Écrire pour le blog

Oubliez les codes d’écriture de la presse écrite, le web répond à ses propres règles.

kaboompics.com_Office Space_ Woman writing

http://kaboompics.com/one_foto/1282/office-space-woman-writing#

Savez-vous que ce sont des millions de billets qui sont postés tous les jours sur la blogosphère ? Mais tous les auteurs ne connaissent pas les règles qui régissent l’art de l’écriture bloguesque… Aujourd’hui, je vous propose quelques règles simples pour vous lancer à votre tour.

 

L’internaute n’est pas un lecteur comme les autres

kaboompics.com_iPhone 6 Plus and laptop on wooden desk

http://kaboompics.com/one_foto/1113/iphone-6-plus-and-laptop-on-wooden-desk#

Sur un support numérique, la lecture se fait plus lente car il agit comme un filtre. Il en découle un certain nombre de désagréments dont :

  • une lecture plus longue et plus difficile (à cause de la luminosité et de la surcharge d’information)
  • la nécessité de capter plus rapidement l’attention du lecteur
  • le défilement des textes de haut en bas et de gauche à droite (ce qu’on nomme le scrolling) ; ce qui provoque un problème de mémorisation de la position des informations)

Pour en savoir plus sur les différences entre la lecture sur écran et sur papier, vous pouvez consulter un dossier d’Eduscol intitulé « Lecture sur écran ».

L’internaute ne lit pas, il survole les informations en diagonale. Il est attiré par des expressions percutantes et des visuels accrocheurs. Il est impatient car volatile.

Pour toutes ces raisons, en tant que rédacteur, vous devez adapter votre style d’écriture.

 

Attirer et retenir les lecteurs

billet_nuage

Que ce soit le fond ou la forme, soignez tous les aspects de votre article pour en rendre la lecture plus facile. Trouvez le juste équilibre entre le fond et la forme en écrivant un article attrayant, pratique et utile.

Un article peut se découper en quatre parties : le titre, le chapeau, le corps et la conclusion.

  • Le titre doit être considéré comme un élément capital d’un article. Il doit être suffisamment clair et percutant pour susciter la curiosité. Il doit être court (entre 4 et 10 mots).
  • Le chapô est l’occasion d’accrocher encore le lecteur et doit rassembler des informations-clés dites « les 6W » (Qui ? Quoi ? Où ? Quand ? Comment ? Pourquoi ?).
  • Le corps de l’article doit être composé de paragraphes courts où chaque idée est développée dans un paragraphe différent. Les informations les plus importantes seront positionnées au début.
  • La conclusion peut être une synthèse des éléments les plus importants, une question ouverte, une interpellation du lecteur etc.

Privilégiez les phrases courtes avec un vocabulaire varié et des paragraphes aérés. Entre deux expressions équivalentes, choisissez toujours la plus courte (par exemple, utilisez « sauf » plutôt que « à l’exception de ».

Pensez à utiliser des repères temporels fixes pour assurer la pérennité du contenu de votre article (par exemple, « en février 2014 » plutôt que « le mois dernier »). Restez vous-même : n’essayez pas d’adopter un style qui ne vous ressemble pas !

N’oubliez pas de vous faire relire pour les fautes d’orthographe mais aussi pour la compréhension de vos contenus. Votre professionnalisme pourrait être remis en cause…

Si vous souhaitez traiter d’un sujet vaste, n’hésitez pas à écrire plusieurs billets. Quant au billet, il ne doit traiter qu’un seul sujet à la fois.

 

L’importance des illustrations

N’hésitez pas à illustrer vos propos avec des photos (dont la licence vous permet la réutilisation). Un article sera bientôt publié à ce sujet. Pensez également aux infographies ou aux vidéos, des comparaisons, des liens vers d’autres articles, etc.

3ZHG0XOIT6

https://stocksnap.io/photo/3ZHG0XOIT6

Les images doivent être choisies avec soin et surtout, elles doivent être en lien avec le contenu. Pour en savoir plus, je vous invite à consulter l’article « L’image dans le texte : simple illustration ? ».

 

Écrire pour être (mieux) lu

La mise en forme est très importante :

  • pas d’italique (sauf pour les citations et les références bibliographiques) ;
  • pas de paragraphes en majuscules (dans le langage web, cela revient à hurler) ;
  • ne pas utiliser les soulignés (dans les conventions web, le soulignement est réservé aux liens hypertextes) ;
  • privilégier l’utilisation du gras (pour localiser et mettre en valeur les idées essentielles) ou encore une autre taille de police ;
  • utiliser aussi les retraits et les listes à puces…

 

Vous écrivez mais le sait-on ?

