Les travaux de Galilée

On a étudié en cours les différentes recherches

de Galilée

 

Galilée, fils de Vincenzo, est issu d’une noble famille Florentine. C’était un homme d’une vaste culture et son père le voyait médecin. Il a fait plusieurs recherches et expériences (si dessus) grâce a son ami Ostilio Ricci. Galilée a étudié l’astronomie d’Aristote également. Il a également repéré des anomalie dans le système de Ptolémée et il a aussi amélioré la lunette et observé les satellites de Jupiter grâce a celle-ci.

Il à été a l’encontre du système de Ptolémée, Galilée a dit que la rétrogradation de Mars et les mouvements des marées allaient a l’encontre de ce qu’a dit Ptolémée.

Le système géocentrique, pour Galilée, est très compliqué. A l’aide de sa lunette qu’il a amélioré il a approfondit son hypothèse, en observant les satellites de Jupiter, les reliefs de la Lune et les taches du

Soleil.

Il a également émit d’autres hypothèses, il a fait d’autres expériences, grâce à celles-ci il en à fait des conclusions et prouver ses hypothèses.

Suite à ses recherches et à la publication de ses ouvrages : Le messager des étoiles et Dialogues sur les deux système du monde, Galilée rencontre deux obstacles : L’Église et les trois inquisiteurs. Ces deux obstacles ont faillit le conduire au bûcher, mais grâce au Pape il y a échappé mais il a dût abjurer. Trois siècles après, le gouvernement à demandé pardon car en plus de 400 ans, les gens ont réussit à justifier les hypothèses et les idées de Galilée et à les prouver.

Les étoiles :

Galilée découvre que certaines étoiles ne sont pas visibles à l’œil nu. Surtout, Galilée détaille l’aspect des étoiles à travers la lunette. Il remarque que, si les planètes sont des cercles nets, « les étoiles ne se présentent pas comme limitées par des circonférences de cercle, mais comme des noyaux de lumière qui rayonnent et scintillent dans toutes les directions »

 

La surface de la Lune :

Lorsqu’il examine la Lune avec son instrument, Galilée remarque que la surface de l’astre n’est pas rigoureusement sphérique. Sa surface est accidentée, non uniforme et par conséquent ressemble à la surface de la Terre. Ici la comparaison avec la Terre est directe et il s’agit d’une remise en cause explicite des thèses aristotéliciennes sur la bipartition du monde. La Lune est censée appartenir au monde supralunaire et ne peut donc avoir un aspect semblable à celui de la Terre qui, elle, appartient au monde sublunaire.

Les satellites de Jupiter :

Galilée parvient à observer quatre satellites de Jupiter en janvier 1610. Maintenant, en effet, nous n’avons plus une seule Planète tournant autour d’une autre pendant que deux parcourent un grand orbe autour du Soleil, mais notre perception nous offre quatre étoiles errantes, tandis que toutes poursuivent ensemble avec Jupiter, en l’espace de douze ans, un grand orbe autour du Soleil ».Ici encore il s’agit d’un argument en faveur du système de Nicolas Copernic, car avec les satellites de Jupiter, il n’y a plus un seul centre de rotation dans l’univers. Galilée baptise ces satellites de Jupiter, planètes médicéennes en l’honneur du Duc de Médicis (et de ses trois frères) au service duquel il espère être engagé.

 

Ugo.F-Océane.T

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *