut pas hésiter à utiliser des légendes explicatives si nécessaire.

Des images pour conforter l’identité graphique de son site ou blog

blog-658233_960_720

Un autre intérêt des illustrations sur le web, à ne pas négliger, est l’apport visuel de ces dernières pour l’identité graphique du site qui les propose.

Des photographies soignées, comportant pourquoi pas un formatage particulier (taille, effet, bordure spéciale…) aideront l’internaute à identifier et à se souvenir du site sur lequel il se trouve.

Il faut avant tout penser à la cohérence des illustrations que l’on retrouvera un peu partout sur son site Internet.

Des images et du texte intimement liés, la combinaison gagnante ?

f242b008-8e34-426a-82dd-cc9d7e4b3b29

Le web évolue sans cesse, et nous avons vu apparaître ces dernières années une tendance qui peut ravir les amateurs de lecture sur Internet. Certains grands médias se sont en effet essayés à de longs articles enrichis de nombreuses images et contenus multimédias, pour une véritable immersion au cœur du récit.

Quelques exemples particulièrement réussis :

cette longue page du magazine sportif ESPN, combinant photos en plein écran, dessins explicatifs, cartes, vidéos et contenus multimédias.

ce test d’une console de jeux vidéo, utilisant une navigation originale avec un menu toujours présent à l’écran, de nombreuses photos de qualité et des illustrations sous forme de dessins qui s’affichent progressivement.

cet essai remarquable, utilisant un effet particulier de changement des images lors de la descente dans la page pour donner une impression d’animation, et alternant des blocs de texte, de grandes images et des citations, pour donner du rythme à la lecture.

Dans ces exemples, un soin particulier est apporté à la structure de la page, à la navigation, au choix des polices, des images et autres contenus, pour que l’internaute vive une expérience mémorable, loin des contenus rapides à consommer que l’on trouve en masse sur la plupart des sites d’informations et sur les réseaux sociaux.

Utilisées de cette façon, les images combinent l’ensemble des avantages cités précédemment : elles structurent le contenu, le rendent plus agréable à parcourir, apportent des informations supplémentaires, tout en donnant au site qui les contienT une forte personnalité, et en offrant une riche expérience àau lecteur.

De bonnes idées à prendre à n’en pas douter.

 

Pour aller plus loin :

Structuration et illustration de la page : de l’espace du livre à l’espace du texte par l’Université Paul-Valéry Montpellier 3

Fiche technique : les fonctions de l’illustration, par l’Association régions presse enseignement jeunesse

Source des images :

https://pixabay.com/en/wordpress-blogging-writing-typing-923188/

https://pixabay.com/en/man-reading-touchscreen-blog-791049/

https://pixabay.com/en/blog-web-page-internet-blogging-658233/

captures d’écran ESPN

Chercher de l’information sur internet

Qui n’est jamais allé chercher une information sur internet ?

Internet est devenu la principale source d’information, surtout chez les jeunes. Mais savez-vous chercher de l’information sur internet ? Comment faire la différence entre deux informations trouvées sur internet, mais qui se contredisent ? Par où commencer la recherche pour mettre toutes les chances de son côté ?

Je vous propose de vous donner les clés d’une recherche d’informations réussie :

cles_recherche_informationUne recherche d’information se mène en trois étapes : Trouver, sélectionner, exploiter l’information. Passons-les en revue.

Trouver l’information

Le point de départ de notre recherche doit être de savoir ce que je cherche exactement : Est-ce une réponse à une question précise ? Est-ce je souhaite une confirmation de ce que je crois savoir ? Est-ce que je cherche à mieux connaitre un sujet dans son ensemble (par exemple, la vie des paysans au Moyen-âge).

Ensuite, je dois sélectionner le ou les outils qui me permettront de chercher l’information : dictionnaire, encyclopédie, moteur de recherche, annuaire, etc.

La plupart du temps, les internautes utilisent un moteur de recherche. Sais tu ce que c’est ?

Les moteurs de recherche sont tellement utilisés que certains les confondent avec le navigateur, ou même avec internet.

Il existe plusieurs moteurs de recherche : Google, Bing, Yahoo sont les plus connus. D’autres comme DuckDuckGo ou Qwant propose les mêmes outils, mais en garantissant aux utilisateurs de ne pas utiliser leurs données pour de la publicité. Il existe même un moteur de recherche pour les enfants : il s’agit de QwantJunior.

Tous ces moteurs de recherche fonctionnent sur le même principe : tu saisis un ou plusieurs mots-clés, et tu obtiens une longue liste de liens vers des sites internet qui correspondent à ces mots-clés.

Attention aux mots-clés que tu choisis, cela va modifier les résultats du moteur de recherche. Tu peux essayer dans QwantJunior les recherches suivantes « plus grand arbre » et « plus haut arbre« . Tu vois la différence ?

Savoir choisir ses mots-clés demande de s’entrainer, et de prendre le temps d’y réfléchir, avec ses copains par exemple.

À cette étape, tu dois avoir trouvé plusieurs sites concernant ta recherche. Il te faut désormais faire le tri.

Sélectionner l’information

Comment savoir si un site internet donne de vraies informations ? Ce n’est pas si facile et même les plus grands se trompent parfois. Le plus important, c’est de ne pas croire tout ce qui est écrit sans s’être posé quelques questions avant.

Pour cela, je te propose 6 questions : QUI ? QUOI ? QUAND ? POURQUOI ? OÙ ? COMMENT ?

Pour chaque site, tu peux te poser ces questions :

  • Qui est l’auteur ?
  • De quoi parle t-on ?
  • De quand date l’information ?
  • Pourquoi est publiée l’information ?
  • D’ provient l’information ?
  • Comment est présentée l’information

L’ensemble des réponses te permettra d’avoir plus ou moins confiance. N’oublie pas que pour avoir encore plus confiance dans une information, il faut la trouver à plusieurs endroits, c’est ce que l’on appelle le croisement des sources.

Enfin, lorsque tu auras trouvé l’information souhaitée, vérifie qu’elle réponde bien à ton besoin de départ, sinon tu risque de répondre à côté de la question !

Exploiter l’information

Trouver et sélectionner l’information est un travail qui demande de se poser beaucoup de questions, alors que l’utilisation d’internet nous parait très simple et très rapide.

Je vais ajouter encore une question à te poser : que vas-tu faire de cette information ?

Tu peux juste vouloir répondre à une question de ton enseignant(e). Tu veux peut-être utiliser cette information dans une production personnelle ; un exposé, une affiche, un album, etc. Tu peux également vouloir conserver cette information, parce que tu penses qu’elle sera utile plus tard, pour toi, ou pour d’autres personnes.

À ce sujet, as-tu vu que dans QwantJunior, il y avait des carnets ? À quoi servent-ils ?

Ce sera ma dernière question pour cet article. Tu l’auras compris, chercher, c’est se questionner. Il n’y a pas de réponse toute faite, mais tu prendras l’habitude petit à petit de savoir accorder ta confiance aux sites qui le méritent.