Favorisez les interactions en ouvrant les commentaires et acceptez la critique. Répondez également aux commentaires. Cela dit, soyez vigilant aux trolls. Pour en savoir plus, vous pouvez consulter l’article « Qu’est-ce qu’un Troll ? ».

Utilisez les titres pour structurer votre article. Un article « Derrière la page, du code… » vous explique pourquoi.

Utilisez des mots-clés dans des endroits stratégiques (ex. dans le titre et les sous-titres).

Pensez au référencement pour augmenter vos visiteurs. La notion de référencement sera traitée dans un autre article.

Utilisez les médias sociaux pour diffuser le lien.

 

Les 3 erreurs à éviter

 

Ne pas structurer son article.

Ecrire à chaud.

Ne pas tenir à jour son blog.

 

Vous l’aurez compris, l’écriture pour le web ne s’improvise pas, bien au contraire : elle se prépare, s’organise, se réfléchit. La bonne nouvelle, c’est que l’on peut apprendre…

PS : n’hésitez pas à réagir sur cet article pour le compléter ou le commenter.

Les finalistes du concours « Blogue ton école » ont rendu leur copie !

Cette année, les finalistes du concours de blog ont du produire un article autour de la question de la désinformation. Bravo à tous les enseignants et leurs élèves car les productions sont de grande qualité ! Vous voulez voir ? C’est par ici :o)

L’équipe de Françoise Lurier (Collège Le Mont Chatelet – Varzy) :
http://blogue-ton-ecole.ac-dijon.fr/blog/2018/10/01/des-eleves-saouls-au-college-de-varzy/

Les deux équipes de Claire Rafin (Collège André Lallemand – Pouilly-en-Auxois) :
http://blogue-ton-ecole.ac-dijon.fr/blog/2018/10/01/le-darkside-de-linfo-ne-vous-laisserez-vous-pas-pieger/
http://blogue-ton-ecole.ac-dijon.fr/blog/2018/10/01/les-fake-news-au-college/

L’équipe de Manuelle Desbrières (Collège Carnot – Dijon) :
http://blogue-ton-ecole.ac-dijon.fr/blog/2018/10/01/tous-les-enfants-francais-apprendront-obligatoirement-larabe/

L’équipe de Jérôme Virot (Lycée E.J. MAREY – Beaune) :
http://blogue-ton-ecole.ac-dijon.fr/blog/2018/10/01/attention-invasion-de-fake-news/

L’équipe de Sophie Vidal (Lycée Gabriel Voisin – Tournus) :
http://blogue-ton-ecole.ac-dijon.fr/blog/2018/10/01/attention-les-jeunes/

L’équipe de Cécile de Joie (Lycée Parc des Chaumes – Avallon) :
http://blogue-ton-ecole.ac-dijon.fr/blog/2018/10/01/leducation-aux-medias-pour-les-parents/

Rendez-vous le 10 octobre de 10h à 12h à l’UNA pour le palmarès et la remise des trophées. Celle-ci sera présidée par Frédéric Batlle, IA-IPR Établissements et vie scolaire de l’académie de Dijon et référent académique pour l’Éducation aux médias et à l’information.

Tous les enfants français apprendront obligatoirement l’arabe ?!!!

L’information selon laquelle le ministre de l’éducation nationale allait rendre obligatoire pour tous l’enseignement de l’arabe s’est affichée sur mon téléphone portable relayé sur Facebook et autres réseaux sociaux…

« Tous », « obligatoirement » ces mots seuls m’ont rendu méfiant.

Alors en ce jour du 10 septembre et les jours qui ont suivi j’ai épluché les informations, sur les réseaux sociaux , à la radio, à la télévision…  

« On nous prépare le début d’une arabisation », dénonçait haut et fort Nicolas Dupont-Aignan, sur France Inter. « Si c’est rendre obligatoire l’arabe dès le primaire, c’est non », s’exclamait Xavier Bertrand sur la même radio « On risque de faire entrer l’islamisme dans l’éducation nationale» affirmait gravement l’ancien ministre de l’Education Luc Ferry sur Europe 1.

Ça ne rigolait pas du tout. Tout cela commençait à me faire peur . Ces hommes politiques très sérieux qui se révoltaient dans les médias devant cette information, ça devenait sérieux !!!

A table mes parents eux-mêmes commentaient la nouvelle : « quand même obligatoire, en CP ! c’est un peu exagéré ! ».

Et sur les réseaux  sociaux !!!!! Des milliers de messages, souvent en majuscules, violents, agressifs, provocants, haineux… Des internautes accusent le ministre ! Voilà ce qu’on trouve sur Twitter « Avec Macron le Français sera une option au baccalauréats . ça en devient comique. » « Nul besoin d’enseigner l’Arabe en France , nous avons déjà émanant de la diversité Maghrébine et black , l’enseignement du « nique ta mère » en toute parfaite incivilité aux jeunes des banlieues ! ».

Un déchaînement qui a poussé Jean-Michel Blanquer, un peu énervé, à préciser ses propos : « On m’a fait dire ce que je n’ai pas dit. Je demande une certaine subtilité dans le sujet. Notre société ne peut pas fonctionner avec des emballements médiatiques comme cela ».

Des émotions, des opinions, mais pas la moindre information !!! Partout, y compris dans la bouche des hommes politiques à priori très sérieux…

Le reporter en herbe que je suis a alors décidé de se mettre en action !

Alors, vite, mon manuel de parfait journaliste !

  1. Vérifier les sources de ces informations : Qui parle ? A qui ? Dans quel média ? Est-ce un média sérieux et reconnu ?
  2. Quelle est la date de l’information ? La date de l’événement ? Ces dates correspondent-elles ?
  3. S‘agit-il d’une information neutre, objective ou d’une opinion et d’un point de vue individuel ?
  4. Vérifier la diversité des sources : trouve t-on la même information dans plusieurs médias ?
  5. Croiser la même information dans différents médias pour prendre du recul et se faire sa propre idée. De quelle façon est traitée cette information dans les autres médias ? Comparez.
  6. Cherchez les informations objectives et officielles : programme de l’éducation nationale/chiffres de l’enseignement de l’arabe en France et des autres langues etc.

« La rumeur est un mensonge qui né dans la rue et meurt dans la vérité. »

Par où commencer ?

Écouter attentivement ce qu’a dit le ministre.

« Je n’ai jamais dit que l’arabe devait être obligatoire à l’école […] Je n’ai absolument pas dit ce que Nicolas Dupont-Aignan ou certains autres veulent me faire dire. Lorsque ces personnes prétendent vouloir combattre le fondamentalisme islamique, je dis qu’au contraire, ils font leur jeu en créant des fantasmes faux », a-t-il souligné.

Selon lui, l’arabe est une langue « importante » qu’il met « sur le même plan que le chinois ou le russe qui sont des langues correspondant à des grandes aires de civilisation ». A ses yeux, une « grande sérénité » est absolument nécessaire quand on aborde ce type de sujets.

« Notre société ne peut pas fonctionner avec ces emballements médiatiques qui nous conduisent à dire n’importe quoi. Cela conduit à tromper l’opinion publique », fait valoir le ministre, qui tient à « dissocier la langue arabe de tout fondamentalisme religieux ».

Comprendre qui sont ceux qui propagent ces fausses informations et ce qu’ils cherchent

Nicolas Dupont-Aignan, est un opposant au gouvernement. Il soutient des thèses nationalistes et anti migration.

Xavier Bertrand est un membre du parti les Républicains, opposant au gouvernement.

Luc Ferry est un ancien ministre de l‘Éducation.

Il est clair qu’ils ont tous pour des raisons diverses de mettre le ministre en difficulté !!! Ce qu’ils disent n’est pas neutre…
Méfiance !

Que disent les autres médias ?

« Au-delà de l’emballement, l’enseignement de l’arabe reste ultra minoritaire à l’école ».
Le Monde
https://mobile.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/09/11/au-dela-de-l-emballement-l-enseignement-de-l-arabe-reste-ultraminoritaire-a-l-ecole_5353565_4355770.html

« En réalité, l’enseignement de l’arabe existe déjà à l’école mais il est extrêmement marginal. A l’heure actuelle, selon les chiffres du ministères, seuls 567 écoliers ont suivi l’enseignement de l’arabe en primaire, lors de l’année scolaire 2017/18, dans le cadre des cours de langues vivantes à l’école, obligatoires depuis peu du CP au CM2. 1.500 élèves se sont initiés au chinois tandis que l’immense majorité a choisi l’anglais (91,7 % des écoliers). »
Le JDD
https://www.lejdd.fr/politique/enseignement-de-larabe-a-lecole-4-choses-a-savoir-pour-comprendre-la-polemique-3753788

« Ce chapelet de réactions repose essentiellement sur des contre-vérités. Il n’a évidemment jamais été question de remplacer le français par l’arabe. Cet enseignement existe déjà, pour l’arabe, mais aussi pour le russe ou le chinois, sans parler de l’anglais, que choisissent plus de 80% des élèves en primaire, toutes origines confondues. L’arabe est enseigné en France depuis 1905. Il touche une petite minorité d’élèves, quelque 500 dans le primaire, quelques milliers dans le secondaire, au total environ 2 élèves sur 1 000. En général, les familles d’origine arabe sont surtout soucieuses de voir leurs enfants parler la langue de leur pays d’adoption et négligent dans la plupart des cas de leur faire enseigner leur langue d’origine. En un mot, nous avons affaire, non à une «arabisation de la France», mais à une francisation massive des Arabes. »        Libération
https://www.liberation.fr/politiques/2018/09/12/arabisation-et-demagogie_1678272

Que disent les chiffres et les textes officiels ?
https://www.senat.fr/questions/base/2009/qSEQ09100639S.html

Question orale n° 0639S de M. Yannick Bodin (Seine-et-Marne – SOC) publiée dans le JO Sénat du 01/10/2009 – page 2273

M. Yannick Bodin attire l’attention de M. le ministre de l’éducation nationale sur l’enseignement de la langue arabe dans l’enseignement public.Le nombre d’élèves suivant des cours d’arabe dans l’enseignement public est en constante diminution. Alors que l’enseignement de langues « rares » ne cesse de se développer, 15 000 élèves du secondaire étudient le chinois, 12 000 le portugais, 14 000 le russe, à peine 7 300 collégiens et lycéens suivent des enseignements de langue arabe. Outre son aspect culturel pour une partie de la population, l’arabe est une langue d’avenir. Plusieurs pays européens, comme le Danemark, développent d’ailleurs son enseignement dès le collège.
Par contre, l’enseignement de l’arabe est en pleine croissance dans les mosquées, dans le cadre d’un enseignement religieux et cela, en concurrence et au détriment d’un enseignement laïque avec tous les risques de dérive communautariste.
Il lui demande donc ce que le ministère de l’éducation nationale prévoit pour développer l’enseignement de la langue arabe afin de répondre à la demande d’élèves arabophones ou non, et pour s’assurer de son encadrement par l’enseignement public laïque. »

L’arabe en France – Ministère de la Culture

www.culture.gouv.fr/content/download/93548/…/4/…/lc_15_arabe-en-france_def.pd

Les langues vivantes étrangères et régionales – Ministère de l …

www.education.gouv.fr/cid206/les-langues-vivantes-etrangeres.html

http://www.langue-arabe.fr/etablissements-scolaires-en-france-offrant-un-enseignement-de-la-langue-arabe

 

Lire, comparer, recouper, réfléchir et se faire son idée.

Pour t’aider, tu trouveras en lien des sites qui peuvent te permettre de vérifier l’information et ne pas te laisser manipuler !

Parce qu’on est pas des pigeons !!!!!

https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/01/23/le-decodex-un-premier-premier-pas-vers-la-verification-de-masse-de-l-information_5067709_4355770.html
https://www.francetelevisions.fr/lab/tutos/comment-verifier-une-video
https://www.france24.com/fr/20150310-internet-education-video-complot-piege-reseaux-info-intox
http://observers.france24.com/fr/20151106-comment-verifier-images-reseaux-sociaux

Vous pouvez aussi prendre connaissance de notre document d’accompagnement pour découvrir les coulisses de notre épreuve finale.

Les fake news au collège

Par Objectif Canal

Mais qu’est-ce que c’est pour nous collégiens ? 

Une Fake News ? Nous avons cherché la définition. C’est une information qui est divulguée de quelque manière que ce soit (réseaux sociaux par exemple). Elle peut être plus ou moins conséquente. 

Pour nous au collège, une fake news c’est quand des amis nous joignent en numéro privé, ils nous font croire des choses, par exemple on peut recevoir un message qui nous dit que « truc » nous aime. Suite à ça, ils nous disent que c’est faux. 

Comment pouvons nous les déjouer ? 

Pour reconnaître une fake news, nous avons quelques conseils à vous donner. Tout d’abord lisez l’intégralité de l’article, vérifiez sa source, sa fiabilité, sa date de parution. Vous pouvez aussi lire plusieurs articles différents sur le même sujet. 

Pour nous au collège, il est parfois difficile de les reconnaître. On connaît tous l’exemple d’une personne déçue par un faux message. Globalement c’est gentillet. A l’heure d’aujourd’hui, nous grandissons avec ces farces. 

Quels types de fake news ? 

Il existe différents types de fake news. Vous pouvez vous faire avoir par des articles, des blogs, des vidéos, des médias télévisés… Certains individus font aussi des canulars téléphoniques à des proches, il s’agit de les rouler dans la farine  ! Le destinataire de la fake news peut ou non connaitre l’ identité de celui qui en est l’émetteur. 

Pour nous au collège, nous sommes plutôt arnaqués par des pubs pour des super gains ou des concours sur les réseaux sociaux. Nous souhaitons participer et suite à ça, il faut payer ! 

Comment peut-on se faire avoir sur les réseaux sociaux ? 

Tout le monde peut être victime des fake news. Nous avons interviewé Lazarine, elle s’est fait prendre au piège, voilà 2 ans. Elle nous a fait partager son expérience. Suite à une publicité pour gagner des smartphones, elle a téléphoné. Quelque temps plus tard, ses parents ont dû payer une somme importante. De plus elle n’a jamais reçu le téléphone. 

Faites très attention des informations peuvent être présentées comme un gain, un concours, ou encore pour faire des dons d’argent. Ne diffusez pas des informations confidentielles sur internet ou par téléphone. 


L’INTERVIEW

Nous avons interviewé Lucas et Julianne, élèves de 5ème, sur notre sujet du concours  «Blogue ton école »,  à savoir les fake news. Nous leur avons montré 2 vidéos sans leur avoir dit qu’elles étaient fausses afin de  voir leurs réactions. Après avoir visionné la vidéo, nous leur avons demandé si, selon eux, elles étaient vraies ou fausses.

Lucas a répondu qu’il pensait que cette vidéo était vraie alors que Julianne pensait qu’elle était  fausse. C’est elle qui avait raison. Cela prouve qu’il ne faut pas se fier à des informations divulguées dans les médias sans s’informer de leurs origines, leurs productions …

Nous leur avons également posé d’autres questions concernant les fake news pour les informer davantage .

Tout ça pour vous dire qu’il faut rester vigilant et s’informer avant de se fier à des choses que l’on croit vraies  alors qu’elle sont fausses !!!

Bien sûr, Blogue ton école ne donne pas de fake news ! Ou bien … sur la finale des A4 peut-être ?

Interview mise en place par : Lazarine Justine ,Pauline et Charlize.

Texte écrit par Charlize

Bon visionnage

La vidéo des 5ème pendant l’interview :

Les vidéos regardées par les élèves :

https://www.youtube.com/watch?v=hnze0fFHHsU

https://www.youtube.com/watch?v=gNKCfJ5KhS0


LE OFF

Organisation de la journée, partage des tâches et présentation de l’équipe

Pour faire cet article concernant les « Fake news »,notre équipe est composée de : Léo, Dimitri,  Justine, Pauline, Charlize et Lazarine.

Matin :

Dans un premier temps, Pauline et Justine avaient comme tâche de chercher la définition et de trouver des moyens pour déjouer les fake news.

Charlize et Lazarine avaient pour mission de s’occuper des vidéos et animations consacrées à une future interview des 5ème.

Plus tard, Justine ,Charlize, Lazarine et Pauline sont allées dans le forum pour filmer une vidéo sur l’arnaque dont avait été victime Lazarine .

Répartition des tâches lors de ce tournage :
  • Charlize a posé les questions et aidé à rédiger les questions
  • Pauline a enregistré avec le dictaphone
  • Justine a filmé la vidéo
  • Lazarine a répondu aux questions posée

 Pendant ce temps là , Léo et Dimitri continuaient le diaporama qui constituera la présentation simple de l’équipe.

Ensuite les filles sont reparties interviewer deux 5ème. Nous leur avons montré chacun une vidéo . Lucas et Julianne ont répondu à notre questionnaire .

Lazarine a montré les vidéos à Julianne et Lucas.

Charlize a filmé la scène.

Pauline a posé les questions.

Justine a enregistré avec le dictaphone.

Après-midi :

Nous avons débuté cet après-midi par la rédaction des articles qui accompagnent nos enregistrements et nos vidéos .

Pauline s’est lancée dans la rédaction de l’article sur les fake news au collège.

Charlize a rédigé l’article sur l’interview de Julianne et Lucas .

Lazarine a continué son travail de montage des vidéos et des enregistrements.

Justine a rédigé cet article sur le partage des tâches et sur l’organisation de la journée.